June 6, 2012 / 8:49 AM / 7 years ago

Espagne-L'audit des banques préalable à un éventuel plan d'aide

* Discussions intenses entre Madrid, Berlin et l’UE sur une recapitalisation

* Madrid plaide pour une aide européenne directe à son système bancaire

* Les résultats de la 1ère phase d’audit attendus d’ici fin juin

par Sonya Dowsett et Julien Toyer

MADRID, 6 juin (Reuters) - D’intenses discussions sont en cours entre l’Espagne, l’Allemagne et les dirigeants de l’Union européenne sur une aide pour recapitaliser le système bancaire espagnol, mais aucune décision ne pourra être prise avant les résultats d’une première phase d’audit indépendant des banques attendus avant la fin du mois, ont indiqué plusieurs sources proches du dossier.

En dépit d’une série de réformes du système financier espagnol, les investisseurs ne sont pas convaincus que les conséquences pour les banques de l’éclatement de la bulle immobilière en 2008 aient été pleinement prises en compte.

Les incertitudes sur les besoins réels de recapitalisation des banques ont jeté le doute sur la signature de l’Espagne et accentué la crise de la dette au sein de la zone euro.

Le ministre espagnol du Trésor a admis mardi que les coûts de financement actuels de l’Espagne lui fermaient de fait la porte des marchés financiers. (voir )

Des mécanismes européens devraient être utilisés pour remettre les banques espagnoles à flot et les montants nécessaires ne sont pas astronomiques, a ajouté Cristobal Montoro, rompant avec la doctrine jusqu’alors défendue par les autorités espagnoles qui considéraient pouvoir lever directement des fonds pour renflouer leur système bancaire.

Madrid plaide pour un changement des règles européennes qui lui permettrait d’obtenir une aide pour ses banques sans qu’elle soit assortie de conditions trop strictes, mais elle se heurte sur ce point aux réticences de l’Allemagne qui insiste pour que tout plan de renflouement fasse l’objet d’une demande formelle.

TROIS ÉVALUATIONS DIFFÉRENTES

Les résultats d’un audit externe du système bancaire, attendus d’ici fin juin et qui pourraient chiffrer les besoins de recapitalisation entre 30 et 70 milliards d’euros, constituent un préalable à toute avancée dans les discussions.

“Nous attendons les résultats de l’audit (...) qui permettront de déterminer les besoins de recapitalisation de l’Espagne ; ce n’est qu’alors que nous pourrons évaluer la situation”, a déclaré un responsable de l’UE. Une position confirmée par plusieurs autres sources.

L’une des options envisagées dans certaines capitales européennes consisterait à mettre les fonds à disposition du Fonds de restructuration bancaire espagnol (Frob), ce qui éviterait à Madrid l’humiliation de devoir réclamer une aide à ses partenaires, selon une source de l’UE.

Trois évaluations différentes de la situation des banques espagnoles sont attendues dans les jours ou semaines à venir.

Le Fonds monétaire international doit publier la semaine prochaine son rapport complet sur le système bancaire espagnol et les besoins de capitaux nécessaires pour lui permettre de faire face à un ralentissement économique sévère.

Le gouvernement a par ailleurs fait appel aux cabinet de consultants Olivier Wyman et Roland Berger pour réaliser d’ici à la fin juin des audits sur les besoins de recapitalisation du système bancaire dans son ensemble.

Chaque cabinet de consultants utilisera les mêmes séries de données fournies par la Banque d’Espagne pour conduire des stress tests selon la méthodologie utilisée pour ceux réalisés l’année dernière à l’échelle européenne par l’Autorité bancaire européenne, a indiqué une source bancaire.

Les deux cabinets de consultants réaliseront les tests indépendamment l’un de l’autre afin de renforcer la crédibilité de leurs résultats, qui pourront ne pas être identiques, ont précisé cinq sources différentes.

Une autre évaluation sera réalisée en août ou en septembre par les quatre grands de l’audit - KPMG, Deloitte, Ernst & Young et Price Waterhouse Coopers.

“ÉNORMÉMENT DE CHOSES” EN DISCUSSIONS

Elle sera conduite avec un représentant de l’inspection de chaque banque, selon deux sources bancaires et une source juridique. Elle portera sur la valorisation des actifs et le respect des exigences des deux réformes bancaires en matière de reconnaissance des pertes dans l’immobilier. Les procédures de contrôle interne des banques seront aussi couvertes par cet audit.

L’ensemble de ces informations, et principalement les résultats de l’audit des cabinets Wyman et Berger, devront être disponibles avant qu’une décision puisse être prise sur un éventuel renflouement par l’UE, ont déclaré plusieurs sources.

“Il est difficile d’imaginer qu’un quelconque plan puisse être élaboré sans que les résultats des évaluations indépendantes sur le système bancaire espagnol en cours soient connus”, a dit un porte-parole de la Commission européenne.

Aucune décision n’a été prise mais “énormément de choses” sont en discussion, a dit une autre source.

L’Espagne remplit déjà les conditions pour faire appel à une aide européenne qu’elle utiliserait pour ses banques dans le cadre des dispositions du Fonds européen de stabilité financière. L’activation du FESF suppose un audit complet des banques qui, si la situation est urgente, peut être conduit en deux temps.

Une aide du FESF serait toutefois assortie de strictes conditions, difficilement acceptables par l’Espagne qui plaide donc pour une intervention directe des mécanismes européens de renflouement. (Marc Joanny pour le service français, édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below