May 17, 2012 / 11:34 AM / 7 years ago

DIGEST-Un départ de la Grèce de l'euro aurait un coût astronomique

 FRANCFORT, 17 mai (Reuters) - Une sortie de la Grèce de
l'euro mettrait l'Europe en territoire juridique inconnu et
pourrait exposer la Banque centrale européenne (BCE) et les pays
de la zone à des pertes se chiffrant en centaines de milliards
d'euros.	
 La taille du fardeau financier explique pourquoi les autres
pays ont intérêt à maintenir la Grèce dans le club de ceux qui
partagent la même monnaie.	
 La plupart des créanciers privés de la Grèce ayant accepté
de lourdes pertes dans le cadre du deuxième plan de sauvetage du
pays, on estime que la BCE, le Fonds monétaire international et
les pays de la zone euro détiennent ensemble pour 200 milliards
d'euros de dette grecque.	
 "En cas de sortie, la Grèce fera défaut. Et la perte due au
défaut sera sans doute très élevée, suffisamment élevée pour
effacer le capital de la BCE", estime Andrew Bosomworth, gérant
chez Pimco.  	
 "Elle (la BCE) pourrait demander aux Etats une
recapitalisation, lesquels ne sont pas exactement dans la
meilleure position pour fournir du capital supplémentaire".	
 Même une fois la Grèce congédiée, les coûts pour les 16
Etats restant pourraient continuer à monter. Par exemple pour la
France, le coût pourrait atteindre 66,4 milliards d'euros, selon
une étude publiée mardi par l'IESEG, une école de commerce
située à Lille (Nord).	
 Pour l'intégralité de cette analyse (en anglais):
 	
	
 (Danielle Rouquié pour le service français, édité par Benoît
Van Overstraeten)	
 
0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below