February 28, 2012 / 6:03 PM / 7 years ago

LEAD 1-BCE-Le LTRO ne fait que retarder la chute de banques-Fitch

* Le LTRO en décembre a permis d’éviter des déclassements de banques-Fitch

* Des banques solides pourraient profiter du LTRO de mercredi-Fitch (Actualisé avec nouvelles citations, détails)

NEW YORK, 28 février (Reuters) - La deuxième opération de refinancement à long terme (LTRO) de la Banque centrale européenne, prévue ce mercredi, ne fait que retarder la chute de certaines banques ayant des notes faibles en Europe, a déclaré mardi l’agence Fitch Ratings.

Le premier LTRO en décembre, au cours de laquelle la BCE a alloué aux établissements 489 milliards d’euros, a permis d’éviter “de nouveaux déclassements, plus marqués, des (notes des) banques”, ajoute l’agence, citant les groupes italiens et espagnols parmi les principaux bénéficiaires de l’opération.

“Dans certains cas, les banques ont gagné du temps pour faire face à leurs difficultés”, a dit Bridget Gandy, responsable adjointe de la notation des institutions financières dans la zone Europe-Moyen Orient-Afrique pour Fitch.

“Mais pour d’autres banques ayant déjà des notes basses, le respirateur artificiel de l’opération de refinancement à long terme ne fait que retarder leur chute.”

Des banques de taille moyenne, en particulier en Italie et en Espagne, ont de nouveau préparé des collatéraux en prévision de l’opération de mercredi, note Fitch.

Cette fois, néanmoins, un nombre important de banques européennes relativement solides sont susceptibles de tirer parti de l’offre de liquidités, juge l’agence, étant donné que c’est une source de financements à trois ans peu chère et qui est “peu stigmatisante”.

Selon les traders interrogés par Reuters, la BCE devrait allouer mercredi quelque 500 milliards d’euros aux banques de la zone euro (voir ).

Le président de l’institution de Francfort Mario Draghi a exhorté dimanche les banques à soutenir la croissance économique en prêtant aux ménages et aux entreprises les liquidités empruntées.

Fitch estime toutefois qu’il est peu probable que ces fonds débouchent sur une forte croissance du crédit, “étant donné l’absence de toute demande notable” en Europe. Au mieux, les financements pourraient ralentir le mouvement engagé par les banques afin de réduire leur bilan. (Walter Brandimarte, Jean Décotte pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below