January 23, 2012 / 5:53 PM / 8 years ago

La Hongrie espère un accord avec l'UE et le FMI d'ici avril

BUDAPEST, 23 janvier (Reuters) - La Hongrie pourrait conclure en mars ou en avril un nouvel accord de financement de 17 à 20 milliards d’euros avec ses bailleurs de fonds internationaux, a déclaré lundi un haut responsable gouvernemental.

Le gouvernement du Premier ministre Viktor Orban cherche à apaiser les tensions entre son pays et l’Union européenne pour obtenir une ligne de crédit de l’UE et du Fonds monétaire international (FMI) et éloigner ainsi un risque de défaut sur sa dette.

L’Union et le FMI, de leur côté, font pression sur Budapest pour obtenir une modification de plusieurs textes législatifs sur les médias, la justice ou les statuts de la banque centrale jugés contraires aux règles communautaires.

“Je pense que l’accord sera conclu d’ici mars ou avril”, a dit Mihaly Varga, secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre Viktor Orban, à la chaîne de télévision TV2.

Il a expliqué que ce délai était comparable à celui qui avait été nécessaire pour aboutir à un accord comparable en 2008.

Prié de commenter des estimations de la presse sur le montant du plan, situées entre 17 et 20 milliards d’euros, Mihaly Varga a répondu que le chiffre définitif ne devrait pas être très éloigné.

La Hongrie espère conclure favorablement les discussions avec l’UE et le FMI pour regagner la confiance des investisseurs avant d’emprunter quelques cinq milliards d’euros au cours des prochains mois pour faire face à des échéances financières.

Le forint, la monnaie nationale, a progressé lundi à la veille d’une rencontre entre Viktor Orban et José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne. Il est remonté à 299,6 pour un euro alors qu’il était tombé au début du mois à un plus bas record de 324.

Les rendements des obligations d’Etat hongroises se détendent aux aussi mais restent supérieurs à 9%, contre 11% environ au plus haut.

Et les observateurs restent prudents quant à l’issue des discussions.

“Le gouvernement hongrois a trop souvent déçu pour que les investisseurs croient tout ce qu’il dit”, explique Lars Christensen, analyste de Danske Bank.

“Pour notre part, avant d’être fondamentalement positif sur les perspectives, nous aimerions une modification de la loi sur la banque centrale pour assurer l’indépendance de la banque centrale.” (Gergely Szakacs et Marton Dunai, Marc Angrand pour le service français, édité par Jean Décotte)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below