November 16, 2011 / 3:04 PM / 8 years ago

Un passage sur le MOX disparaît de l'accord PS-EELV

PARIS, 16 novembre (Reuters) - Areva a alerté sur les “conséquences graves” qu’entraînerait l’arrêt du retraitement et de la filière du combustible MOX, mesure qui figurait initialement dans l’accord entre le Parti socialiste et les écologistes.

Mais l’entreprise nie être intervenue directement auprès du responsable socialiste Bernard Cazeneuve et avoir demandé le retrait du paragraphe sur le MOX dans le texte de l’accord validé mardi soir par la direction du PS.

“Nous informons qui veut l’entendre sur les conséquences économiques, sociales, industrielles, environnementales très graves”, qui résulteraient de l’arrêt du retraitement et de la filière MOX, a dit mercredi une porte-parole de l’entreprise à Reuters. “Mais nous disons fermement que nous ne sommes pas intervenus auprès du PS”, a-t-elle ajouté.

Cette polémique fait suite à la suppression dans la version du PS de l’accord avec Europe Ecologie-Les Verts d’un passage évoquant notamment “une reconversion à emploi constant de la filière du retraitement et de fabrication du MOX”.

Ce paragraphe laisse penser à un arrêt de la filière de retraitement.

Cité par le site internet d’information Mediapart, un responsable du PS a expliqué, sous le sceau de l’anonymat, que les membres du bureau national n’avaient pas pu se mettre d’accord sur ce texte et l’avaient provisoirement retiré.

“Nous avons tous reçu des textos en plein BN, nous demandant de retirer le texte. On n’a pas réussi à se mettre d’accord, donc on l’a retiré à la hussarde”, a-t-il dit.

Dans le JDD.fr, Pascal Durand, porte-parole d’EELV, affirme que le PS n’a pas informé la direction du mouvement du retrait de ce passage.

“Qu’il y ait, au sein du PS, quelques réfractaires ou personnes influencées par EDF et Areva, c’est une évidence. “Nous, on a un texte. C’est sur celui-là que nous nous prononcerons au Conseil fédéral, samedi”, a-t-il ajouté.

Près de 5000 personnes travaillent sur le site de La Hague et quelque 1300 dans l’usine Melox qui produit le combustible recyclé MOX à Marcoule (Gard). Areva estime que 14.000 emplois dépendent au total de ces sites. (Gérard Bon, édité par Patrick Vignal)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below