October 3, 2011 / 6:03 AM / 8 years ago

RPT-La BCE peut réduire les tensions interbancaires, pas les éliminer

(Répétition sans changement de l’avant-papier diffusé vendredi après-midi)

par William James

LONDRES, 30 septembre (Reuters) - La Banque centrale européenne est plus attendue jeudi prochain sur de nouvelles mesures destinées à faciliter le refinancement des banques que sur une baisse de ses taux directeurs, compromise par la poussée de l’inflation en septembre au sein de la zone euro.

Au terme d’un trimestre commencé sur un relèvement de taux et une diminution de la dépendance des banques de la zone euro à la liquidité BCE, tombée au plus bas depuis la mi-2009, les appels se font pressants en faveur de la réintroduction de mesures de refinancement à long terme et d’une forte baisse des taux pour répondre aux tensions sur le marché interbancaire et aux inquiétudes concernant la croissance européenne.

La réticence des banques à se prêter entre elles s’explique par le risque de contagion de la crise de la dette souveraine à l’Italie et la perspective pour les établissements bancaires d’avoir à supporter des pertes plus importantes que prévu sur la dette grecque.

En l’absence de nouvelles avancées dans la résolution de la crise de la dette souveraine, la BCE pourra au mieux prévenir une paralysie du marché interbancaire sans parvenir à créer les conditions d’une amélioration durable du fonctionnement du marché monétaire, estiment des analystes.

Les décisions de la BCE “sont plus susceptibles de stabiliser la situation et d’éviter sa dégradation plutôt que de la rétablir”, a déclaré Simon Smith, économiste en chef chez FXPro à Londres.

“(La BCE) peut s’occuper du problème de liquidité mais elle n’a pas les outils pour traiter les problèmes de solvabilité, cela relève des dirigeants européens, de la réglementation bancaire et de tout le reste.”

La réintroduction d’appels d’offre illimités à un an figure parmi les options à la disposition de la BCE et permettrait d’offrir plus de visibilité aux banques dans leur refinancement. Elles pourraient en retour se montrer plus enclines à distribuer des crédits et à irriguer l’économie.

SE CONSTITUER DES MATELAS DE LIQUIDITÉS

La tendance récente a toutefois plutôt consisté pour les banques à utiliser le refinancement auprès de la BCE pour se constituer des matelas de liquidités, soulignent des analystes.

“Les banques sont moins enclines à prêter leurs liquidités excédentaires sur le marché au jour le jour”, relèvent les stratégistes de Commerzbank dans une récente note de recherche.

L’écart de rendement entre le Libor 3 mois et l’Overnight Indexed Swap (OiS) de même échéance, une des mesures du risque de contrepartie, a progressé de 3 points de base (bp) vendredi pour atteindre 78 bp contre 14 bp environ début juillet.

Le taux de l’Euribor 3 mois pour les prêts en blanc sur le marché interbancaire s’est établi à 1,495%, selon le dernier fixing du Libor .

L’accélération d’une ampleur inattendue de l’inflation au sein de la zone euro en septembre a refroidi les anticipations de marché d’une baisse des taux directeurs par la BCE, dont certaines grandes banques envisageaient qu’elle puisse atteindre 50 points de base dans le but de soutenir la croissance dans la zone euro. (voir )

L’estimation flash de la hausse des prix au sein de la zone euro pour le mois de septembre est ressortie à 3,0% en rythme annuel, contre 2,5% attendu par les économistes interrogés par Reuters. L’inflation atteignait déjà 2,5% en août, soit nettement au-dessus de l’objectif visé par la BCE, qui a pour mission de maintenir la hausse des prix à un niveau légèrement inférieur à 2%.

Les principales banques centrales ont déjà annoncé la prolongation de leurs opérations de prêts à trois mois en dollar afin d’améliorer l’accès à la liquidité dans la devise américaine.

Le premier appel d’offre à trois mois et à taux fixe en dollar sur les trois que la BCE a annoncés d’ici la fin de l’année aura lieu début octobre et devrait susciter une demande de la part d’établissements qui ne peuvent plus accéder au marché interbancaire en dollar sur des échéances allant au mieux jusqu’à 7 jours.

Les analystes ne s’attendent toutefois pas à ce qu’il entraîne un abaissement du coût des swaps euro contre dollar.

Voir aussi :

* TAUX - Triste fin de trimestre pour le marché du crédit

* Avec une inflation à 3%, la BCE pourrait ne pas baisser les taux

Marc Joanny pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below