October 2, 2009 / 3:22 PM / 10 years ago

SYNTHESE USA - Le chômage monte encore, la reprise en question

* 263.000 emplois supprimés en septembre

* Le taux de chômage à 9,8%, au plus haut depuis 1983

* La durée hebdomadaire du travail diminue

* Baisse de 0,8% des commandes à l’industrie en août

Par Lucia Mutikani

WASHINGTON, 2 octobre (Reuters) - Les entreprises américaines ont supprimé 263.000 postes en septembre, bien plus qu’attendu, et le taux de chômage est monté à 9,8%, des chiffres qui alimentent les craintes de voir la faiblesse du marché du travail compromettre la reprise économique.

Le taux de chômage aux Etats-Unis se situe désormais à son plus haut niveau depuis juin 1983 et septembre marque le 21e mois consécutif de solde négatif pour l’emploi non agricole.

Les économistes et analystes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne 180.000 suppressions de postes et un taux de chômage de 9,8%, contre 9,7% en août.

Ce consensus avait toutefois été établi avant la publication ces derniers jours de plusieurs indicateurs économiques décevants, comme l’indice de confiance des directeurs d’achats de la région de Chicago ou l’indice ISM manufacturier.

Les observateurs n’en concluent pas pour autant que les chiffres du chômage marquent une inversion de la tendance sur le front de l’emploi; certains notent que les statistiques pourraient avoir été faussées par une forte diminution des effectifs de la fonction publique.

“Le pire est passé en matière de détérioration du marché du travail. En dépit de l’accentuation de la baisse ce mois-ci, l’évolution globale des suppressions d’emplois reste positive car la tendance a ralenti avec le début de reprise de l’activité économique”, explique Steven Wood, chef économiste d’Insight Economics.

Wall Street a ouvert en baisse après les chiffres de l’emploi mais les principaux indices limitaient leur recul à 0,25% environ après une heure d’échanges.

L’autre indicateur publié vendredi, celui des commandes à l’industrie en août, montre une baisse de 0,8% alors que le marché anticipait une hausse de 0,3%. (Plus de détails [ID:nWEA3567])

La révision des statistiques de juillet et août fait apparaître 13.000 destructions d’emplois de plus qu’annoncé jusqu’à présent.

LA REPRISE PRENDRA DU TEMPS

Le nombre d’emplois détruits mensuellement aux Etats-Unis avait régulièrement reculé ces derniers mois après avoir culminé en janvier à 741.000.

Depuis le début de la récession, daté de décembre 2007, le nombre des demandeurs d’emplois aux Etats-Unis a augmenté de 7,6 millions pour atteindre 15,1 millions, a précisé le département du Travail.

La persistance d’un chômage élevé est considérée comme le chaînon manquant de la reprise économique aux Etats-Unis, après la pire récession subie par le pays depuis 70 ans. Le produit intérieur brut (PIB) américain devrait néanmoins avoir renoué avec la croissance au troisième trimestre.

“Nous sommes probablement toujours sur la voie de la reprise, mais il faudra du temps pour qu’elle s’installe”, résume Gary Thayer, stratège de Wells Fargo Advisors.

“Les suppressions d’emploi touchent à peu près tous les secteurs. La tendance continue de s’améliorer par rapport au début de l’année mais il faudra que les employeurs aient davantage confiance dans la situation économique avant de commencer à réembaucher.”

En septembre, le secteur manufacturier a réduit ses effectifs de 51.000 postes et les services de 147.000 alors que l’éducation et la santé ne créaient que 3.000 emplois et que la fonction publique en supprimait 53.000.

Plus préoccupant encore, la durée hebdomadaire du travail dont l’évolution, étroitement dépendante de la production, est censée préfigurer la reprise des embauches, a diminué le mois dernier, à 33,0 heures contre 33,1 heures en août.

Pour Eric Rosengren, le président de la Réserve fédérale de Boston, l’économie américaine reste vulnérable en dépit des signes de stabilisation apparus ces derniers temps.

“La reprise économique reste fragile et elle pourrait bien décevoir aussi bien les prévisions les plus optimistes que la confiance affichée actuellement par les marchés financiers”, a-t-il déclaré lors d’une conférence.

Il a ajouté que la Fed devait résister à la tentation d’entamer trop tôt le resserrement de sa politique monétaire, une thèse qui tranche avec les propos tenus ces derniers jours par plusieurs autres responsables de la banque centrale. [ID:nLP340339] Tableau de l’emploi [ID:nOAT002300]

Tableau des commandes à l’idustrie [ID:nCAT002878]

Les indicateurs américains en temps réel ECONUS

L’agenda des indicateurs américains [nPEFADIA04]

Tous les indicateurs du G7 G7TODAY

Lucia Mutikani, version française Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below