5 septembre 2017 / 07:44 / dans 17 jours

Safran-La fusion UTC-Rockwell valide le projet Safran-Zodiac

TOULON, 5 septembre (Reuters) - Le directeur général de Safran a déclaré mardi ne pas craindre de pressions supplémentaires sur les prix à la suite de la fusion entre United Technologies Corp (UTC) et Rockwell Collins , y voyant même la confirmation de l‘intérêt du mariage entre son groupe et Zodiac Aerospace.

L‘équipementier américain United Technologies a annoncé lundi un projet de rachat du spécialiste des intérieurs d‘avions et de l‘avionique (électronique à bord) Rockwell Collins pour 30 milliards de dollars, créant un nouveau géant mondial.

“Quand vous avez ce type de fusion dans le domaine de l‘aéronautique entre deux très grands acteurs, cela amène automatiquement une consolidation”, a dit Philippe Petitcolin, directeur général de Safran, à des journalistes en marge de l‘Université de la Défense à Toulon.

“Est-ce que ça va changer quelque chose de façon fondamentale pour une société comme la nôtre ? Je ne pense pas”, a-t-il ajouté.

Il a expliqué en particulier ne pas craindre de pressions supplémentaires sur les prix.

“Ce n‘est pas parce que vous êtes plus gros que vous aurez plus de poids dans les compétitions”, a-t-il observé.

Interrogé sur son intérêt éventuel pour des activités que le nouvel ensemble pourrait devoir céder dans le cadre de son rapprochement, il a répondu :

“On va voir, on va regarder, mais c‘est beaucoup trop tôt pour pouvoir avancer dans ce domaine”.

Philippe Petitcolin estime surtout dans cette opération démontre la pertinence du rachat en cours par Safran de Zodiac, lui-même spécialisé dans les intérieurs d‘avions.

“Que UTC achète Rockwell qui vient lui-même de racheter B/E Aerospace prouve qu‘ils sont intéressés par ces activités intérieurs, donc notre mouvement à nous n‘est pas stupide et n‘est pas dépourvu de création de valeur à terme pour l‘entreprise”, a-t-il fait valoir.

Safran, qui a abaissé fin mai son offre amicale sur Zodiac à la suite de nouveaux avertissements de celui-ci, compte lancer son OPA simplifiée d‘ici la fin de l‘année.

Philippe Petitcolin a également confirmé l‘objectif de produire cette année 450 à 500 moteurs LEAP, le successeur du CFM56 destiné notamment aux versions améliorées des monocouloirs (A320neo d‘Airbus et 737 MAX de Boeing) et construit par Safran au sein de CFM, coentreprise avec General Electric.

Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below