28 février 2017 / 06:00 / il y a 9 mois

Thales-Marge améliorée mais commandes en repli prévues pour 2017

* Résultats 2016 un peu meilleurs que prévu, dividende à +18%

* Marge de 9,1% (+0,5 pt) en 2016, prévue à 9,5%-10% en 2017-2018

* Prises de commandes -13% à E16,5 mds, E14 mds visés en 2017

* Croissance organique 6,8% en 2016, 5% attendus en 2017 et 2018

* 6.000 embauches en 2016, presque autant attendues en 2017

par Cyril Altmeyer

PARIS, 28 février (Reuters) - Thales compte poursuivre l‘amélioration de sa marge cette année comme prévu mais ses prises de commandes devraient à nouveau baisser, le groupe ne s‘attendant pas à rééditer le cru 2015 marqué par les deux premiers contrats de l‘avion de combat Rafale à l‘export.

L‘équipementier fait état mardi dans un communiqué de résultats annuels légèrement supérieurs aux attentes, profitant notamment du redressement de la marge de son pôle transport et de la croissance de ses activités d‘avionique (électronique) et de multimédia à bord des avions.

“On va continuer de bien asseoir la crédibilité du groupe auprès de nos investisseurs”, a déclaré son PDG Patrice Caine à des journalistes.

Revenu des années noires du début de la décennie, Thales compte verser un dividende en hausse de 18% à 1,60 euro au titre de 2016 à ses actionnaires, en premier lieu l‘Etat et Dassault Aviation, avec respectivement 26% et 25% du capital.

Thales prévoit pour 2017 une hausse de 9-11% de son bénéfice opérationnel (Ebit) sur la base du périmètre et des taux de change actuels, pour le porter à 1,480-1,500 milliard d‘euros, après une hausse de 11% à 1,354 milliard en 2016 (contre un consensus Thomson Reuters I/B/E/S à 1,308 milliard).

Le groupe a en outre amélioré sa marge opérationnelle d‘un demi-point à 9,1% en 2016, avançant résolument vers son objectif de 9,5%-10% à l‘horizon 2017-2018.

Thales a également confirmé viser une croissance organique de l‘ordre de 5% cette année et la suivante, un objectif largement dépassé en 2016 avec un rythme de 6,8%, donnant un chiffre d‘affaires de 14,885 milliards à comparer à un consensus de 14,851 milliards.

Cette prévision est à la fois ambitieuse et prudente, a estimé Patrice Caine.

“On est dans des métiers où il ne suffit pas de tourner la molette de l‘usine pour produire plus rapidement”, a-t-il dit. “Sortir 5% de croissance, ce n‘était pas dans la poche.”

Thales a embauché 6.000 personnes en 2016, dont 2.200 en France, et compte faire quasiment aussi bien cette année, a également ajouté Patrice Caine.

Le groupe vise environ 14 milliards d‘euros de prises de commandes en 2017, après une baisse de 13% à 16,514 milliards en 2016.

Thales a toutefois affiché un “book-to-bill” de 1,11 pour 2016 grâce à la signature de l‘achat par l‘Inde de l‘avion de combat Rafale qu‘il équipe en radars, équipements de communication et calculateurs, ainsi qu‘à des contrats dans l‘aérospatiale.

En 2015, année des contrat du Rafale en Egypte et au Qatar, ce ratio avait atteint 1,34. Il est revenu au-dessus de 1 depuis quatre ans.

Le groupe espère aussi décrocher l‘an prochain un contrat de plus d‘un milliard d‘euros pour les sonars et les équipements de communications des 12 sous-marins que devrait fournir sa filiale DCNS à l‘Australie.

Le constructeur naval militaire, filiale à 35% de Thales, a confirmé en 2016 son redressement entamé en 2015 un an après des pertes liées à des contrats non performants, tout en espérant bénéficier à partir de 2018 des retombées du contrat géant de sous-marins en Australie. (Cyril Altmeyer, édité par Benjamin Mallet)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below