8 novembre 2016 / 06:02 / dans un an

Casa s'engage sur un dividende minimum 2017, Eurêka dope le T3

* Casa promet 0,60 euro de dividende en 2016 et 2017

* L‘opération Eurêka dope bénéfice et solvabilité

* LCL publie une perte au T3

* Amundi va déposer une offre pour Pioneer

par Julien Ponthus et Maya Nikolaeva

PARIS, 8 novembre (Reuters) - Crédit agricole SA a annoncé mardi des résultats boostés par la finalisation d‘Eurêka, une opération de simplification capitalistique du groupe mutualiste, et s‘est engagé à distribuer un minimum de 0,60 euros par action pour 2017 après un versement de la même somme pour l‘exercice actuel.

Casa, la filiale cotée de Crédit agricole, a publié un bénéfice net de 1,864 milliard d‘euros, une performance supérieure aux attentes du consensus Reuters/Inquiry Financial, qui tablait sur 1,703 milliard d‘euros.

Les profits proviennent pour 1,25 milliard d‘euros de l‘opération Eurêka, une transaction intra-groupe à 18 milliards d‘euros par laquelle les 39 caisses régionales du groupe ont racheté la participation de 25% que Casa détenait chez ces dernières.

Outre le fait qu‘elle clarifie la structure du mutualiste en mettant un terme à l‘actionnariat croisé, Eurêka a donné les moyens à Casa de rassurer les investisseurs en renforçant ses fonds propres. Le ratio de solvabilité a bondi de 80 points de base sur les trois derniers mois pour se porter à 12%.

Un autre objectif poursuivi par Eurêka était de séduire les actionnaires avec la promesse d‘un dividende régulier équivalent à 50% des profits, payé dorénavant 100% en cash.

Casa a profité de la publication de ses résultats trimestriels pour annoncer un versement de 0,60 euro pour 2016 (soit le niveau attendu par les analystes) et s‘est engagé à verser au moins la même somme en 2017, une décision très attendue par certains analystes à l‘affût d‘une d‘un montant minimum garanti.

La crainte de ces derniers était qu‘en perdant les bénéfices tirés de sa participation dans les caisses régionales, Casa ne parvienne pas à dégager dès 2017 assez de profits pour maintenir le dividende en termes absolus.

“Notre politique de 50% laissait les investisseurs dans le doute sur le dividende lui-même”, a commenté lors d‘une conférence téléphonique le directeur général Philippe Brassac, qui a expliqué répondre à une demande de nombreux actionnaires.

L‘opération Eurêka a renforcé l‘exposition à la banque de financement et d‘investissement (BFI), plus sensible par nature aux aléas des marchés mais moins tributaire de la faiblesse des taux d‘intérêts qui pénalisent en ce moment les banques de détail de la zone euro.

LCL EN PERTE AU T3

LCL, l‘enseigne de banque de détail de Casa en France, affiche une perte publiée de 30 millions d‘euros contre un bénéfice de 149 millions durant la même période en 2015 en raison notamment d‘une opération exceptionnelle d‘ajustement du coût de refinancement de ses crédits.

Hors cette opération et les provisions pour “optimiser” son réseau, LCL affiche un résultat net part du groupe sous-jacent de 350 millions pour les neuf premiers mois de l‘année, soit une baisse de 21,7% par rapport à la même période l‘année dernière.

“Les taux d‘intérêt en zone euro ont poursuivi leur baisse ce trimestre, ce qui a pesé sur la marge d‘intérêt des activités d‘intermédiation, notamment la banque de proximité en France et en Italie, et a déclenché une nouvelle vague de renégociation des prêts, notamment en France dans le réseau LCL”, explique la banque dans un communiqué.

A l‘instar de ses rivales françaises BNP Paribas et Société générale mais également de nombreuses banques américaines ou européennes, Casa a vu ses résultats bondir dans la banque d‘investissement, notamment sur le segment obligataire.

“Les activités de taux, change et crédit ont bénéficié d‘une très bonne dynamique commerciale, dans un contexte de marché post-Brexit favorable”, explique Casa, dont le pôle Grande clientèle a vu son résultat net part du groupe bondir de 46,9% à 458 million d‘euros.

La division Gestion de l‘épargne et assurances a aussi vu ses résultats progresser de 37,1% à 447 millions d‘euros, tirés notamment par la filiale de gestion d‘actifs Amundi.

A propos de cette dernière, Philippe Brassac a confirmé qu‘elle était toujours intéressé par le rachat de Pioneer, la filiale de gestion d‘actifs de la banque italienne UniCredit .

“Amundi, autorisé par son actionnaire majoritaire a clairement l‘intention de déposer une offre”, a-t-il précisé alors qu‘Amundi a réaffirmé en octobre son intérêt pour l‘italien mais démenti avoir soumis une offre de quatre milliards d‘euros. (Julien Ponthus, édité par Patrick Vignal)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below