for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Les actions reculent, le bilan de la pandémie reprend le dessus

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes reculent en début de séance jeudi dans le sillage de Wall Street et Tokyo, les derniers chiffres de la pandémie de coronavirus et les nouvelles mesures prises pour tenter de freiner celle-ci ravivant l’inquiétude des investisseurs, qui privilégient les prises de profit après les récents plus hauts.

Les principales Bourses européennes reculent en début de séance jeudi dans le sillage de Wall Street et Tokyo. À Paris, le CAC 40 perd 0,98% à 09h00 GMT. A Londres, le FTSE 100 cède 0,75% et à Francfort, le Dax abandonne 0,91%. /Photo d'archives/REUTERS/Ralph Orlowski

À Paris, le CAC 40, qui avait inscrit mercredi sa meilleure clôture depuis le 26 février, perd 0,98% à 5.457,23 points à 09h00 GMT. A Londres, le FTSE 100 cède 0,75% et à Francfort, le Dax abandonne 0,91%.

L’indice EuroStoxx 50 est en baisse de 1,02%, le FTSEurofirst 300 de 0,72% et le Stoxx 600 de 0,94%.

Les Etats-Unis ont franchi mercredi le seuil des 250.000 morts du COVID-19 et plusieurs Etats du pays ont annoncé de nouvelles mesures pour tenter de freiner l’épidémie, la plus emblématique étant la fermeture de tous les établissements scolaires de la ville de New York.

Au Japon, confronté lui aussi à une accélération de la propagation du virus même si son bilan humain reste relativement bas, la municipalité de Tokyo a déclenché l’alerte maximale et le Premier ministre dit envisager de limiter à quatre personnes les tablées dans les restaurants.

En France, le nombre de malades hospitalisés a reculé pour le deuxième jour d’affilée mais le gouvernement a souligné mercredi que le déconfinement était encore loin.

Autant de développements qui font craindre une dégradation supplémentaire de la situation économique.

Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), a d’ailleurs souligné ces risques dès le début de son audition au Parlement européen, en appelant les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union à trouver un compromis sur le budget communautaire, à quelques heures d’un sommet en visioconférence.

Les chiffres des inscriptions au chômage aux Etats-Unis et l’indice “Philly Fed” donneront, à 13h30 GMT, de nouvelles indications sur l’évolution récente de l’activité aux Etats-Unis.

VALEURS

Le repli touche tous les secteurs de la cote à commencer par les plus exposés aux retombées économiques de la pandémie: l’indice Stoxx du pétrole et du gaz cède 2%, celui du tourisme et des loisirs 1,68%, celui des banques 1,78%.

A Paris, les opérateurs de centres commerciaux Klépierre et Unibail-Rodamco-Westfield perdent respectivement 5,33% et 2,89%, le pétrolier Total 2,47% et Société générale 2,11%.

Dans l’actualité des résultats, Bouygues, après une ouverture en hausse, cède du terrain (-0,77%) malgré le relèvement de ses prévisions pour le second semestre et Kingfisher perd 4,31% après avoir évoqué un ralentissement de ses ventes ces dernières semaines.

Thyssenkrupp chute de 7,22% après l’annonce de 5.000 suppressions de postes supplémentaires pour tenter de réduire ses pertes.

EN ASIE

A la Bourse de Tokyo, l’indice Nikkei a terminé en recul de 0,36%, sa deuxième baisse d’affilée, l’appréciation du yen s’ajoutant à l’inquiétude suscitée par la situation sanitaire.

En Chine, la tendance était en revanche plus positive grâce aux informations de la chaîne de télévision publique CCTV selon lesquelles le gouvernement va prendre de nouvelles mesures de soutien à la consommation, notamment pour favoriser l’achat d’automobiles et d’électroménager dans les zones rurales.

L’indice SSE Composite de Shanghai a fini sur une progression de 0,47% et le CSI 300 a pris 0,74%.

A WALL STREET

Les contrats à terme sur les grands indices américains suggèrent pour l’instant une ouverture proche de l’équilibre après le repli marqué enregistré mercredi, les espoirs liés aux nouvelles annonces de Pfizer et BioNTech sur leur candidat vaccin ayant été occultés par la progression de l’épidémie et l’annonce de la fermeture des écoles new-yorkaises.

L’indice Dow Jones a cédé en clôture 344,93 points, soit 1,16%, à 29.438,42 points, le Standard & Poor’s 500 a perdu 41,74 points, 1,16% également, à 3.567,79 et le Nasdaq Composite a reculé de 97,74 points (-0,82%) à 11.801,60 points.

TAUX

Les dégagements sur les actions favorisent le retour sur le marché obligataire, avec à la clé une baisse des rendements: celui du Bund allemand à dix ans recule de plus d’un point de base à -0,569% et son équivalent américain de près de trois points à 0,8521%.

CHANGES

Le regain d’aversion au risque se traduit par un rebond du dollar, qui s’apprécie de 0,3% face à un panier de devises de référence.

L’euro retombe ainsi vers 1,1830 dollar alors qu’il avait frôlé 1,19 mercredi.

PÉTROLE

Le marché pétrolier baisse, la poursuite de la deuxième vague de la pandémie et les nouvelles restrictions annoncées ces dernières heures l’emportant sur les espoirs d’une prolongation des mesures prises par l’Opep et ses alliés pour limiter leur production.

Le Brent abandonne 0,41% à 44,16 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) cède 0,77% à 41,50 dollars.

Ils avaient gagné respectivement 1,35% et 0,94% mercredi.

édité par Patrick Vignal

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up