for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

A Wall Street les perdants et les gagnants potentiels des élections

(Reuters) - Les grands noms du secteur américain des hautes technologies étaient en tête des hausses en début de séance mercredi à Wall Street, profitant de la priorité donnée par de nombreux investisseurs à la sécurité face aux incertitudes sur l’issue des élections de la veille.

Les grands noms du secteur américain des hautes technologies étaient en tête des hausses en début de séance mercredi à Wall Street, profitant de la priorité donnée par de nombreux investisseurs à la sécurité face aux incertitudes sur l'issue des élections de la veille. /Photo prise le 3 novembre 2020/REUTERS/Andrew Kelly

Les gains engrangés par Joe Biden selon les résultats partiels disponibles sur les Etats clés du Wisconsin et du Michigan ont parallèlement modéré les dégagements sur les valeurs des énergies renouvelables, du cannabis et d’autres bénéficiaires potentiels d’une large victoire démocrate désormais très incertaine.

Les grands indices de Wall Street progressaient en début de séance, le Dow Jones gagnant plus de 2%, le Standard & Poor’s 500 près de 3% et le Nasdaq Composite plus de 3,3%.

Voici les secteurs considérés comme les plus sensibles aux résultats des élections:

HAUTES TECHNOLOGIES

Les grands noms de la “tech”, qui ont bénéficié ces quatre dernières années d’un contexte environnement réglementaire et antitrust favorable et de la politique fiscale de l’administration Trump, étaient en nette hausse en début de séance, à l’instar de Microsoft (+4,73%), d’Intel (+2,34%) ou des “FAANG”: Facebook, Apple, Amazon, Netflix et Alphabet, maison mère de Google gagnaient entre 2% et 7%.

“Avec une présidence Trump plus probable qu’anticipé et un Sénat plus équilibré, de grands changements comme une hausse de la fiscalité sur les plus-values ou une réglementation plus offensive sont moins probables”, dit Andrea Cicione, directeur de la stratégie de TS Lombard.

ÉNERGIE

Les compagnies pétrolières et gazières “traditionnelles”, qui pourraient profiter d’une réélection de Donald Trump du point de vue réglementaire comme fiscal, sont en nette hausse. A l’opposé, les énergies renouvelables souffriraient d’une victoire du président sortant.

En début de séance, les spécialistes des renouvelables First Solar, Enphase et JinkoSolar perdaient entre 6% et 9% et le fonds indiciel axé sur le solaire Invesco Solar près de 5%.

“Le fait que les républicains conservent la majorité au Sénat rendrait pratiquement impossible les grandes réformes climatiques de Biden, s’il gagne”, explique Pavel Molchanov, analyste de Raymond James.

MARIJUANA

Les grands producteurs de cannabis avaient fortement progressé en Bourse après le débat télévisé entre les deux candidats à la vice-présidence, profitant des propos de la démocrate Kamala Harris favorables à une décriminalisation de la marijuana au niveau fédéral. Ils rechutaient mercredi, de plus de 8% pour Tilray, de plus de 9% pour le canadien Canopy Growth.

DÉFENSE

Une réélection de Donald Trump devrait se traduire par la poursuite de l’augmentation des dépenses de défense, une perspective qui profite aux valeurs du secteur comme Northrop Grumman (+6,14%), Lockheed Martin (+4,64%) ou Raytheon (+2,34%).

OPÉRATEURS PRIVÉS DE PRISONS

Geo Group et CoreCivic.N>, deux opérateurs privés d’établissements pénitentiaires, ont progressé en avant-Bourse mais chutaient de plus de 10% en séance, l’hypothèse d’une victoire de Joe Biden reprenant des couleurs au fil des informations en provenance des Etats où le dépouillement se poursuivait.

PHARMACIE

Pfizer, Merck & Co, Biogen, Regeneron Pharmaceuticals, Bristol Myers et Johnson & Johnson gagnaient entre 2,4% et plus de 14% en début de séance. Pour les analystes de SVB Leerink, une victoire de Trump et une bataille serrée pour le contrôle du Sénat constituent un scénario quasi idéal pour le secteur pharmaceutique en écartant le risque de réformes en profondeur de la réglementation fédérale.

Susan Mathew, avec Trisha Roy et Arunima Kumar, version française Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up