for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

La CPME demande la réouverture des commerces de proximité

PARIS, 2 novembre (Reuters) - La Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) a regretté lundi la décision du gouvernement d’interdire la vente des produits non essentiels en grandes surfaces pour une question d’équité et a prôné au contraire la réouverture des commerces de proximité.

L’interdiction annoncée dimanche par le Premier ministre, Jean Castex, entrera en vigueur mardi.

Depuis l’annonce mercredi de la fermeture de tous les commerces de proximité considérés comme non essentiels dans le cadre du reconfinement, de nombreux commerçants, libraires en tête, soutenus par des élus locaux, ont réclamé un assouplissement de la mesure et certains ont bravé les interdictions d’ouverture en vigueur depuis vendredi.

Pour la CPME, la fermeture de certains rayons de grandes surfaces en plus de celle des commerces de proximité risque surtout de profiter aux distributeurs en ligne comme Amazon .

“La CPME s’est largement mobilisée ces derniers jours pour réclamer la réouverture des commerces de proximité et rétablir ainsi l’équité entre tous”, écrit-elle dans un communiqué.

“Cependant, nous avons répété sans cesse que notre objectif n’était pas d’opposer les différentes formes de commerce. Elles sont tout autant concurrentes que complémentaires. Nous ne voulons pas d’une concurrence faussée dont les seules véritables gagnantes seraient les plateformes de e-commerce internationales qui s’extraient pour une large partie des règles en vigueur, notamment sur le plan fiscal.”

“Fermer les rayons des produits non-essentiels de la grande distribution apporte une réponse uniquement ‘court termiste’ à question de l’équité”, poursuit l’organisation, qui recommande de donner aux préfets le pouvoir d’autoriser localement l’ouverture des boutiques de vente au détail là où les conditions sanitaires le permettent.

Le ministre de l’Economie a évoqué dans la matinée la possibilité d’une réouverture de certains commerces le 12 novembre avec des règles sanitaires renforcées ou, par exemple, via la prise de rendez-vous avec les clients.

“J’invite tous les commerçants à venir travailler avec moi cette semaine pour que nous regardions dans quelles conditions nous pourrions rouvrir le plus grand nombre possible de commerces dans les conditions de sécurité sanitaires totales”, a déclaré Bruno Le Maire sur RTL, tout en prônant le développement des boutiques en ligne avec l’aide de l’Etat.

Le ministre, qui recevra les représentants du secteur toute la semaine, a en outre laissé entendre qu’il n’était pas favorable à la fermeture des commerces de proximité.

“Quand on est dans une crise sanitaire, une crise économique et une crise de terrorisme, il n’y a pas de place pour les positions des uns ou des autres. Il n’y a de place que pour la position collective, qui est celle du gouvernement, fixée par le Premier ministre sous la direction du président de la République”, a-t-il déclaré.

Yves Hemedinger, député Les Républicains du Haut-Rhin, a annoncé lundi le dépôt d’une proposition de loi destinée à maintenir ouverts les commerces non alimentaires durant les périodes de confinement. (Jean-Philippe Lefief)

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up