for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Wall Street devrait tenter un rebond mais l'Europe reste fébrile

PARIS (Reuters) - Wall Street devrait ouvrir en hausse prudente mardi au lendemain d’un repli marqué tandis que les Bourses européennes restent, à mi-séance, fragilisées par les inquiétudes liées à la crise sanitaire.

Les Bourses européennes restent, à mi-séance, fragilisées par les inquiétudes liées à la crise sanitaire. À Paris, le CAC 40 perd 0,78% vers 12h35 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,19% et à Londres, le FTSE lâche 0,06%. /Photo d'archives/REUTERS/Neil Hall

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,2% à 0,4% après un recul de 1,7% lundi face à l’accélération de la deuxième vague de la pandémie.

À Paris, le CAC 40 perd 0,78% à 4.778,78 vers 12h35 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,19% et à Londres, le FTSE lâche 0,06%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 0,14%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,26% et le Stoxx 600 de 0,16%.

L’épidémie de COVID-19 continue se propager aux Etats-Unis et en Europe où de nombreux pays, dont la France et l’Allemagne, envisagent de durcir les restrictions pour freiner le coronavirus, ce qui fait craindre un nouveau coup de frein à l’économie, qui peine encore à se remettre de la première vague.

L’absence de progrès dans les négociations sur le plan de relance américain et l’approche de l’élection présidentielle sont également des facteurs de prudence.

“Si cette situation persiste, les investisseurs sont susceptibles d’accroître leur exposition aux valeurs refuges comme le yen, le dollar ou même les bons du Trésor, tandis que les actions poursuivront leur correction baissière”, a déclaré Pierre Veyret chez ActivTrades. LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

La séance est une nouvelle fois animée par de nombreux résultats d’entreprises. En attendant les géants technologiques, les investisseurs ont pris connaissance des résultats décevants de Caterpillar mais aussi de ceux supérieurs aux attentes de 3M.

Dans le domaine pharmaceutique, Merck grappille 1% en avant-Bourse après avoir relevé son objectif de bénéfice annuel mais Eli Lilly perd 4% après avoir publié un bénéfice moins bon que prévu en raison d’une baisse de demande.

Pfizer a annoncé un recul de son chiffre d’affaires et ajouté ne pas être prêt à publier les données de l’essai clinique du candidat vaccin développé avec BioNTech,.

Dans l’actualité des fusions et acquisitions, le concepteur de semi-conducteurs Advanced Micro Devices a annoncé le rachat de son concurrent Xilinx pour 35 milliards de dollars (29,7 milliards d’euros).

VALEURS EN EUROPE

Capgemini, pénalisé lundi par la chute de l’allemand SAP, gagne 4,04% après l’annonce d’un rebond plus marqué qu’attendu de ses activités au troisième trimestre.

SAP reprend de son côté 2,95%.

Dans le secteur bancaire, Santander gagne 4,07% à Madrid, la meilleure performance de l’EuroStoxx 50, et HSBC 6,55% à Londres après des annonces saluées elles aussi par les investisseurs.

L’indice Stoxx du compartiment bancaire gagne 1%, la plus forte hausse sectorielle du jour.

A la baisse, le fabricant de semi-conducteurs AMS perd 1,92%, pénalisé par le lancement d’une émission d’obligations convertibles qui prend le pas sur des résultats préliminaires et des prévisions encourageants.

CHANGES

Les variations sont limitées sur le marché des changes où les cambistes se gardent de faire des paris risqués face aux multiples sources d’incertitudes.

“L’impasse dans laquelle se trouvent les discussions budgétaires aux Etats-Unis et les négociations liées au Brexit, ainsi que les implications de la résurgence épidémique sur la croissance du produit intérieur brut au quatrième trimestre jouent en faveur d’une stabilisation plus importante de l’euro-dollar et du sterling-dollar pour l’instant”, ont déclaré les analystes d’UniCredit dans une note de recherche.

Le dollar cède 0,16% face à un panier de référence et l’euro évolue autour de 1,1828 dollar (+0,17%).

TAUX

Les rendements obligataires de référence en Europe sont en léger repli, à -0,588% pour le Bund allemand à dix ans et -0,3107% pour son équivalent français.

Le contexte sanitaire et l’approche des décisions de la BCE incitent les investisseurs obligataires à la prudence.

Le dix ans américain, lui, recule d’un point de base, à 0,7893%, après en avoir déjà perdu près de quatre lundi.

PÉTROLE

Le marché pétrolier regagne une partie du terrain cédé sur les séances précédentes mais le sentiment de marché reste prudent en raison des craintes de voir la deuxième vague de la pandémie et les mesures prises pour la contenir freiner la demande d’hydrocarbures.

Le Brent prend 0,47% à 40,65 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,57% à près de 39 dollars.

Tous deux avaient perdu plus de 3% lundi.

avec Tommy Wilkes, édité par Marc Angrand

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up