for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Wells Fargo: Le 3e trimestre pénalisé par la hausse des coûts, la pandémie

Wells Fargo & Co a annoncé des résultats inférieurs aux attentes au troisième trimestre, marqué par près d'un milliard de dollars de charges supplémentaires dans le cadre du scandale de 2016 sur ses pratiques commerciales litigieuses, les taux bas pesant par ailleurs sur ses revenus. /Photo d'archives/REUTERS/Jessica Rinaldi

(Reuters) - Wells Fargo & Co a annoncé des résultats inférieurs aux attentes au troisième trimestre, marqué par près d’un milliard de dollars de charges supplémentaires dans le cadre du scandale de 2016 sur ses pratiques commerciales litigieuses, les taux bas pesant par ailleurs sur ses revenus.

Depuis un an à la tête de la banque, le directeur général, Charlie Staff, a fait de la réduction des coûts une priorité.

Il a déclaré qu’à long terme les dépenses pourraient être réduites de 10 milliards de dollars par an, mais que les coûts liés à la pandémie l’avaient empêché pour le moment de réellement progresser.

A Wall Street, le titre Wells Fargo cédait ainsi près de 3% en début de matinée.

Le revenu net d’intérêts de la quatrième banque américaine a totalisé 9,4 milliards de dollars, en baisse de 512 millions de dollars par rapport au deuxième trimestre, son portefeuille de prêts ayant diminué de 2%. Le produit net bancaire a chuté de 14%.

Contrairement à ses concurrents JPMorgan Chase ou Bank of America Corp qui possèdent des activités de banque d’investissement et des activités importantes sur les marchés obligataires, Wells Faro ne dispose pas d’une vaste palette de métiers lui permettant d’amortir la baisse de ses revenus. Le bénéfice net par action (bpa) de la banque est tombé à 0,42 dollar par action (contre 0,92 dollar un an auparavant) alors que les analystes attendaient un bpa de 45 cents, selon les données Refinitiv.

Un scandale avait éclaté en 2016, révélant que la banque californienne avait potentiellement ouvert des millions de comptes fictifs à l’insu de ses clients pour permettre à ses employés de tenir leurs objectifs de vente et mis en oeuvre des techniques de vente illégales.

Noor Zainab Hussain et Imani Moise, version francaise Laura Marchioro, édité par Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up