for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

La CFDT s'inquiète d'une vente par Total de sa division Cray Valley

L'organisation syndicale CFDT estime mardi qu'une vente de Cray Valley, une division de Total spécialisée dans les produits chimiques, pourrait remettre en cause l'équilibre industriel et économique du site pétrochimique de Carling (Moselle). /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau

PARIS (Reuters) - L’organisation syndicale CFDT estime mardi qu’une vente de Cray Valley, une division de Total spécialisée dans les produits chimiques, pourrait remettre en cause l’équilibre industriel et économique du site pétrochimique de Carling (Moselle).

Reuters, citant des sources proches du dossier, a rapporté la semaine dernière que Total allait céder ses activités résine dans le cadre de son nouveau plan qui prévoit de se séparer d’actifs non stratégiques pour accélérer sa transition vers les énergies renouvelables.

Parmi les actifs concernés figure Cray Valley, une division spécialisée dans les additifs chimiques de spécialité, produits chimiques de spécialité d’hydrocarbures ainsi que dans les résines utilisées notamment comme ingrédients dans les adhésifs, caoutchoucs, polymères et revêtements.

“Les promesses de la direction de Total en 2013 lors de l’annonce du projet de modernisation devaient pérenniser les activités du site et même permettre un accroissement des résultats au-delà de l’année 2030”, écrit la CFDT.

“Si la vente de Cray Valley s’avère effective, la viabilité économique de la plate-forme de Carling sera gravement menacée sans un investissement industriel majeur”, ajoute l’organisation syndicale, qui demande à Total de commenter l’information de Reuters.

“Garder le silence est inadmissible et crée une situation anxiogène dans une période déjà compliquée”, déplore la CFDT.

Claude Chendjou, édité par Blandine Hénault

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up