for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

La Suisse relève sa prévision de PIB pour 2020, reste prudente face au coronavirus

Le gouvernement suisse a revu lundi à la hausse sa prévision de produit intérieur brut (PIB) pour 2020, mais reste prudent quant à une éventuelle seconde vague épidémique qui pourrait freiner la croissance économique du pays. /Photo d'archives/REUTERS/Denis Balibouse

ZURICH (Reuters) - Le gouvernement suisse a revu lundi à la hausse sa prévision de produit intérieur brut (PIB) pour 2020, mais reste prudent quant à une éventuelle seconde vague épidémique qui pourrait freiner la croissance économique du pays.

Le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) table désormais sur une contraction de l’économie suisse de 3,8% en 2020, soit un recul moins important que prévu en juin. Le gouvernement s’attendait alors à une chute de 6,2% du PIB suisse cette année.

L’épidémie de coronavirus reste néanmoins une préoccupation sérieuse pour le gouvernement, qui a également cité les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine et la possibilité d’un Brexit “dur”, comme des menaces à une reprise post-pandémique.

L’assouplissement des mesures liées au confinement dès la fin du mois d’avril a toutefois contribué à la reprise économique du pays cette année, note le groupe d’experts de la Confédération.

La consommation et les investissements ont été supérieurs aux attentes sur le deuxième trimestre, tandis que le recours au chômage partiel, une mesure introduite pour prévenir les licenciements, s’est avéré moins nécessaire que redouté en juin.

Le redressement de l’économie suisse devrait d’ailleurs s’être poursuivi au cours du troisième trimestre, ajoute le groupe d’experts. Certains secteurs tels que l’hôtellerie et la restauration ont en effet pu limiter les pertes, les Suisses n’ayant que très peu voyagé à l’étranger.

D’autres pans de l’économie, tels que l’industrie manufacturière et le tourisme international par exemple, ont connu une reprise moins forte.

La reprise économique devrait se poursuivre l’année prochaine, bien qu’à un rythme plus lent qu’initialement prévu, et l’économie suisse ne devrait pas retrouver ses niveaux d’avant la crise avant la fin de l’année 2021.

Pour 2021, le SECO s’attend à ce que l’économie suisse connaisse une croissance corrigée des effets des manifestations sportives de 3,8%, une reprise plus lente que prévue en juin, quand le groupe d’experts tablait sur une hausse du PIB de 4,9%.

John Revill, version française Charles Regnier, édité par Blandine Hénault

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up