for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

MARCHÉS-L'inflation à surveiller en priorité-Saxo Bank

PARIS, 24 août (Reuters) - L’inflation est le facteur à surveiller en priorité sur les marchés, dit-on chez Saxo Bank en soulignant le risque d’une période prolongée de hausse des prix dans la phase de reprise de l’économie qui suivra la récession provoquée par la crise du coronavirus.

“Aucun sujet n’est plus important dans l’espace macroéconomique que l’inflation en ce moment”, écrit Christopher Dembik, responsable de la recherche macroéconomique pour la banque danoise, dans une note publiée lundi. “Tous les clients à qui nous parlons partagent leurs inquiétudes quant au risque d’inflation et recherchent des stratégies d’investissement pour se couvrir contre l’inflation.”

Les indicateurs récents signalant une remontée de l’inflation s’expliquent largement par les forts déséquilibres économiques résultant de la récession provoquée par la crise sanitaire, selon l’économiste.

“Toutefois, nous ne pouvons pas exclure que nous connaissions, dans la phase de reprise, une période prolongée de forte inflation due à un changement soudain de régime caractérisé par une montée du protectionnisme et des politiques plus redistributives pour lutter contre les inégalités”, ajoute-t-il.

Si la plupart des économistes s’accordent à dire que le choc initial provoqué par la crise du COVID-19 est déflationniste, les avis divergent quant à l’évolution que suivront les prix sur les deux ou trois prochaines années, souligne Christopher Dembik.

Certains pensent que l’augmentation massive de la masse monétaire continuera à gonfler le prix des actifs mais n’aura que peu d’impact sur l’économie réelle, dit-il.

D’autres estiment au contraire que l’envolée de la masse monétaire combinée à un changement de régime entretiendra une pression inflationniste durable et poussera durablement la hausse des prix au-dessus de 2%, ajoute-t-il.

L’évolution de l’inflation dépendra en grande partie des décisions politiques à venir, selon Christopher Dembik.

“Nous pensons que les politiques redistributives et autres programmes de soutien joueront un rôle clé dans la création de conditions favorables à un épisode d’inflation une fois que la reprise commencera à se matérialiser, disons à un horizon de 12-18 mois”, écrit-il.

Patrick Vignal, édité par Marc Angrand

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up