for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Prudence avant l'emploi américain sur fond de tension USA-Chine

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent prudemment vendredi en début de séance, à quelques heures de la publication des chiffres mensuels de l’emploi aux Etats-Unis et dans un climat troublé par les tensions entre Washington et Pékin.

Les principales Bourses européennes évoluent prudemment vendredi en début de séance, à quelques heures de la publication des chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis et dans un climat troublé par les tensions entre Washington et Pékin. À Paris, l'indice CAC 40 cède 0,12% vers 08h00 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,22% et à Londres, le FTSE fait du surplace (-0,02%). /Photo prise le 6 août 2020/REUTERS

À Paris, l’indice CAC 40 cède 0,12% à 4.879,27 points vers 08h00 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,22% et à Londres, le FTSE fait du surplace (-0,02%).

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro gagne 0,12%, le FTSEurofirst 300 abandonne 0,08% et le Stoxx 600 progresse de 0,1%.

Les indices européens réagissent avec davantage de modération aux frictions entre les Etats-Unis et la Chine que les indices chinois, qui ont nettement baissé.

Le président américain a interdit par décret toute transaction avec l’application de partage de vidéos TikTok et l’application de messagerie WeChat d’ici à 45 jours, ce qui signifie que ni l’une, ni l’autre ne pourront plus opérer aux Etats-Unis au terme de ce délai si leurs activités américaines ne sont pas vendues par leurs propriétaires chinois.

Donald Trump avait déjà formulé cette menace à l’encontre de TikTok, propriété du chinois ByteDance, dont les activités pourraient intéresser les géants américains de la technologie, à commencer par Microsoft.

Le décret vise également WeChat, une application peu utilisée aux Etats-Unis dont le propriétaire est Tencent, un énorme groupe chinois dont l’action chute à la Bourse de Hong Kong.

Cette actualité relègue au second plan l’annonce d’un bond des exportations chinoises sur un an au mois de juillet, les intervenants de marché redoutant des représailles de Pékin après la décision de Washington.

“La Chine pourrait bloquer Apple et Microsoft en Chine”, déclare Nana Otsuki analyste de Monex Securities. “Ceci pourrait être le début d’une guerre des technologies de l’information.”

VALEURS EN EUROPE

Les variations sectorielles sont assez faibles dans les premiers échanges en Europe avec tout de même un repli de 0,85% pour l’automobile, très sensible à la thématique des tensions commerciales.

La plus forte baisse du CAC est pour ArcelorMittal, lui aussi en première ligne sur ce front et qui perd 2,21%.

A la hausse, le fournisseur de matériel médical Hikma Pharmaceuticals prend la tête du Stoxx 600 avec un bond de plus de 10% après avoir relevé les prévisions de ventes annuelles pour deux de ses principales divisions.

EN ASIE

Tencent a cédé près 6% à la Bourse de Hong Kong, dont l’indice Hang Seng a reculé de 1,6%. L’indice CSI 300 des principales capitalisations de Chine continentale a perdu pour sa part 1,2%.

Le Nikkei de la Bourse de Tokyo a abandonné 0,4%.

A WALL STREET

Les contrats à terme sur les indices de Wall Street baissent pour l’instant de 0,2% à 0,3%. La tendance pourrait évoluer avec la publication, une heure avant l’ouverture, du rapport mensuel sur l’emploi aux Etats-Unis, surtout s’il confirme que la recrudescence des contaminations par le COVID-19 dans plusieurs Etats américains freine la reprise du marché du travail.

Les investisseurs espèrent par ailleurs un compromis entre les principaux dirigeants démocrates du Congrès américain et l’administration Trump qui permettrait d’assurer le maintien d’un soutien financier public aux millions d’Américains frappés par les conséquences économiques de la pandémie. Mais les discussions de jeudi n’ont pas permis de progrès significatifs.

La Bourse de New York a fini en hausse jeudi après un début de séance hésitant, portée par les géants de la technologie, qui ont permis au Nasdaq Composite de clôturer pour la première fois de son histoire au-dessus de la barre des 11.000 points.

Apple, qui a pris 3,5%, et Facebook, en hausse de 6,5%, ont soutenu tous les indices.

L’indice Dow Jones a avancé de 185,46 points à 27.386,98 et le S&P-500, plus large, a pris 21,39 points, soit 0,64%, à 3.349,16.

Le Nasdaq Composite a progressé pour sa part de 109,67 points (1,00%) à 11.108,07 points.

CHANGES/TAUX

L’”indice dollar”, qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de six autres devises internationales, repart à la hausse pour s’éloigner d’un creux de deux ans. L’euro cède un peu de terrain, autour de 1,1837 dollar (-0,3%).

Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à 10 ans recule légèrement, autour à 0,523%. Son équivalent allemand est quasiment inchangé dans les premiers échanges, autour de -0,534%.

PÉTROLE

Les contrats à terme sur le brut reculent légèrement, pénalisés par les craintes entourant la demande.

Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) se traite à 41,90 dollars le baril et le Brent de mer du Nord à 45,04 dollars.

édité par Marc Angrand

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up