June 26, 2020 / 8:54 AM / 15 days ago

BOURSE-DBV chute, restructuration faute de certitude sur Viaskin Peanut

PARIS, 26 juin (Reuters) - DBV Technologies chute vendredi en Bourse de Paris après l’annonce d’un plan de restructuration en l’absence de réponse des autorités américaines sur Viaskin Peanut, le traitement de l’allergie aux arachides sur lequel le groupe fonde ses principaux espoirs.

Le titre de la société de biotechnologies perd 14,87% à 08h45 GMT à 8,28 euros, la plus forte baisse de l’indice SBF 120 , alors en hausse de 0,99%.

Dans un communiqué publié peu avant l’ouverture des marchés, DBV explique que “n’ayant pas encore reçu de nouvelles informations de la part de la FDA” sur sa demande de licence biologique (biologics license application, BLA) de Viaskin Peanut, il a lancé “une revue complète de ses activités” afin de se préparer à un retard du calendrier de développement.

Cette revue a d’ores et déjà conduit le conseil d’administration à approuver un projet de plan de restructuration “qui devrait notamment comprendre une réduction significative des effectifs”, ajoute la société.

La valeur boursière de DBV avait chuté de plus de 58% le 17 mars dernier, lorsque la Food and Drug Administration (FDA) a exprimé ses doutes sur l’efficacité du Viaskin Peanut et repoussé une réunion clé prévue initialement mi-mai.

DBV dit avoir transmis aux autorités américaines de nouveaux résultats d’analyses censés répondre aux questions posées mais ajoute que la FDA “n’a pas fourni d’autres informations” depuis.

Le plan de restructuration, explique la société, vise à lui permettre de poursuivre le processus d’homologation du Viaskin Peanut “en préservant son horizon de trésorerie”.

DBV disposait fin mars de 262,4 millions d’euros de liquidités, un solde “suffisant pour financer ses opérations bien au-delà des prévisions précédentes du premier trimestre 2021”, assure-t-elle.

La valeur boursière de l’entreprise, en incluant la chute de vendredi, affiche un repli de 57,4% depuis le début de l’année, à moins de 460 millions d’euros.

Marc Angrand, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below