for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Le Royaume-Uni doit revoir le rôle de Huawei dans son réseau 5G, selon l'Otan

(Reuters) - Le secrétaire général de l’Otan a déclaré mercredi que l’Occident ne pouvait pas ignorer la montée en puissance de la Chine et qu’il était donc important que le Royaume-Uni revoie le rôle de Huawei dans son réseau de téléphonie mobile de cinquième génération (5G).

Le secrétaire général de l'Otan a déclaré mercredi que l'Occident ne pouvait pas ignorer la montée en puissance de la Chine et qu'il était donc important que le Royaume-Uni revoie le rôle de Huawei dans son réseau de téléphonie mobile de cinquième génération (5G). /Photo d'archives/REUTERS/Jason Lee

“J’espère que le gouvernement britannique va concevoir ses réseaux de manière à les protéger et en s’assurant que le pays dispose de réseaux 5G sécurisés”, a déclaré Jens Stoltenberg à BBC radio.

“C’est pourquoi je pense qu’il est également important d’examiner de nouveau la situation pour faire en sorte que cela soit le cas”.

Interrogée sur les commentaires de Jens Stoltenberg, la porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Hua Chunying, a déclaré que la Chine ne constituait une menace pour aucun pays.

“Nous espérons que l’Otan pourra continuer à avoir une opinion correcte à notre sujet et à considérer notre développement de manière rationnelle”, a-t-elle déclaré.

Dans le cadre d’une réévaluation plus large des relations avec la Chine, le Centre national de cybersécurité britannique analyse l’impact des récentes sanctions américaines contre Huawei sur la décision de la Grande-Bretagne d’accorder à l’entreprise un rôle dans la construction de son réseau 5G.

En janvier, le Premier ministre Boris Johnson a accordé à Huawei un rôle limité dans le réseau mobile 5G britannique, faisant échouer une tentative globale des États-Unis d’exclure le géant chinois des télécommunications des réseaux de communication de nouvelle génération en Occident.

Défiant le plus proche allié de la Grande-Bretagne en faveur de la Chine à la veille du Brexit, Boris Johnson a décidé que les “équipementiers à haut risque” tels que Huawei seraient autorisés à intégrer les parties non sensibles du réseau 5G.

Mais l’épidémie de coronavirus, les désaccords sur Hong Kong et la colère du président américain Donald Trump envers la Chine ont incité la Grande-Bretagne à réévaluer ses relations avec Pékin.

“La Chine se rapproche de nous, c’est le cas en Arctique, elle investit massivement dans les infrastructures essentielles en Europe, et nous voyons bien sûr qu’elle opère également dans le cyberespace”, a déclaré Jens Stoltenberg.

“Il ne s’agit pas de déployer l’Otan en mer de Chine méridionale, mais de répondre au fait que la Chine se rapproche de nous.”

L’Organisation du traité de l’Atlantique nord a été créée en 1949 par les États-Unis, le Canada, la France, la Grande-Bretagne et d’autres États d’Europe occidentale pour assurer la sécurité collective contre l’Union soviétique, qui s’est ensuite effondrée en 1991.

Guy Faulconbridge et Kate Holton; version française Kate Entringer, édité par Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up