May 27, 2020 / 2:03 AM / a month ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 02H00 GMT (27/05)

LA FRANCE ENREGISTRE 73 MORTS EN PLUS À CAUSE DU CORONAVIRUS

PARIS - La France a enregistré 73 décès supplémentaires dus à l’épidémie de coronavirus pour un bilan total atteignant désormais 28.530 morts depuis le 1er mars, a annoncé mardi la direction générale de la santé dans un communiqué.

Ces décès se répartissent en 18.195 morts dans les hôpitaux et 10.335 dans les établissements médico-sociaux, essentiellement les Ehpad.

La pression continue de retomber sur les hôpitaux, qui soignaient mardi 16.264 personnes malades du COVID-19, soit 534 de moins que la veille. La baisse se poursuit aussi dans les services de réanimation avec désormais 1.555 patients traités, 54 de moins que lundi.

Le nombre de cas de contamination recensés atteint au total 145.555, soit 276 cas de plus que la veille, précise Santé publique France sur son site internet.

LE RECOURS À L’HYDROXYCHLOROQUINE DÉCONSEILLÉ EN FRANCE

PARIS - Le Haut conseil de santé publique (HCSP), saisi en urgence par le ministre de la Santé, recommande dans un avis publié mardi de ne pas utiliser l’hydroxychloroquine dans le cadre du traitement des patients contaminés par le coronavirus et ayant développé la maladie COVID-19.

“Le groupe de travail a conclu de manière collégiale à l’absence d’étude clinique suffisamment robuste démontrant l’efficacité de l’hydroxychloroquine dans le COVID-19 quelle que soit la gravité de l’infection”, est-il souligné dans cet avis.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, avait annoncé samedi avoir chargé ce groupe indépendant d’experts d’analyser “une étude alertant sur l’inefficacité et les risques de certains traitements du COVID-19 dont l’hydroxychloroquine” publiée dans The Lancet, revue médicale britannique à comité de lecture.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déjà suspendu son essai clinique de l’hydroxychloroquine par mesure de sécurité.

MACRON ANNONCE UNE AIDE DE €8 MDS À LA FILIÈRE AUTOMOBILE

PARIS - Emmanuel Macron a annoncé mardi un plan de soutien de quelque huit milliards d’euros à la filière automobile française fortement éprouvée par la crise économique provoquée par l’épidémie de coronavirus et souhaité faire de la France la première nation productrice de véhicules propres en Europe.

“L’Etat au total apportera un peu plus de 8 milliards d’euros d’aides au secteur”, a déclaré le chef de l’Etat français à l’issue d’une visite de l’usine de l’équipementier Valeo à Etaples (Pas-de-Calais), évoquant un “plan historique face à une situation historique”.

Ce montant global comprend notamment le prêt garanti par l’Etat (PGE) de 5 milliards d’euros promis par le gouvernement à Renault, et qu’Emmanuel Macron a conditionné aux résultats d’une table ronde entre le constructeur et les syndicats et les élus concernés par l’avenir des sites du groupe au losange, a précisé l’Elysée. Il intègre également 295 millions d’euros de PGE accordés à ce jour aux entreprises du secteur.

“Les constructeurs ont pris en contrepartie une série d’engagements forts qui consistent à relocaliser la production à valeur ajoutée en France et à consolider et maintenir la production industrielle sur nos sites”, a indiqué le président.

En raison des mesures de confinement instaurées à travers le monde pour tenter de ralentir la propagation du coronavirus, les ventes d’automobiles se sont retrouvées au point mort dans de nombreux pays où elles avaient déjà ralenti. Certains acteurs du secteur ont commencé à rouvrir leurs usines mais la demande reste faible et la crise économique a accentué les difficultés financières des constructeurs ainsi que de leurs sous-traitants.

VOIR AUSSI

ENCADRE-Les engagements des acteurs de la filière automobile

RENAULT S’APPRÊTE À SUPPRIMER 5.000 EMPLOIS - LE FIGARO

PARIS - Renault s’apprête à supprimer 5.000 emplois d’ici 2024, sans licenciements secs, dans le cadre de son plan d’économies de deux milliards d’euros attendu en fin de semaine, rapporte Le Figaro mardi sur son site internet.

Le constructeur français “privilégiera le non-remplacement de salariés partant en retraite” et “va aussi éviter de recourir à un plan de départs volontaires coûteux et mal ciblé”, selon le journal.

Reuters a rapporté lundi que le groupe automobile, qui employait l’an dernier 48.500 personnes en France, pourrait annoncer jeudi soir des suppressions d’emplois et des fermetures de sites dans le cadre de son plan d’économies.

AXA PRÊT À RÉPONDRE AUX DEMANDES D’INDEMNISATION DES RESTAURATEURS

PARIS - Le groupe d’assurances Axa a assuré mardi qu’il allait répondre à la plupart des demandes d’indemnisation pour interruption de l’activité de certains restaurateurs en France après avoir perdu un procès susceptible de créer un précédent en termes de litiges liés au coronavirus.

Le tribunal de commerce de Paris a ordonné vendredi à Axa d’indemniser un restaurateur parisien à hauteur de deux mois de perte de son chiffre d’affaires du fait du confinement. L’assureur français faisait valoir que sa police ne couvrait pas les perturbations d’activité causées par la crise sanitaire.

D’autres assureurs français ont déclaré qu’ils indemniseraient les pertes d’exploitation de certains clients, en fonction de leurs contrats. Generali France, par exemple, a indiqué qu’il effectuerait des paiements à 600 entreprises du secteur de l’hôtellerie et de la restauration.

—-

L’ESPAGNE RÉCLAME DES RÈGLES EUROPÉENNES COMMUNES SUR LA RÉOUVERTURE DES FRONTIÈRES

MADRID - L’Espagne a invité mardi ses partenaires de l’Union européenne à fixer des règles communes sur l’ouverture des frontières et le rétablissement de la liberté de circulation dans l’espace Schengen, sur fond d’allègement des mesures de confinement avec le ralentissement de la flambée épidémique liée au coronavirus.

“Nous devons travailler avec nos partenaires européens pour définir des règles communes qui nous permettront de retrouver une liberté de mouvement sur le territoire européen”, a déclaré la ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez.

Même si les Etats membres de l’UE ont fixé des dates différentes pour la réouverture des frontières, a-t-elle ajouté, il doit y avoir des principes et des règles communes pour la réouverture des frontières intérieures de l’espace Schengen.

De même, a poursuivi la ministre, les Européens devront s’entendre sur les règles concernant les frontières extérieures de la zone.

Le gouvernement espagnol, soucieux de relancer un secteur touristique crucial pour son économie, a annoncé lundi que les mesures de quarantaine imposées aux voyageurs seraient levées à partir du 1er juillet.

L’ALLEMAGNE PROLONGE LA DISTANCIATION SOCIALE JUSQU’AU 29/06

BERLIN - Les mesures de distanciation sociale en Allemagne vont être prolongées jusqu’au 29 juin pour contenir l’épidémie provoquée par le nouveau coronavirus, a annoncé mardi un porte-parole du gouvernement à la suite d’un accord avec les 16 régions du pays.

La chancelière Angela Merkel, qui craint une deuxième vague de contaminations nécessitant un nouveau confinement de la population, dévastateur pour l’économie, avait initialement proposé de prolonger jusqu’au 5 juillet l’obligation de maintenir une distance d’un mètre et demi entre les personnes.

L’accord trouvé mardi prévoit aussi que les rassemblements de 10 personnes maximum seront de nouveau autorisés à partir du 6 juin.

—-

USA-TRUMP ACCUSE TWITTER D’INTERFÉRER DANS LA PRÉSIDENTIELLE

SAN FRANCISCO - Donald Trump a accusé mardi Twitter d’interférer dans l’élection présidentielle de novembre aux Etats-Unis après que le réseau social a incité dans la journée ses utilisateurs à vérifier la véracité de propos publiés par le président américain sur le vote par correspondance.

Twitter a averti que les faits énoncés par Donald Trump dans un double message à propos du vote par correspondance n’étaient pas avérés et réfutés par les services de “fact-checking” de la plate-forme.

Un point d’exclamation bleu placé sous la publication de Trump conseille aux lecteurs d’”obtenir les faits sur le vote par correspondance”, en les redirigeant vers une page affichant différents articles de presse et informations sur le sujet.

C’est la première fois que le réseau social vient ajouter un tel avertissement à un message de Donald Trump, recourant à une fonctionnalité qu’elle a ajoutée plus tôt ce mois-ci.

S’exprimant via Twitter, Donald Trump a reproché à la firme américaine de “réprimer complètement” la liberté d’expression. “En tant que président, je ne laisserai pas faire cela”, a-t-il ajouté, accusant Twitter d’”interférer dans l’élection présidentielle de 2020”.

—-

EDF DÉPOSE UNE DEMANDE POUR UN PROJET DE CENTRALE NUCLÉAIRE BRITANNIQUE

LONDRES - EDF a déposé auprès des autorités britanniques une demande d’autorisation pour la construction de deux réacteurs nucléaires EPR à Sizewell C, un chantier estimé à 17 à 18 milliards de livres (19 à 20 milliards d’euros) dans l’est de l’Angleterre, a annoncé le groupe français mercredi.

Cette demande était attendue en mars mais a été retardée en raison de l’épidémie provoquée par le nouveau coronavirus.

Sizewell C est la deuxième centrale nucléaire qu’EDF espère construire en Grande-Bretagne après Hinkley Point, dont le chantier devrait être achevé en 2025.

Si elle voit le jour, elle permettra de fournir de l’électricité à environ six millions de foyers et créera 25.000 emplois, affirme EDF.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below