for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Chute confirmée de 3,8% du PIB de la zone euro au premier trimestre

BRUXELLES (Reuters) - L’économie de la zone euro a subi sur les trois premiers mois de l’année sa contraction la plus brutale depuis la création de la monnaie unique, montrent les statistiques officielles publiées vendredi, qui reflètent l’impact des mesures de confinement adoptées par la plupart des pays membres.

Eurostat, l’institut européen de la statistique, a fait état d’une baisse de 3,8% du produit intérieur brut (PIB) des Dix-Neuf sur la période janvier-mars par rapport à octobre-décembre et de 3,2% sur un an, des chiffres conformes aux attentes des économistes interrogés par Reuters.

Il s’agit de la plus forte contraction d’un trimestre sur l’autre enregistrée depuis le début de la série statistique en 1995, et de la plus forte en rythme annuel depuis le troisième trimestre 2009, durant lequel elle avait atteint 4,5%.

C’est en France que la baisse du PIB a été la plus marquée, atteignant 5,8% contre 5,4% en Slovaquie et 5,2% en Espagne, alors qu’elle a été limitée à 2,2% en Allemagne.

La Finlande est le seul pays de la région à afficher - de justesse - une hausse de son PIB, de 0,1%.

Eurostat précise que les exportations de la zone euro ont chuté de 6,2% en mars par rapport au même mois de l’an dernier alors que les importations diminuaient de 10,1%.

L’emploi a parallèlement baissé de 0,2% d’un trimestre sur l’autre, son premier recul depuis 2013.

Jan Strupczewski, version française Marc Angrand, édité par Jean-Stéphane Brosse

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up