for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Les investisseurs craignent une reprise lente et une pandémie longue

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes poursuivent leur repli en début de séance jeudi face à la double perspective d’une reprise économique plus lente qu’anticipé et d’une pandémie de coronavirus plus difficile que prévu à endiguer.

Les principales Bourses européennes poursuivent leur repli en début de séance jeudi. À Paris, le CAC 40 perd 1,64% après une heure d'échanges. A Londres, le FTSE 100 cède 1,4% et à Francfort, le Dax recule de 1,42%. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau

À Paris, le CAC 40 perd 1,64% à 4.271,82 points après une heure d’échanges, en baisse pour la quatrième séance d’affilée et au plus bas depuis le 6 avril. A Londres, le FTSE 100 cède 1,4% et à Francfort, le Dax recule de 1,42%.

L’indice EuroStoxx 50 est en baisse de 1,63%, le FTSEurofirst 300 de 0,9% et le Stoxx 600 de 1,42%, au plus bas depuis dix jours.

Si le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell, a promis mercredi que la Fed amplifierait encore son soutien à l’économie en cas de besoin (tout en excluant des taux négatifs), les marchés ont surtout retenu de son intervention l’évocation du risque d’une reprise plus lente et donc plus longue qu’anticipé initialement.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a par la suite porté un nouveau coup au moral des investisseurs en soulignant que le coronavirus SARS-CoV-2 pourrait ne jamais totalement disparaître.

Ce risque s’ajoute à celui, plus immédiat, d’une nouvelle vague de contaminations dans les pays ayant récemment levé une partie des mesures de confinement prises pour freiner la pandémie.

La séance sera par ailleurs animée par les chiffres hebdomadaires des inscriptions au chômage aux Etats-Unis, attendues en baisse mais toujours à un niveau historiquement élevé puisque le consensus Reuters les donne à 2,5 millions.

VALEURS

La baisse touche une nouvelle fois tous les secteurs de la cote et les replis les plus marqués affectent les compartiments les plus vulnérables à une remise en cause du scénario initial de reprise: l’indice Stoxx européen de l’automobile perd 2,17%, celui des transports et du tourisme 1,79%, celui de l’énergie 1,95%.

A Paris, toutes les valeurs du CAC 40 évoluent dans le rouge et parmi les baisses les plus marquées, le groupe parapétrolier TechnipFMC cède 4,93% et le sidérurgiste ArcelorMittal 4,83%.

PSA et Fiat Chrysler cèdent respectivement 3,4% et 0,87% après avoir renoncé à un dividende ordinaire.

Dans l’actualité des résultats, Bouygues perd 4,24% après avoir creusé sa perte d’exploitation au premier trimestre et renoncé à des prévisions pour le reste de l’année tandis qu’EDF prend 2,42% après le repli limité de son chiffre d’affaires sur les trois premiers mois de l’année.

Euronext se distingue avec un bond de 4,46%, la meilleure performance du SBF 120 après des résultats trimestriels supérieurs aux attentes.

EN ASIE

A Tokyo, l’indice Nikkei a fini la journée sur un repli de 1,74% dans le sillage de Wall Street et après l’avertissement de l’OMS. Sony (-3,89%) a en outre été sanctionné après avoir dit tabler sur une chute de 30% de son bénéfice d’exploitation sur l’exercice en cours.

En Chine, le SSE Composite de Shanghaï a perdu 0,96% dans l’attente de nouvelles mesures de soutien à l’économie après une tribune du ministre des Finances, Liu Kun, dans le Quotidien du Peuple soulignant la nécessité d’une politique budgétaire “plus active” afin de “contrer la pression à la baisse sur l’économie”.

A WALL STREET

Les contrats à terme sur les principaux indices américains préfigurent pour l’instant une ouverture incertaine après le repli marqué subi mercredi, lié aux propos prudents de Jerome Powell.

L’indice Dow Jones a cédé 2,17% à 23.247,97 points et le S&P 500 a perdu 1,75%, à 2.820 points. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 1,55% à 8.863,17 points.

TAUX

Les rendements obligataires de référence poursuivent leur baisse, un mouvement alimenté par le regain d’aversion au risque des investisseurs.

Celui du Bund allemand à dix ans, référence pour la zone euro, cède près de deux points de base à -0,543% et son équivalent américain trois points à 0,6202%.

CHANGES

Le dollar reste soutenu par son statut de valeur refuge et par le rejet mercredi par Jerome Powell de l’éventualité d’un recours de la Fed à des taux d’intérêt négatifs.

L’indice mesurant les fluctuations du billet vert face à un panier de référence (+0,05%) se traite non loin de son récent pic de trois semaines, et l’euro revient sous 1,0810.

PÉTROLE

Le marché pétrolier reste orienté à la hausse au lendemain de l’annonce d’une baisse inattendue des stocks de brut aux Etats-Unis.

Le Brent gagne 1,88% à 29,74 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 2,17% à 25,84 dollars le baril.

Marc Angrand, édité par Blandine Hénault

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up