for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

GESTION-Les marchés d'actions peuvent paraître complaisants-Amplegest

PARIS, 5 mai (Reuters) - L’optimisme des marchés d’actions a de quoi surprendre face à des statistiques qui confirment l’ampleur du choc de la crise du coronavirus sur l’économie, dit-on chez Amplegest.

“Alors que l’on commence tout juste à parler de déconfinement dans les principales économies occidentales, les dégâts sur l’activité sont déjà considérables si l’on en juge par les chiffres du premier trimestre”, écrit Emmanuel Auboyneau, gérant associé de la société, dans une note publiée mardi.

Les indicateurs récents, qui ont témoigné notamment de la chute du produit intérieur brut (PIB) aux Etats-Unis comme dans la zone euro, n’ont pas empêché les indices actions de regagner la moitié environ du terrain perdu lors de la dislocation des marchés en mars, souligne-t-il.

“Face à ces évènements, les marchés financiers peuvent paraître complaisants”, écrit-il. “Ils parient à l’évidence sur une reprise de l’activité mondiale au second semestre et sur l’appui sans limite des banques centrales.”

Les autorités politiques et monétaires ont pris la mesure de la crise en intervenant rapidement afin de poser les bases d’un rebond après la crise, ajoute-t-il.

“Le juge de paix restera évidemment la durée du virus, ce qui laisse une inconnue majeure à l’équation”, prolonge le gérant. “L’organisation et le coût du déconfinement seront également des éléments importants.”

En attendant, les actions profitent de l’absence de rendement sur le marché obligataire et de l’abondance des liquidités disponibles pour l’investissement dans les actifs risqués.

Les marchés d’actions ne sont cependant pas à l’abri de nouveaux épisodes de volatilité en fonction de l’évolution de la pandémie et des indicateurs économiques, toujours selon la note d’Amplegest.

“Cela nous incite à garder un biais plutôt prudent dans nos allocations en privilégiant des secteurs à forte visibilité qui sont davantage épargnés par la crise, comme par exemple les grandes valeurs technologiques”, conclut Emmanuel Auboyneau.

Patrick Vignal, édité par Marc Angrand

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up