May 1, 2020 / 12:43 AM / 3 months ago

LEAD 1-Trump convaincu que le coronavirus émane d'un laboratoire chinois

(Ajoute déclarations sur le commerce §13-14)

par Jeff Mason

WASHINGTON, 1er mai (Reuters) - Donald Trump a déclaré jeudi être convaincu que le nouveau coronavirus émanait d’un institut de virologie chinois, mais a décliné de communiquer des preuves, alimentant les tensions entre Washington et Pékin sur les origines de l’épidémie.

S’exprimant devant les journalistes à la Maison blanche, le président américain n’a pas mâché ses mots à la question de savoir s’il avait vu des preuves lui ayant conféré un “haut degré de certitude” que le coronavirus émanait de l’institut de virologie de la ville chinoise de Wuhan.

“Oui, c’est le cas”, a-t-il dit, refusant d’entrer dans les détails. “Je ne peux pas vous en parler. Je ne suis pas autorisé à vous en parler”, a ajouté Donald Trump.

Le laboratoire de Wuhan dément être à l’origine du nouveau virus, tandis que des représentants américains ont minimisé cette hypothèse.

Pour la plupart, les experts estiment que le nouveau coronavirus est apparu sur un marché de Wuhan vendant des animaux et a été transmis de l’animal à l’homme.

Donald Trump laisse apparaître une frustration grandissante à l’égard de la Chine sur la question de la crise sanitaire, qui a tué plusieurs dizaines de milliers de personnes aux Etats-Unis, provoqué une contraction de l’économie américaine et menacé les chances de réélection de l’actuel locataire de la Maison blanche.

Par le passé, il avait fait savoir que son administration essayait de déterminer si le coronavirus émanait du laboratoire de Wuhan, après que des articles de presse ont rapporté que le virus pourrait avoir été créé artificiellement ou s’être propagé accidentellement hors du laboratoire.

L’épidémie est une nouvelle source de tensions entre les Etats-Unis et la Chine, laquelle suggère que l’armée américaine pourrait avoir apporté le virus en Chine tandis que Donald Trump estime que Pékin aurait dû alerter plus tôt et avec transparence la communauté internationale sur le danger sanitaire.

“VOUS ALLEZ SAVOIR”

Jeudi, le président américain a déclaré qu’il était possible que la Chine ait été incapable de stopper le coronavirus ou qu’elle l’ait laissé se propager.

Il a refusé de dire s’il tenait son homologue chinois Xi Jinping responsable de ce qu’il dit ressentir comme de la désinformation de la part de la Chine sur l’émergence du virus.

Donald Trump a ajouté que Pékin “semblait au moins essayer d’être un peu transparent” avec les Etats-Unis. “Mais nous allons savoir. Vous allez savoir dans un avenir assez proche. Une chose terrible s’est produite - peut-être qu’ils ont fait une erreur (...) Ou est-ce que quelqu’un a fait quelque chose volontairement ?”

Le chef de la Maison blanche a indiqué mercredi dans un entretien à Reuters qu’il étudiait différentes options pour que la Chine subisse les conséquences de ses actions concernant le virus: “Je peux faire beaucoup de choses”.

Deux représentants américains s’exprimant sous couvert d’anonymat ont déclaré qu’un éventail d’options étaient envisagées contre la Chine, tout en prévenant que les discussions n’étaient pas encore à un stade avancé.

Donald Trump a fait savoir que ses préoccupations sur le rôle de la Chine dans l’origine et la propagation du coronavirus primaient désormais sur sa volonté d’avancer sur la question du commerce, jusque-là au coeur des échanges entre Washington et Pékin. “La situation liée au virus n’est tout simplement pas acceptable”, a-t-il dit devant la presse.

L’Office central des agences américaines du renseignement a indiqué que les éléments à sa disposition écartaient la piste selon laquelle le nouveau coronavirus SARS-CoV-2 aurait été créé par l’homme ou serait le produit d’une modification génétique.

Les informations et renseignements nouveaux continuent d'être étudiés rigoureusement "pour déterminer si l'épidémie a éclaté par contact avec des animaux infectés ou si elle résulte d'un accident dans un laboratoire de Wuhan", a ajouté l'Office du Directeur du renseignement national (ODNI) dans un communiqué here publié jeudi. (avec Matt Spetalnick et Humeyra Pamuk; version française Henri-Pierre André et Jean Terzian)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below