April 1, 2020 / 11:06 AM / 2 months ago

SYNTHÈSE-La pandémie de coronavirus fait chuter l'activité industrielle

* Les PMI montrent une chute de l’activité en Asie et en Europe

* Le rebond en Chine est très timide

* La situation n’a pas fini de se détériorer

par Jonathan Cable et Leika Kihara

LONDRES/TOKYO, 1er avril (Reuters) - La pandémie de coronavirus a pratiquement paralysé l’activité industrielle en Asie et en Europe en mars, montrent mercredi les résultats de multiples enquêtes auprès des entreprises, qui confortent le scénario d’une glissade rapide de l’économie mondiale dans la récession.

Si la Chine, premier pays touché par la propagation du virus, a renoué de justesse avec la croissance après la chute subie en février, ce rebond timide ne suffit pas à compenser l’impact subi notamment par les deux grands exportateurs que sont le Japon et l’Allemagne.

La pandémie, qui touche désormais plus de 850.000 personnes dans le monde, a eu pour conséquence une multiplication ces dernières semaines des mesures de confinement et de “distanciation sociale”, avec pour conséquence un arrêt forcé des chaînes de production et d’approvisionnement et un effondrement de la demande pour de nombreux produits.

Dans la zone euro, l’indice PMI d’activité manufacturière calculé par le cabinet d’études IHS Markit a chuté à 44,5, son plus bas niveau depuis la mi-2012, contre 49,2 en février. Et l’indice mesurant l’évolution de la production est tombé à 38,5 après 48,7, au plus bas depuis avril 2009.

En France, le PMI manufacturier, à 43,2, est au plus bas depuis plus de sept ans et en Allemagne, il est tombé à 45,4, son pire niveau depuis près de 11 ans.

“Au moment où les consommateurs rognent sur toutes les dépenses non-contraintes dans un climat économique incertain, le secteur manufacturier va inévitablement rester en difficulté, prévient Samuel Tombs, de Pantheon Macroeconomics.

Si l’enquête PMI chinoise reflète le redémarrage en mars d’une partie des usines mises à l’arrêt fin janvier ou en février, la situation ailleurs en Asie s’est nettement dégradée: au Japon, l’activité industrielle a subi une baisse sans précédent depuis près de dix ans, ce qui suggère que l’archipel est déjà en récession, et en Corée du Sud, l’activité accuse sa plus forte contraction depuis 11 ans.

“LA SITUATION VA PROBABLEMENT EMPIRER FORTEMENT”

“Les chiffres coréens sont vraiment très mauvais. (...) Et ils devraient encore empirer car la Corée est dépendante de composants venus d’Europe et des Etats-Unis”, dit Rob Carnell, chef économiste Asie-Pacifique chez ING à Singapour.

Les autorités politiques “doivent accepter l’inévitable, à savoir qu’il s’agit d’une pandémie mondiale massive, qui éclate dans pratiquement tous les pays du monde et assurément dans notre région, et qui va atteindre une dimension bien pire encore si elles ne prennent pas des mesures très fortes”, ajoute-t-il.

Le PMI chinois est remonté à 50,1 en mars après 40,3 en février, repassant de justesse la barre de 50 au-dessus de laquelle il traduit une expansion de l’activité.

Au Japon, il a reculé à 44,8 après 47,8, au plus bas depuis avril 2009. Et l’enquête trimestrielle “tankan” de la Banque du Japon sur le climat des affaires dans l’archipel montre que le moral des chefs d’entreprise est au plus bas depuis sept ans.

“Le tankan montre clairement une forte détérioration du sentiment des entreprises et confirme que l’économie est déjà en récession”, commente Yasunari Ueno, chef économiste de Mizuho Securities.

L’opposition japonaise réclame désormais au gouvernement de Shinzo Abe un plan de soutien à l’économie de 60.000 milliards de yens (510 milliards d’euros).

“La situation va probablement empirer fortement au cours des mois à venir”, prévient Alex Holmes, de Capital Economics, dans une note aux clients du cabinet d’études, en soulignant que les enquêtes publiées ce mardi ne prennent pas en compte les toutes récentes mesures de confinement prises en Malaisie et en Thaïlande.

Capital Economics table désormais sur une chute de plus de 3% du produit intérieur brut (PIB) mondial cette année.

* Détail des résultats des enquêtes PMI en Europe: (Version française Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below