March 18, 2020 / 4:48 AM / 23 days ago

Coronavirus/Venezuela-La quarantaine pourrait amplifier la crise humanitaire

CARACAS, 18 mars (Reuters) - Les barrages routiers mis en place au Venezuela dans le cadre de mesures pour lutter contre le coronavirus ont perturbé mardi l’acheminement de produits, menaçant d’amplifier la crise humanitaire dans le pays alors que des commerces de la capitale Caracas ont dit ne pas avoir reçu de denrées alimentaires.

Le président Nicolas Maduro a étendu lundi les mesures de confinement à l’ensemble du pays d’Amérique latine, où plus d’une trentaine de cas de contamination au coronavirus ont été confirmés.

Des experts médicaux ont prévenu que la dégradation du système de santé vénézuélien, accentuée par une crise économique prolongée, vont nuire aux efforts du gouvernement socialiste pour contrôler la propagation de l’épidémie, qui a déjà tué plus de 7.400 personnes à travers le monde.

Selon une lettre publiée mardi par le ministère des Affaires étrangères, Nicolas Maduro a demandé au Fonds monétaire international (FMI) une aide en urgence de 5 milliards de dollars destinée à “renforcer” le système sanitaire vénézuélien face au coronavirus. C’est la première fois que Maduro demande l’aide du FMI depuis son arrivée à la présidence il y a sept ans.

Le FMI a répondu dans un communiqué “ne pas être en mesure d’étudier cette demande”, notant qu’il n’y avait pas de clarté sur la reconnaissance du gouvernement de Maduro parmi ses pays membres. La plupart des puissances occidentales considèrent Maduro comme un dictateur et n’ont pas reconnu sa réélection à la présidence vénézuélienne en 2018.

Les autorités de Caracas ont déclaré que la quarantaine en vigueur interdisait les déplacements entre les provinces du pays, à l’exception des services sanitaires et des livraisons de nourriture.

Mais des journalistes de Reuters ont constaté que dans sept régions, les forces de sécurité ont bloqué à des points de contrôle des camions transportant denrées alimentaires, essence et autres produits basiques.

Appelés par le chef de l’Etat à rester chez eux, de nombreux Vénézuéliens ont dit qu’ils ne pouvaient pas se permettre de respecter cette mesure alors que leur salaire quotidien est indispensable pour se procurer suffisamment de nourriture pour leurs proches. (Angus Berwick, Brian Ellsworth et Vivian Sequera; version française Jean Terzian)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below