March 11, 2020 / 8:18 PM / in 18 days

POINT MARCHÉS-Wall St plonge et entre en "bear market"

* Le Dow Jones cède -5,15%, le S&P-500 -5,96% et le Nasdaq -5,82%

* Le Dow Jones désormais en “bear market”

* Les investisseurs préoccupés par le manque de réaction de la Maison blanche face au coronavirus

11 mars (Reuters) - La Bourse de New York a fini mercredi en très nette baisse de -5,15%, la panique ayant une nouvelle fois gagné les investisseurs qui redoutent les retombées de l’épidémie de coronavirus, désormais qualifiée de “pandémie” par l’Organisation mondiale de la Santé.

L’indice Dow Jones a cédé 1 289,49 points à 23 728,67.

Le S&P-500, plus large, a perdu 171,88 points, soit -5,96%, à 2 710,35.

Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 485,39 points (-5,82%) à 7 858,86 points.

En affichant une baisse supérieure à 20% par rapport à son plus haut du 19 février dernier, le Dow Jones a officiellement fait son entrée dans une phase de “bear market”, le marché baissier.

“Je ne pense pas que cela durera”, a cependant commenté Robert Pavlik, stratège en investissement et gestinnaire de portefeuille à SlateStone Wealth LLC à New York. “Il y a beaucoup d’incertitudes, mais mon sentiment, c’est que cela aussi passera.”

Au-delà de la communication de l’OMS, les investisseurs étaient nombreux à déplorer le flou entourant les décisions de la Maison blanche sur un éventuel soutien à l’économie.

“Il y a beaucoup d’idée qui se baladent à la Maison blanche, mais rien de clair ne sort de ces discussions, cela ne va pas aider”, a souligné Robert Pavlik.

Aux valeurs, Boeing a accusé une des chutes les plus spectaculaires du Dow Jones, glissant de 17,31% à 191 dollars. L’avionneur envisage de retirer le reste d’un prêt de 13,8 milliards de dollars obtenu le mois dernier, a déclaré à Reuters une source proche du dossier.

Les cours du brut ont perdu perdent plus de 2% après que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont annoncé leur intention d’augmenter leurs capacités de production.

L’Opep a en outre abaissé nettement sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole cette année en raison du coronavirus, ajoutant que des révisions supplémentaires à la baisse pourraient encore intervenir.

Le Brent a abandonné 3,84% à 35,79 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a cédé 4,02% à 32,98 dollars.

* Le rappel de la séance en Europe:

Nicolas Delame

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below