March 11, 2020 / 9:27 AM / 5 months ago

GESTION-Les mesures monétaires et budgétaires n'empêcheront pas la crise-M&G

PARIS, 11 mars (Reuters) - Les mesures monétaires et budgétaires qui se multiplient de la part des banques centrales et des Etats de par le monde n’empêcheront pas une crise économique au premier semestre de l’année, selon M&G.

Les annonces ne cessent de tomber, avec notamment une baisse de taux de 50 points de base par la Banque d’Angleterre mercredi matin dont l’ampleur a surpris, et le mouvement ne va pas s’arrêter, a déclaré mercredi Jim Leaviss, directeur des investissements obligataires pour la société de gestion.

“La Banque centrale européenne devrait suivre le mouvement dès demain (jeudi) en annonçant une baisse de taux, une augmentation d’une certaine manière de ses rachats d’actifs et vraisemblablement d’autre mesures”, a-t-il dit lors d’une conférence sur internet.

La BCE étudie tous les outils à sa disposition et particulièrement ceux permettant d’assurer des financements “très bon marché”, a déclaré sa mardi sa présidente, Christine Lagarde, aux chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne, selon Bloomberg News.

Pour Jim Leaviss, les gouvernements participeront également à l’effort contre l’impact économique du coronavirus en ouvrant en grand les vannes budgétaires, mettant ainsi un terme à des années d’austérité.

La baisse des rendements obligataires, spectaculaire depuis quelques semaines, devrait se poursuivre, selon lui.

“Il ne s’agit pas de la création d’une ‘bulle’ obligataire mais d’une tendance de long terme résultant de facteurs structurels”, a-t-il dit.

La peur du coronavirus a certes joué un rôle dans l’accélération des derniers jours mais le mouvement a été amplifié par l’effondrement des anticipations d’inflation lié à la chute des cours du pétrole, a-t-il ajouté.

Les turbulences sur le marché obligataire créent des opportunités sur le crédit, notamment sur la dette d’entreprise classée en catégorie spéculative par les agences de notation (“high yield”), selon Jim Leaviss.

“Les valorisations sont redevenues attractives mais il y aura des victimes sur la route avec des défauts à prévoir, notamment dans le secteur de l’énergie”, a-t-il dit.

Patrick Vignal, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below