February 18, 2020 / 6:03 AM / a month ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 06H00 GMT (18/02)

LE NOMBRE DE CAS DE CONTAMINATION RALENTIT EN CHINE

PEKIN - Le nombre de nouveaux cas de contamination au coronavirus en Chine est descendu sous le seuil de 2.000 pour la première fois depuis janvier, ont déclaré mardi les autorités sanitaires locales, alors que des experts mondiaux ont prévenu qu’il était trop tôt pour juger que l’épidémie était contenue.

Le coronavirus Covid-19, apparu en décembre dernier à Wuhan, ville de la province de Hubei dans le centre du pays, a causé 98 décès et infecté 1.886 personnes supplémentaires lundi en Chine continentale, a rapporté la Commission nationale de la santé.

Dans son point quotidien, elle a indiqué que le bilan de l’épidémie dans le pays s’élevait désormais à 1.868 morts et 72.436 cas de contamination.

Les autorités à Pékin estiment que la stabilisation du nombre de nouveaux cas quotidiens d’infection montre que les mesures qu’elles ont engagées pour limiter la propagation du virus commencent à porter leurs fruits.

Cependant l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a prévenu lundi que “tous les scénarios” étaient encore sur la table pour l’évolution de l’épidémie.

APPLE AVERTIT SUR SES RÉSULTATS À FIN MARS À CAUSE DU VIRUS

Apple a averti lundi qu’il n’atteindrait pas ses prévisions de résultats pour le trimestre clos à fin mars en raison de l’épidémie de coronavirus en Chine, qui affecte la fabrication de ses iPhones comme la demande pour ses produits.

Bien que les usines d’Apple en Chine aient rouvert, le retour à des conditions normales de production est plus lent que prévu, a expliqué le groupe américain.

Le 28 janvier dernier, Apple avait annoncé prévoir entre 63 et 67 milliards de dollars de chiffre d’affaires pour le trimestre clos à mars, le deuxième de son exercice fiscal 2020, alors que les analystes attendaient en moyenne 62,4 milliards de dollars (57,6 milliards d’euros).

—-

LA CHINE VA EXEMPTER DE SURTAXES DES PRODUITS US SUPPLEMENTAIRES

PEKIN - La Chine a annoncé mardi qu’elle accepterait des demandes pour de nouvelles exemptions de droits de douane concernant 696 produits importés des Etats-Unis, parmi lesquels des produits agricoles et énergétiques clés comme le porc, le boeuf, le soja et le gaz naturel liquéfié.

Ce troisième cycle d’exemption de surtaxes, le plus substantiel, intervient un mois après la signature de l’accord commercial de “phase 1” entre Pékin et Washington dans le cadre duquel la Chine s’est engagée à accroître ses achats de produits et services américains de 200 milliards de dollars sur deux ans.

Des représentants américains et des analystes ont fait part de leurs doutes quant à la capacité de la Chine à respecter ses engagements du fait de l’épidémie de coronavirus, qui a provoqué l’instauration de mesures de confinement en Chine continentale et affecté la deuxième puissance économique mondiale.

Le ministère chinois des Finances a indiqué mardi que les entreprises souhaitant bénéficier des exemptions de surtaxes sur les produits américains importés en Chine pouvaient soumettre leurs demandes à partir du 2 mars. Les exemptions accordées seront valables pendant un an, a-t-il précisé.

—-

ALSTOM EN PASSE DE METTRE LA MAIN SUR LE RAIL DE BOMBARDIER

PARIS/MONTREAL - Alstom va débourser jusqu’à 6,2 milliards d’euros pour acquérir les activités de construction ferroviaire du canadien Bombardier afin de s’armer face à la concurrence chinoise dans un secteur dopé par la demande pour les transports “verts”.

Cette union, si elle aboutit, donnera naissance à un nouveau numéro deux mondial fort d’un chiffre d’affaires de plus de 15 milliards d’euros, mais encore loin derrière le chinois CRRC (environ 35 milliards de dollars de revenus annuels).

En mettant la main sur Bombardier Transport, mis en vente par sa maison mère lourdement endettée, Alstom ambitionne d’étendre son empreinte géographique, notamment en Europe du Nord, et de compléter sa gamme de produits.

“C’est une opportunité unique pour nous. Nous pensons que cela peut nous permettre de faire un bond en avant historique pour atteindre une nouvelle dimension”, a déclaré le PDG d’Alstom, Henri Poupart-Lafarge, aux analystes financiers.

Alstom, qui avait échoué à se marier avec l’allemand Siemens face à l’opposition des autorités européennes de concurrence, s’attend à ce que la transaction avec Bombardier rencontre moins de difficultés.

Le groupe peut compter sur le soutien du gouvernement français: le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, s’est réjoui dès lundi de l’annonce du projet, estimant que “ce rapprochement permettra à Alstom de préparer l’avenir, dans un contexte de concurrence internationale de plus en plus intense”.

—-

LONDRES PRÊT À UN ACCORD COMMERCIAL BASIQUE AVEC L’UNION

BRUXELLES- Le Royaume-Uni est prêt à commercer sur des bases minimales avec l’Union européenne, sur le modèle de l’Australie, si Bruxelles persiste à vouloir imposer ses règles en échange d’un accord de libre-échange, a averti lundi le conseiller du Premier ministre britannique Boris Johnson chargé du Brexit.

Les Britanniques ne sont “pas effrayés” par la perspective de frictions commerciales, a encore déclaré David Frost lors d’un discours à l’université de Bruxelles.

Le Royaume-Uni a quitté l’Union européenne le 31 janvier et des tractations doivent débuter prochainement pour définir les futures relations que les deux entités entretiendront à l’expiration d’une période de transition - pendant laquelle les règles existantes restent en vigueur - le 31 décembre.

—-

FACEBOOK DOIT S’ADAPTER À L’EUROPE ET NON L’INVERSE - BRETON

BRUXELLES - Facebook doit s’adapter à l’Union européenne et non l’inverse, a déclaré lundi le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, jugeant les efforts déployés par le géant américain encore insuffisants pour répondre aux préoccupations européennes.

Les mesures prises à ce stade par le plus grand réseau social mondial “ne suffisent pas”, a déclaré l’ancien ministre français de l’Economie à la presse à l’issue d’une rencontre avec le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, à Bruxelles.

Il a précisé que la Commission déciderait d’ici la fin de l’année de réglementer ou non les plateformes internet.

Les géants du numérique (Facebook, Google, Amazon...) sont dans le collimateur depuis plusieurs années de la Commission européenne qui s’inquiète de leur domination écrasante sur le commerce en ligne, de la protection des données personnelles ou encore de leur emprise sur le marché publicitaire.

—-

FRANCE

COUP D’ENVOI DU MARATHON PARLEMENTAIRE SUR LES RETRAITES

PARIS - Après des semaines de contestation dans la rue et dix jours de dialogue de sourds en commission spéciale, l’examen du projet de réforme des retraites a débuté lundi à l’Assemblée nationale où la bataille s’annonce féroce au vu des plus de 42.000 amendements déposés par l’opposition.

Donnant un avant-goût des échanges à venir, Olivier Véran, tout juste nommé à la tête du ministère de la Santé en remplacement d’Agnès Buzyn partie porter les couleurs de la majorité aux élections municipales à Paris, a été invectivé à plusieurs reprises lors de son discours au palais Bourbon.

“L’heure est aujourd’hui à la responsabilité face aux Français par une discussion qui prendra le temps qu’elle prendra, y compris dans le brouhaha”, a-t-il dit à propos d’un texte qui n’a pu être modifié en commission spéciale faute de temps, face à une avalanche d’amendements.

A ce stade, quinze jours de débats sont prévus pour la première lecture de cette réforme qui se décline en deux projets de loi (organique et ordinaire) et prévoit de fusionner les 42 régimes de retraite existants en un seul “par points”.

Le gouvernement table toujours sur un vote en première lecture avant les scrutins des 15 et 22 mars et espère une adoption définitive “avant l’été”. Droite comme gauche dénoncent depuis des semaines le flou qui entoure selon eux cette réforme et demandent des clarifications - pour l’heure en vain.

Dans la rue, les opposants au texte ne désarment pas. Une nouvelle journée de mobilisation était organisée lundi dans les transports où le trafic était “perturbé” sur certaines lignes de métro, loin du désordre de décembre-janvier.

Des centaines de personnes ont par ailleurs manifesté à Paris contre le projet de réforme des retraites de l’Opéra à l’Assemblée nationale. Plusieurs syndicats dont la CGT appellent à défiler jeudi prochain sur le même thème.

—-

VILLANI “POSE SES CONDITIONS” D’UN RAPPROCHEMENT AVEC BUZYN

PARIS - Cédric Villani a exposé par téléphone lundi à Agnès Buzyn les conditions d’un éventuel rapprochement en vue des élections municipales à Paris, a-t-on appris dans l’entourage du candidat dissident de la majorité.

La désignation en catastrophe de l’ancienne ministre de la Santé à la place de Benjamin Griveaux pour conduire la liste LaRem aux élections des 15 et 22 mars rebat les cartes dans la capitale, où la maire socialiste sortante Anne Hidalgo a pour l’instant le vent en poupe dans les sondages.

“Cédric Villani a posé ses conditions pour envisager d’éventuelles convergences”, a dit à Reuters un membre de l’entourage du député mathématicien, écarté de LaRem et crédité pour l’heure d’une dizaine de points dans les sondages d’intentions de vote pour le premier tour.

Cédric Villani a demandé des “concessions majeures” en matière d’écologie et de démocratie notamment, a-t-on ajouté de même source.

VOIR AUSSI

ANALYSE-Sonnée, la majorité espère un “second souffle” pour les municipales

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below