February 17, 2020 / 12:46 AM / a month ago

LEAD 2-Japon-Plus forte contraction de l'économie en six ans au T4

(Actualisé avec analyste, ministre de l’Economie, précisions)

par Leika Kihara et Daniel Leussink

TOKYO, 17 février (Reuters) - L’économie japonaise a connu au quatrième trimestre 2019 son déclin le plus important en six ans, alors que la hausse de la TVA a affecté la consommation et les dépenses en capital, jetant une ombre sur ses perspectives sur fond d’épidémie de coronavirus qui pourrait affecter la croissance mondiale.

La publication lundi des données gouvernementales intervient alors que les analystes craignent que l’épidémie de coronavirus, qui nuit à la production industrielle et au tourisme, pèse sur la croissance de l’économie nippone au premier trimestre 2020, avec le spectre d’une récession au Japon.

“Il y a de grandes chances que l’économie connaisse une nouvelle contraction sur la période janvier-mars. Le virus va principalement affecter le tourisme et les exportations, mais pourrait aussi peser lourdement sur la consommation intérieure”, a déclaré Taro Saito, chercheur à l’Institut NLI Research.

“Si cette épidémie n’est pas contenue d’ici aux Jeux olympiques de Tokyo (qui débutent le 24 juillet prochain, NDLR), les dégâts pour l’économie seront importants”, a-t-il ajouté.

D’après les données préliminaires publiées par le gouvernement, l’économie japonaise s’est contractée de 6,3% en rythme annualisé sur la période octobre-décembre, après une croissance de 0,5% en lecture définitive au T3.

Il s’agit de son premier déclin en cinq trimestres, à un rythme nettement supérieur au consensus (-3,7%) et le plus important depuis une contraction de 7,4% en avril-juin 2014.

D’un trimestre sur l’autre, le produit intérieur brut (PIB) du Japon a diminué de 1,6%, alors que les économistes interrogés par Reuters anticipaient un recul moins important, de 0,9%.

La consommation privée, qui représente plus de la moitié de l’économie, a chuté de 2,9%, les ménages ayant réduit leurs dépenses après la hausse de la TVA de 8% à 10% au 1er octobre dernier. Le consensus ressortait à -2,0%.

Les dépenses en capital ont décliné de 3,7% au quatrième trimestre, là encore à un rythme plus important que la prévision médiane (-1,6%).

Au final, la demande intérieure a retiré 2,1 points à la croissance, effaçant largement la contribution de 0,5 point du commerce extérieur.

VIGILANCE

Ces statistiques font planer le doute sur les projections de la Banque du Japon (BoJ), qui a dit s’attendre à ce que la croissance progresse à un rythme modéré grâce à la solidité de la demande intérieure pour compenser la faiblesse des exportations.

Tokyo est prêt à prendre toutes les mesures nécessaires et surveille l’impact que l’épidémie de coronavirus pourrait avoir sur l’économie japonaise, et principalement le tourisme, a déclaré le ministre de l’Economie.

“Le gouvernement avait espéré que le rétablissement de l’économie japonaise se poursuive modestement. Mais nous devons être vigilants quant à l’impact du coronavirus sur les économies domestiques et étrangères”, a dit Yasutoshi Nishimura dans un communiqué diffusé après la publication des chiffres du PIB.

Mais de nombreux analystes doutent que le gouvernement et la banque centrale disposent des moyens suffisants pour lutter contre une nouvelle récession.

“Le gouvernement a déjà engagé des mesures pour répondre à la hausse de la TVA et au ralentissement post-Jeux olympiques, alors on ne peut pas s’attendre à des mesures supplémentaires sur le plan fiscal”, a estimé Takeshi Minami, économiste en chef chez Norinchukin Research Institute.

“Il n’y a pas grand-chose de plus que la BoJ puisse faire elle non plus (...) Un assouplissement supplémentaire pourrait faire plus de mal que de bien à l’économie”, a-t-il ajouté.

Mettant en avant la hausse de la TVA, les catastrophes naturelles ayant touché le pays et le conflit commercial sino-américain, les décideurs japonais avaient prévenu s’attendre à une contraction de l’économie au quatrième trimestre.

Les investisseurs attendent de voir si la croissance va rebondir, alors que l’épidémie de coronavirus a contraint à la fermeture d’usines chinoises et a endigué le flux de touristes chinois se rendant habituellement au Japon. (avec Tetsushi Kajimoto et Kaori Kaneko; version française Jean Terzian)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below