December 31, 2019 / 6:04 AM / 6 months ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 06H00 GMT (31/12)

CARLOS GHOSN DIT SE TROUVER AU LIBAN, NIE FUIR LA JUSTICE JAPONAISE

PARIS/TOKYO - Carlos Ghosn, patron déchu de Renault et de Nissan placé a confirmé mardi qu’il avait fui au Liban, disant refuser d’être “otage d’un système judiciaire japonais partial” alors qu’il était en résidence surveillée dans l’attente de son procès pour des accusations de malversations financières.

Ce nouveau rebondissement dans l’affaire qui a secoué l’industrie automobile et fragilisé l’alliance Renault-Nissan soulève des interrogations sur les conditions dans lesquelles l’homme d’affaires a quitté le Japon alors que son procès est prévu courant 2020.

“Je suis à présent au Liban. Je ne suis plus l’otage d’un système judiciaire japonais partial où prévaut la présomption de culpabilité, où la discrimination est généralisée et où les droits de l’homme sont bafoués”, dit Carlos Ghosn dans un bref communiqué diffusé mardi.

“Je n’ai pas fui la justice - je me suis libéré de l’injustice et de la persécution politique”, ajoute celui qui possède les nationalités française, libanaise et brésilienne. “Je peux enfin communiquer librement avec les médias, ce que je ferai dès la semaine prochaine”.

Aucun commentaire n’a été effectué dans l’immédiat par l’avocat de Carlos Ghosn. Un porte-parole du parquet de Tokyo n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Le Japon n’a pas d’accord d’extradition avec le Liban, selon le ministère japonais de la Justice, ce qui rend peu probable que Carlos Ghosn, âgé de 65 ans, soit contraint par les autorités libanaises de retourner à Tokyo pour son procès.

Carlos Ghosn a été arrêté au Japon en novembre 2018 pour des accusations de malversations financières lorsqu’il était PDG de Nissan, des accusations qu’il a toujours rejetées.

Il a été libéré sous caution en mars dernier, avant d’être de nouveau arrêté par la justice japonaise puis placé en résidence surveillée en avril avec interdiction de quitter le pays.

—-

MOSCOU ET KIEV SIGNENT UN ACCORD DE TRANSIT GAZIER DE 5 ANS

MOSCOU/KIEV - Des compagnies russe et ukrainienne ont signé un accord définitif de transit gazier qui permettra à la Russie de fournir l’Europe pendant au moins cinq années supplémentaires via l’Ukraine, ont annoncé lundi le géant gazier russe Gazprom et le président ukrainien Volodimir Zelenski.

Cet accord, finalisé à la veille de l’expiration du contrat actuel, permet d’éviter une potentielle interruption de la livraison de gaz russe en Europe et un coup dur pour la réputation de Moscou.

Il a été signé au terme de cinq jours de discussions minutieuses et intervient après que le président russe Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Volodimir Zelenski ont convenu des contours d’un accord sur la question lors de leur rencontre à Paris, début décembre, dans le cadre d’un sommet en “format Normandie”.

L’accord marque une nouvelle avancée majeure dans la normalisation des rapports entre les deux pays, crispés par cinq années de conflit dans le Donbass et par l’annexion de la Crimée par la Russie.

—-

LA SIGNATURE DE L’ACCORD COMMERCIAL USA-CHINE IMMINENTE

WASHINGTON - Les Etats-Unis et la Chine signeront la “phase 1” de leur accord commercial dans les premiers jours de janvier, une fois que le texte aura été entièrement rédigé dans les deux langues, a déclaré lundi un représentant américain.

“La signature aura probablement lieu au cours de la semaine à venir à peu près, on attend juste la traduction”, a dit le conseiller de la Maison blanche au commerce, Peter Navarro, lors d’une interview à Fox News.

Ces déclarations corroborent des informations du South China Morning Post, selon lesquelles le vice-Premier ministre chinois Liu He se rendra à Washington samedi pour y signer le compromis sino-américain conclu ce mois-ci après d’intenses tractations.

—-

L’IRAN CONDAMNE LES FRAPPES US CONTRE LE HEZBOLLAH IRAKIEN

DUBAI - L’Iran a condamné lundi les frappes aériennes des Etats-Unis en Irak et en Syrie contre le Kataïb Hezbollah, un mouvement soutenu par Téhéran.

“L’agression militaire américaine contre le territoire irakien et les forces irakiennes est fermement condamnée comme un exemple manifeste de terrorisme (...) et l’Iran la condamne fermement”, a dit Abbas Mousavi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, selon l’agence de presse Irna.

Les Etats-Unis ont lancé dimanche des raids “concluants” en Irak et en Syrie contre des sites appartenant au Kataïb Hezbollah en réaction à une attaque commise quelques jours plus tôt par des membres de ce mouvement armé pro-iranien.

—-

ANKARA POURRAIT ENVOYER DES COMBATTANTS SYRIENS SE BATTRE EN LIBYE - SOURCES

ANKARA - La Turquie songe à envoyer en Libye des miliciens syriens qui combattent à ses côtés dans le nord de la Syrie dans le cadre du soutien militaire que le président Recep Tayyip Erdogan souhaite fournir au gouvernement de Tripoli, a-t-on appris lundi de quatre sources proches du dossier.

Ankara a conclu fin novembre deux accords avec le gouvernement libyen d’union nationale (GNA) reconnu internationalement, l’un sur la sécurité et la coopération militaire, l’autre sur les frontières maritimes en Méditerranée orientale.

L’Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar, qui tient l’est de la Libye, a lancé en avril une offensive en direction de Tripoli avec le soutien de la Russie, de l’Egypte et des Emirats arabes unis.

Le Parlement turc doit se prononcer ce lundi sur le projet défendu par le président turc, qui envoie déjà des armes aux forces fidèles au GNA malgré l’embargo des Nations unies sur les armes à destination de la Libye.

—-

SOMALIE-AL CHABAAB REVENDIQUE L’ATTENTAT DE MOGADISCIO

MOGADISCIO - Le groupe islamiste Al Chabaab, lié à Al Qaïda, a revendiqué lundi l’attentat au camion-piégé qui a fait au moins 90 morts et plusieurs dizaines de blessés samedi à proximité d’un poste de sécurité situé dans la capitale somalienne Mogadiscio.

Il s’agit de l’un des attentats les plus meurtriers de l’histoire récente du pays.

—-

RDC-UNE ATTAQUE DE DJIHADISTES DANS L’EST FAIT 18 MORTS

GOMA, 31 décembre (Reuters) - Des combattants djihadistes ont tué 18 personnes lors d’une attaque contre un village de l’est de la République démocratique du Congo (RDC), ont déclaré lundi un représentant local et une antenne d’un groupe de défense des droits de l’homme.

L’attaque est survenue à Apetina, un zone forestière proche de la frontière avec l’Ouganda où les combattants des Forces démocratiques alliées (ADF), une faction islamiste ougandaise, ont accentué leurs attaques depuis le 30 octobre dernier et une offensive de l’armée destinée à les déloger.

—-

CATALOGNE-DEMANDE DE REMISE EN LIBERTÉ PROVISOIRE DE JUNQUERAS

MADRID - Le procureur de l’Etat espagnol s’est prononcé lundi en faveur de la libération temporaire du dirigeant séparatiste catalan Oriol Junqueras, ce qui peut être analysé comme un geste de bonne volonté politique alors que le Parti socialiste cherche un soutien pour former un gouvernement.

La semaine dernière, la Cour européenne de justice de l’Union européenne a confirmé l’immunité de l’indépendantiste catalan et député européen, condamné en octobre à 13 ans de prison pour son rôle dans le référendum d’autodétermination de la Catalogne de 2017. Elle avait jugé sa détention illégale.

—-

FRANCE

AUCHAN PRÉVOIT LE DÉPART D’AU MOINS 1.000 SALARIÉS - PRESSE

Auchan, qui a lancé début 2019 un plan de redressement face aux contre-performances de ses hypermarchés, devrait présenter à ses syndicats à la mi-janvier un plan de départs volontaires qui concernera au moins un millier de salariés de l’enseigne, a rapporté lundi Le Parisien.

Les syndicats devraient recevoir début janvier une convocation pour un comité social et économique d’établissement (CSE), lequel devrait avoir lieu le 14 janvier, écrit le journal, sans citer ses sources.

Auchan, propriété de la famille Mulliez, a lancé en mars dernier un plan pour tenter de redresser la barre alors que les ventes de ses activités de distribution (Auchan Retail) sont en recul depuis plus de six ans. Ce plan, baptisé “Renaissance”, passe par une baisse drastique des investissements (-41% au premier semestre) et par des réductions de coûts.

—-

LES SALARIÉS DE LA RAFFINERIE DE GRANDPUITS POURSUIVENT LES BLOCAGES

PARIS - Les salariés de la raffinerie de Grandpuits, en Seine-et-Marne, ont voté lundi la reconduction du mouvement contre la réforme des retraites, qui se traduit le début du mois par un arrêt des expéditions par camion et une réduction de la production.

Les employés se sont prononcés à 55% en faveur du maintien de l’arrêt des expéditions de carburant, au moins jusqu’au 6 janvier, sur le site de Total, où la CGT est majoritaire, dit-on de source syndicale.

Total a confirmé à Reuters le statu quo. Du carburant pourra toutefois quitter les cuves de Grandpuits par oléoduc, précise le groupe pétrolier.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below