December 6, 2019 / 9:23 AM / 2 months ago

France-Les syndicats accentuent la pression, l'exécutif répond concertation

* Entre 800.000 et 1,5 million de manifestants jeudi

* La CGT presse l’exécutif de s’exprimer sans attendre

* Les concertations avec les partenaires sociaux s’achèvent lundi

* Encore des perturbations dans les transports ce vendredi

par Marine Pennetier

PARIS, 6 décembre (Reuters) - Au lendemain d’une mobilisation massive contre le projet de réforme du système des retraites, les syndicats ont accentué vendredi la pression sur l’exécutif qui, tout en excluant de revenir sur le système par points, s’est dit une nouvelle fois ouvert à des compromis sur ses modalités d’application.

Au moins 800.000 personnes selon le ministère de l’Intérieur - 1,5 million selon la CGT - ont manifesté jeudi en France lors d’une journée de contestation marquée par de fortes perturbations dans les transports et l’éducation nationale.

Vendredi, le trafic routier était très perturbé en Ile-de-France, notamment, où un pic de 375 km de bouchons a été enregistré un peu avant 09h00 contre une moyenne de 230 habituellement à la même heure, selon le site internet Sytadin.

Le trafic restait très “dégradé” à la SNCF, qui prévoit un TGV sur dix. Le trafic Transilien devrait être assuré à 15%.

Concernant les transports aériens, la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) a demandé à nouveau aux compagnies de réduire de 20% leur programme de vols, au départ et à l’arrivée, pour les aéroports de Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly, Beauvais, Lyon, Marseille, Toulouse et Bordeaux.

A Paris, une dizaine de lignes de métro restaient par ailleurs fermées tout comme 178 écoles, selon la mairie.

“C’est incontestablement une forte mobilisation et ce n’est pas très étonnant parce que c’est un sujet qui touche en profondeur tous les Français”, a déclaré le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer sur BFM TV et RMC. “Maintenant ce qui est important, c’est d’arriver à une bonne réforme qui soit fidèle aux principes qu’elle affiche, l’égalité et la simplicité”.

“GÉNÉRALISER LES GRÈVES”

Des promesses d’”égalité” qui sont loin de convaincre les syndicats dont certains, comme la CGT et FO, continuent de réclamer le retrait pur et simple du projet de réforme visant à faire fusionner les 42 régimes existants en un système universel par points à partir de 2025.

Une réunion de l’intersyndicale (CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, Fidl, MNL et UNL), à laquelle s’est jointe la CFE-CGC, se déroulait ce vendredi matin au siège de Force ouvrière pour décider des suites à donner au mouvement.

“Même réussie, une journée ne suffit pas”, a estimé le secrétaire général de FO Yves Veyrier, sur France Inter. “L’adhésion la plus large sera la force de ce mouvement.”

“Il faut généraliser les grèves dans toutes les entreprises”, a renchéri le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, sur LCI. “Il faut reconduire (la grève) jusqu’à avoir satisfaction sur le principe que cette réforme va générer de la misère et qu’il faut donc s’appuyer sur notre socle social qui est un des meilleurs au monde et l’améliorer pour les jeunes, les femmes, les précaires”.

Outre des manifestations prévues contre le chômage et la précarité, un nouvel appel à la grève interprofessionnelle pourrait être décidé pour mardi ou jeudi prochains, dit-on de source syndicale.

Pour le gouvernement, hors de question de revenir sur le principe de cette promesse de campagne d’Emmanuel Macron, à savoir le système par points, mais l’exécutif n’exclut pas des “marges de négociation”, notamment sur de possibles mesures d’économie introduites dans le projet de loi, casus belli pour la CFDT, ou encore sur la période de transition.

“Aujourd’hui nous continuons et terminons les concertations avec les partenaires sociaux”, a souligné la ministre de la Santé Agnès Buzyn sur Europe 1. “Nous les recevrons lundi avec le Haut commissaire aux retraites, et en fonction de ce qui aura été remonté par ces concertations sur les différents points, le Premier ministre fera des annonces en fin de semaine.”

“QU’ILS S’EXPRIMENT!”

Des ajustements sont-ils prévus compte tenu de la mobilisation de jeudi? “Nous sommes encore en discussion, il y a effectivement une discussion sur l’âge d’application, de bascule, tout cela est encore sur la table jusqu’à la semaine prochaine”, a ajouté Agnès Buzyn.

Un délai incompréhensible pour le numéro un de la CGT, qui presse l’exécutif de sortir du bois rapidement. “Ils ont toutes les cartes en main, ça fait 23 réunions qu’on fait avec eux donc qu’ils s’expriment !”, a lancé Philippe Martinez sur LCI.

A ce stade, Emmanuel Macron, attendu à Nîmes pour un hommage à trois secouristes décédés dans un accident d’hélicoptère près de Marseille dimanche dernier, n’a pas prévu de s’exprimer, selon son entourage, et a choisi de laisser son Premier ministre Edouard Philippe et le gouvernement en première ligne.

“La manifestation (de jeudi-NDLR) est un élément important mais l’achèvement du cycle de concertations avec les organisations syndicales est l’élément le plus important”, soulignait-on au sein de l’exécutif. (Avec Henri-Pierre André, édité par Sophie Louet)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below