November 18, 2019 / 6:01 AM / in 22 days

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 06H00 GMT (18/11)

“GILETS JAUNES”

CASTANER DÉNONCE L’ACTION DE “BRUTES” ET DE “VOYOUS”

PARIS - Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a dénoncé dimanche l’action de “brutes” et de “voyous”, au lendemain de violences qui ont émaillé le premier anniversaire du mouvement des “Gilets jaunes”.

A Paris, où 4.700 personnes ont défilé samedi d’après les autorités, des heurts entre manifestants et forces de l’ordre ont entraîné l’annulation d’une manifestation au départ de la place d’Italie.

Des voitures ont été renversées, du mobilier urbain cassé et des feux allumés sur cette place du sud-est de Paris, où des projectiles, notamment des pavés, ont été lancés contre les forces de l’ordre et contre des vitrines de magasins. Un monument en mémoire au maréchal Juin a été vandalisé. La police a fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau.

“Hier ce qu’on a vu, c’était effectivement peu de manifestants, mais des brutes et des voyous qui étaient venus pour en découdre avec les forces de l’ordre”, a dit Christophe Castaner dans le Grand Rendez-vous Europe 1-CNews-Les Echos.

La police a procédé à 264 interpellations en France, dont 173 dans la capitale, a précisé le ministre de l’Intérieur, dont les services ont estimé samedi le nombre de manifestants dans tout le pays à 28.000, soit dix fois moins qu’il y a un an.

Le mouvement des Gilets jaunes a commencé le 17 novembre 2018 par des manifestations, notamment sur les ronds-points, pour protester contre la hausse des taxes sur les carburants mais il s’est transformé en une contestation plus générale de la politique économique et sociale d’Emmanuel Macron.

—-

LA POLICE DE HONG KONG ASSIÈGE UN CAMPUS UNIVERSITAIRE

HONG KONG - La police de Hong Kong a fait usage lundi de gaz lacrymogène contre des manifestants pro-démocratie qui tentaient de fuir un campus universitaire qu’elle avait encerclé et où étaient toujours réfugiés des centaines de contestataires préparés à un éventuel affrontement avec les forces de l’ordre.

D’après la télévision publique RTHK, la police a arrêté dans la matinée des dizaines de manifestants près de l’Université polytechnique, théâtre depuis samedi d’échauffourées entre contestataires et forces de l’ordre lors desquelles un policier a été blessé par une flèche.

La police a déclaré avoir tiré à trois reprises à balles réelles lorsque des “émeutiers” ont attaqué deux officiers qui essayaient d’arrêter une femme. Aucun blessé n’est à déplorer dans l’incident, a-t-elle ajouté.

Plus tôt dans la journée, la police avait prévenu qu’elle était disposée à riposter à balles réelles si les “émeutiers” utilisaient des armes létales et commettaient de nouvelles violences, laissant craindre une nouvelle escalade depuis le début du mouvement de contestation voilà plusieurs mois.

Hong Kong est depuis plus de cinq mois secoué par un mouvement de contestation dénonçant l’influence exercée par la Chine sur les affaires du territoire et réclamant le respect de principes démocratiques. Les manifestations antigouvernementales, qui ont débuté en juin, sont devenues plus violentes au cours des dernières semaines.

—-

KIM JONG-UN A SUPERVISÉ DES MANOEUVRES NORD-CORÉENNES

SEOUL - Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a supervisé des manoeuvres aériennes pour la seconde fois en trois jours, rapporte lundi l’agence de presse officielle KCNA, alors que les Etats-Unis et la Corée du Sud ont décidé dimanche d’annuler des exercices militaires conjoints pour faciliter la reprise des discussions avec Pyongyang.

Il était “nécessaire de mener un exercice sans préavis dans un contexte simulé de guerre” afin d’”améliorer la préparation” des unités militaires nord-coréennes, a dit Kim Jong-un selon des propos rapportés par KCNA. Aucune mention des Etats-Unis ou de la Corée du Sud n’est faite.

—-

LE PRÉSIDENT CHILIEN RECONNAÎT DES DÉRIVES SÉCURITAIRES LORS DES MANIFESTATIONS

SANTIAGO - Le président chilien Sebastian Pinera a promis dimanche qu’il n’y aurait “aucune impunité” pour les membres des forces de sécurité qui ont eu un recours excessif à la force et violé les droits des manifestants lors des troubles violents qui secouent le pays depuis plus d’un mois.

Au moins 20 personnes ont été tuées et des centaines d’autres blessées depuis le début du mouvement de contestation, souvent violent, né de l’annonce début octobre de la hausse du prix des titres de transports. La mesure, suspendue depuis, a alimenté la grogne contre le coût élevé de la vie.

“Malgré notre ferme engagement et nos précautions (...) pour protéger les droits humains, dans certains cas les protocoles n’ont pas été respectés, il y a eu un recours excessif à la force et des abus et des crimes ont été commis”, a déclaré Sebastian Pinera lors d’une allocution télévisée. “Il n’y aura aucune impunité”, a ajouté le chef de l’Etat.

—-

BREXIT-AUCUN TRAITEMENT DE FAVEUR POUR LES EUROPÉENS APRÈS 2020, DISENT LES CONSERVATEURS

LONDRES - Les conservateurs britanniques ont prévenu dimanche qu’ils mettraient fin en janvier 2021 au traitement préférentiel réservé aux ressortissants de l’Union européenne s’ils gagnent les élections législatives du 12 décembre.

L’immigration en provenance de l’UE, jugée trop importante aux yeux des partisans du Brexit, a été l’une des principales sources de motivation des électeurs britanniques qui ont voté majoritairement en faveur d’un retrait britannique de l’UE lors du référendum de juin 2016.

Le parti conservateur a souligné dimanche que les ressortissants de l’UE devraient, à compter de la fin de la période de transition post-Brexit en janvier 2021, patienter cinq ans, au lieu de trois mois actuellement, pour bénéficier des prestations sociales britanniques.

VOIR AUSSI

Les Tories creusent l’écart sur le Labour dans les sondages

—-

MOSCOU NE CONFIRME PAS LA TENUE D’UN SOMMET SUR L’UKRAINE LE 9 DÉCEMBRE

KERTCH, Crimée - Un sommet sur l’Ukraine en “format Normandie” impliquant les dirigeants français, allemand, russe et ukrainien pourrait se tenir avant la fin de l’année, mais aucune date n’a encore été fixée, a déclaré dimanche un conseiller du Kremlin.

La présidence française a annoncé vendredi qu’un tel sommet aurait lieu à Paris le 9 décembre mais Moscou n’a ni confirmé la tenue de la réunion, ni la date.

Le dernier sommet en date réunissant chefs d’Etat et de gouvernement dans cette configuration, dont l’origine remonte aux commémorations du 70e anniversaire du Débarquement en 2014, a eu lieu en octobre 2016.

—-

NOUVELLE MARÉE HAUTE EXCEPTIONNELLE À VENISE

MILAN - Une nouvelle marée haute exceptionnelle, la quatrième en une semaine, a été enregistrée dimanche à Venise, où l’eau a atteint la cote de 150 centimètres à la mi-journée.

La Cité des Doges a été inondée mardi dernier par une “acqua alta” historique de 187 cm, la plus haute depuis le record de 1966 (194 cm), qui a submergé la place Saint-Marc sous un mètre d’eau et causé un milliard d’euros de dégâts.

—-

FRANCE

LE MAIRE “OUVERT” À UNE REPRISE DE LA DETTE DES HÔPITAUX

PARIS - Bruno Le Maire n’a pas exclu dimanche une reprise de la dette des hôpitaux publics, alors que le gouvernement doit présenter mercredi un plan d’action renforcée pour ce secteur en proie à une forte mobilisation sociale depuis des mois.

“Tout est ouvert”, a déclaré le ministre de l’Economie sur BFM TV, confirmant que Bercy ne ferme plus la porte à une reprise partielle ou totale de cette dette, qui s’élève à 30 milliards d’euros. “Nous mettrons le paquet sur l’hôpital”, a-t-il promis. “Nous ne compterons pas notre effort. (...) Je ne peux pas vous dire ce que cela représentera.”

“Je suis ouvert à toutes les solutions du moment qu’elles sont rapides, efficaces, et qu’elles concernent les personnels hospitaliers en priorité”, a ajouté Bruno Le Maire.

Assurant avoir entendu “la colère” et “l’indignation” des personnels hospitaliers, Emmanuel Macron a annoncé jeudi dernier que le plan promis par la ministre de la Santé Agnès Buzyn serait dévoilé mercredi par le Premier ministre Edouard Philippe qui en précisera l’”ampleur, les montants, le calendrier et les modalités techniques”.

—-

RENAULT NE VEUT PAS SE PRÉCIPITER POUR CHOISIR SON DG

FRANCFORT - Renault disposera bientôt d’une “shortlist” pour le poste de directeur général mais n’entend pas agir dans la précipitation, a déclaré Jean-Dominique Senard, le président du constructeur automobile français, cité dimanche par le journal allemand Süddeutsche Zeitung.

“Si nous sélectionnons quelqu’un d’ici la fin de l’année, tant mieux. Sinon, ce n’est pas une mauvaise chose”, dit Jean-Dominique Senard, tout en saluant l’action de l’actuelle directrice générale par intérim Clotilde Delbos.

Reuters a rapporté vendredi que Clotilde Delbos faisait partie des candidats ayant postulé en interne pour le poste de directeur général de Renault à titre permanent. Diverses sources ont aussi évoqué les noms de Didier Leroy, numéro deux de Toyota , Patrick Koller, directeur général de l’équipementier Faurecia, et Luca de Meo, patron de la marque Seat (groupe Volkswagen).

Renault doit se choisir un directeur général afin de succéder à Thierry Bolloré, limogé mi-octobre pour donner un nouveau souffle au groupe au losange et à son alliance avec Nissan, dont il est le premier actionnaire avec 43% du capital.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below