November 7, 2019 / 2:39 PM / 13 days ago

Del Vecchio monte à près de 10% dans Mediobanca avec le retrait d'UniCredit-sce

MILAN, 7 novembre (Reuters) - Leonardo Del Vecchio a porté sa participation dans Mediobanca à près de 10%, a déclaré jeudi à Reuters une personne proche du dossier, ce qui en fait le premier actionnaire de la banque d’affaires italienne et alimente les rumeurs de rapprochements au sein du secteur financier italien.

L’homme d’affaires, président du géant franco-italien des lunettes EssilorLuxottica, possède aussi une participation de 4,9% dans l’assureur Generali, dont Mediobanca contrôle 13%.

Leonardo Del Vecchio, qui avait déjà mis la main sur 7,5% du capital de Mediobanca ces dernières semaines, a acquis près de 2,5% supplémentaires dans le cadre du placement réalisé mercredi par UniCredit, qui a décidé de rompre ses liens historiques avec la banque d’affaires, a dit la source.

L’ordre pour ces près de 2,5% a été placé par Natixis au nom de l’homme d’affaires italien, a dit une autre source. Un porte-parole de Natixis a refusé de s’exprimer sur le sujet.

Le niveau de la participation de Leonardo Del Vecchio dans Mediobanca est désormais juste en-dessous du seuil à partir duquel toute montée au capital nécessite un feu vert de la Banque centrale européenne.

Un porte-parole de Delfin, la holding de Leonardo Del Vecchio, a refusé de s’exprimer sur cet investissement de l’homme d’affaires, rapporté dans un premier temps par Bloomberg.

Leonardo Del Vecchio a critiqué par le passé la stratégie de diversification de Mediobanca vers le crédit aux particuliers et la gestion de fortune. Il l’a invitée à renouer avec ses racines dans la banque d’affaires et à croître via des fusions-acquisitions.

L’action Generali prenait 3,15% en milieu d’après-midi en Bourse de Milan.

Le titre Mediobanca, dont Vincent Bolloré est actionnaire à hauteur de 6,73%, cédait pour sa part 1,44% en raison de la vente par UniCredit de l’intégralité de sa participation de 8,4%.

Le mois dernier, trois sources ont dit à Reuters que Leonardo Del Vecchio souhaitait utiliser sa participation dans Mediobanca pour faire pression sur la direction de Generali afin de l’inciter à envisager des rapprochements transfrontaliers. (Gianluca Semeraro, avec Claudia Cristoferi Bertrand Boucey pour le service français, édité par Sophie Louet)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below