August 7, 2019 / 4:11 PM / a month ago

Teva fait mieux que prévu, mais opioïdes et dette inquiètent

* BPA, hors exceptionnels, de 0,60 dollar (consensus 0,57 dollar)

* Teva nie toute responsabilité dans la crise des opioïdes aux USA

* Le titre perd plus de 3%

TEL AVIV, 7 août (Reuters) - Le groupe pharmaceutique israélien Teva a publié mercredi une baisse moins forte que prévu de son bénéfice au deuxième trimestre, mais les investisseurs s’inquiètent des procédures en cours liées à la crise des opioïdes aux Etats-Unis et du rythme de désendettement du groupe.

L’action du numéro un mondial des génériques cotée à New York, qui a perdu 58% depuis le début de l’année, lâche plus de 3% vers 15h30 GMT.

Teva a inscrit une charge pour règlements juridiques et pertes éventuelles de 646 millions de dollars (575 millions d’euros) sur le trimestre.

En mai, le laboratoire pharmaceutique a accepté de verser 85 millions de dollars à l’Etat de l’Oklahoma, qui l’accusait d’avoir contribué à la crise de la consommation d’opiacés.

Le directeur général du groupe, Kare Schultz, a déclaré à Reuters que Teva niait toute responsabilité et ne reconnaissait aucune faute de sa part dans la crise des opioïdes et dans une enquête distincte menée par le département de la Justice américain et portant sur une entente sur les prix.

Sur la période avril-juin, le bénéfice s’est établi, hors exceptionnel, à 60 cents par action contre 78 cents un an plus tôt et 57 cents attendus par les analystes.

Le chiffre d’affaires a lui aussi reculé, de 8% à 4,34 milliards de dollars (3,87 milliards d’euros) alors que les analystes anticipaient 4,25 milliards selon les données I/B/E/S de Refinitiv.

Cette baisse est due notamment à la concurrence des génériques pour le Copaxone, son traitement de la sclérose en plaques, dont les ventes ont chuté de 41% en Amérique du Nord et de 24% en Europe.

“Nous sommes en voie d’atteindre les objectifs de notre plan de restructuration sur deux ans et, sur la base de nos bons résultats au premier semestre, nous réaffirmons notre prévision annuelle”, a dit Kare Schultz.

La dette de Teva s’est établie à 28,7 milliards de dollars à la fin du mois de juin et les analystes s’inquiètent de sa capacité à la rembourser.

DÉMISSION DU DIRECTEUR FINANCIER

Ce “trimestre conforme aux attentes ne suffit probablement pas à atténuer les craintes des investisseurs qui portent sur l’endettement dans un contexte de procédures dans la crise des opioïdes”, souligne Liav Abraham, analyste chez Citi.

Teva prévoit pour cette année un bénéfice par action (BPA) de 2,20 à 2,50 dollars et un chiffre d’affaires compris entre 17,0 et 17,4 milliards de dollars. Les analystes prédisent pour leur part un BPA de 2,37 dollars sur des ventes de 17,14 milliards.

Le groupe a par ailleurs annoncé la démission de son directeur financier, Michael McClellan pour raisons personnelles.

Teva a commencé à lui chercher un remplaçant, qui devrait être en poste pour la présentation des résultats annuels du groupe.

L’annonce du départ de M. McClellan “ne devrait pas apaiser les craintes des investisseurs concernant la stratégie de remboursement de la dette de la société”, relève Michael Abraham dans une note. (Tova Cohen et Steven Scheer, Bertrand Boucey et Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Matthieu Protard)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below