August 1, 2019 / 2:01 AM / 17 days ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 02H00 GMT (01/08)

USA-UNE BAISSE DES TAUX QUI N’AUGURE PAS D’UN CYCLE WASHINGTON - La Réserve fédérale a abaissé mercredi son taux directeur afin de renforcer l’économie américaine face aux risques mais son président Jerome Powell ne considère pas que cette décision soit le prélude à une série prolongée de réduction des taux d’intérêt.

La faiblesse de la conjoncture mondiale, des tensions commerciales qui couvent et la volonté de raviver l’inflation expliquent que la banque centrale ait décidé, pour la première fois depuis la crise financière de 2008, de réduire son objectif de taux des Fed funds, d’un quart de point à 2,00%-2,25%.

Nombre de traders attendaient toutefois une confirmation plus nette des détentes monétaires à venir.

Dans un communiqué publié à l’issue de la réunion de deux jours de son comité de politique monétaire (Fomc), la Fed dit qu’elle a décidé de baisser les taux “à la lumière des implications des évolutions mondiales pour les perspectives économiques et de pressions inflationnistes faibles.”

Elle ajoute qu’elle “continuera à surveiller” la manière dont les informations les plus récentes affectent l’économie et précise qu’elle “agira de manière appropriée pour soutenir” la longue expansion de l’économie américaine.

—-

COMMERCE: PÉKIN DÉPLORE LES VOLTE-FACE AMÉRICAINES

PEKIN - De nouvelles discussions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis se sont achevées mercredi à Shanghai sur une réponse lapidaire de Pékin à une mise en garde de Donald Trump.

Le président américain avait conseillé à la Chine de ne pas céder à la tentation d’attendre le résultat de l’élection présidentielle américaine de novembre 2020 pour conclure un accord commercial, soulignant que Pékin risquerait alors d’avoir un accord moins intéressant voire pas d’accord du tout.

Mais le ministère chinois des Affaires étrangères a imputé aux Etats-Unis les volte-face qui ont marqué au cours de l’année écoulée les négociations commerciales entre les deux pays.

“Je crois qu’il est insensé pour les Etats-Unis d’exercer leur campagne de pression maximale en ce moment. Il est vain de dire aux autres de prendre des médicaments quand on est soi-même le malade”, a déclaré la porte-parole du ministère, Hua Chunying, lors d’un point de presse ordinaire à Pékin.

Les négociations avaient été interrompues début mai lorsque Washington avait accusé Pékin d’être revenu sur ses engagements.

Le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, et le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, étaient arrivés mardi à Shanghai pour rencontrer l’équipe dirigée par le vice-Premier ministre chinois Liu He. Les discussions se sont résumées à un dîner de travail mardi suivi d’une demi-journée de négociations mercredi.

—-

NUCLÉAIRE IRANIEN: LES USA VONT RENOUVELER LES EXEMPTIONS DE PROJETS DE NON-PROLIFÉRATION - BOLTON

WASHINGTON - Les Etats-Unis vont renouveler les exemptions de certains projets de non-prolifération liés à l’accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien qui autorisent Russie, Chine et pays de l’Union européenne à poursuivre la coopération avec l’Iran, a déclaré mercredi le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison blanche.

S’exprimant dans un entretien à la chaîne de télévision Fox Business, John Bolton a déclaré que l’idée était de “surveiller de très, très près, ces activités nucléaires” en Iran. “Il s’agit donc d’une extension courte de 90 jours”, a-t-il ajouté.

Dans le cadre de l’accord international de 2015, que le président américain Donald Trump a dénoncé en mai 2018, l’Iran s’est engagé à transformer ses installations nucléaires d’Arak et de Fordow de façon à rendre plus difficile la production de matières fissiles utilisables à des fins militaires.

Washington a prolongé en mai dernier des exemptions accordées à la Russie, la Chine et l’UE pour une durée de 90 jours - contre 180 auparavant.

WASHINGTON SANCTIONNE LE CHEF DE LA DIPLOMATIE IRANIENNE

WASHINGTON - L’administration américaine a pris mercredi des sanctions contre le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, dans le cadre de la campagne de pressions que Washington entend exercer sur Téhéran, une démarche qui pourrait nuire à une potentielle sortie de crise diplomatique.

Zarif, impliqué dans l’accord international de 2015 sur le programme nucléaire iranien, a balayé l’importance de ces sanctions et déclaré qu’elles ne l’affecteraient pas.

Selon le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, cette décision est justifiée par le fait que Zarif a aidé à mettre en oeuvre “la politique imprudente” du guide religieux de la révolution iranienne, l’ayatollah Ali Khamenei. “Les Etats-Unis envoient un message clair au régime iranien, son comportement récent est totalement inacceptable”, a-t-il dit.

Un haut représentant de l’administration américaine a réitéré que la Maison blanche était disposée à discuter avec l’Iran, mais il a souligné que la présidence ne considérait pas Zarif comme l’interlocuteur prioritaire pour évoquer le contrôle du programme nucléaire iranien.

—- LES USA CROIENT SAVOIR QUE LE FILS D’OUSSAMA BEN LADEN EST MORT

WASHINGTON - Les Etats-Unis croient savoir que Hamza ben Laden, fils de l’ancien chef d’Al Qaïda Oussama ben Laden et membre éminent du réseau islamiste, est mort, a déclaré mercredi un représentant américain sans donner de détails sur la date et les circonstances de ce décès.

Donald Trump a refusé dans la journée de commenter devant les journalistes cette information rapportée en premier lieu par la chaîne de télévision NBC News.

D’après le New York Times, Hamza ben Laden a été tué lors d’une opération qui a eu lieu au cours des deux dernières années et dans laquelle les Etats-Unis ont joué un rôle.

—-

KIM JONG-UN A SUPERVISÉ L’ESSAI D’UN NOUVEAU SYSTÈME DE MISSILE NORD-CORÉEN

SEOUL - Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a supervisé mercredi le premier essai d’un nouveau type de missile guidé, a rapporté jeudi l’agence de presse officielle KCNA, après que l’armée sud-coréenne a fait état la veille de tirs de deux missiles balistiques à courte portée effectués par Pyongyang.

Cet essai a permis de vérifier l’efficacité de ce système pour le combat, a précisé la KCNA, ajoutant que Kim Jong-un a prédit que cette nouvelle arme provoquerait des dégâts importants chez ses cibles potentielles.

Le numéro un nord-coréen avait déjà assisté la semaine dernière à de précédents tirs effectués par Pyongyang, décrits par la presse officielle nord-coréenne comme la démonstration d’une “nouvelle arme tactique guidée” et une mise en garde à l’attention de la Corée du Sud pour ses exercices militaires conjoints avec les Etats-Unis.

La Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France ont demandé la tenue d’une réunion à huis clos du Conseil de sécurité de l’Onu jeudi pour discuter des tirs de missiles effectués par la Corée du Nord, a-t-on appris auprès de diplomates.

—-

RYANAIR DIT AVOIR 900 PILOTES ET PERSONNEL DE CABINE EN TROP

DUBLIN - Ryanair compte 500 pilotes et 400 membres d’équipage de plus que nécessaire et annoncera des suppressions de postes dans les semaines à venir, a déclaré Michael O’Leary, le directeur général de la première compagnie à bas coûts d’Europe.

Ryanair a annoncé dès lundi qu’il y aurait des suppressions de postes, après la publication d’une chute de 21% de son bénéfice sur la période avril-juin.

Au début du mois, la compagnie aérienne avait abaissé de moitié sa prévision de taux de croissance pour l’été 2020 en invoquant la crainte de retards de livraison d’avions 737 MAX de Boeing.

—-

FRANCE-L’OPPOSITION NE DÉSARME PAS APRÈS LA MORT DE STEVE MAÏA CANIÇO

PARIS - L’opposition de gauche a continué mercredi à mettre en cause la politique de maintien de l’ordre du gouvernement et l’action de la police à Nantes le soir de la Fête de la musique, quand Steve Maïa Caniço est tombé dans la Loire.

Le corps de l’animateur périscolaire âgé de 24 ans a été identifié mardi après avoir été retrouvé la veille dans le fleuve, à quelques centaines de mètres du quai où il avait disparu, théâtre d’une opération de police controversée.

Après La France insoumise mardi, le premier secrétaire du Parti socialiste a demandé mercredi une commission d’enquête parlementaire pour examiner une doctrine de maintien de l’ordre qu’il juge trop violente, évoquant les nombreux blessés du mouvement des Gilets jaunes, l’intervention à Nantes ou encore des brutalités contre des manifestants écologistes à Paris.

“Il y a aujourd’hui un problème à l’échelle de l’exécutif, qui est de dire comment dans ce pays on maintient l’ordre”, a dit Olivier Faure sur RMC et BFMTV.

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a assuré que “le ministre de l’Intérieur n’est pas fragilisé”, à l’occasion d’un déplacement dans l’Essonne au côté de Christophe Castaner.

“Nous sommes mobilisés, à la tâche, pour n’accuser personne et ne dédouaner personne”, a-t-il ajouté. “Ce que nous souhaitons, c’est que la transparence soit faite, que les faits soient établis et que les responsabilités soient tirées.”

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below