July 9, 2019 / 5:32 PM / a month ago

LEAD 1-Espagne-Sanchez renoncera s'il n'est pas investi ce mois-ci, dit le PSOE

(.)

MADRID, 9 juillet (Reuters) - Les socialistes espagnols renonceront à voir leur dirigeant Pedro Sanchez reprendre la tête du gouvernement s’il n’est pas investi lors des votes prévus les 22 et 23 juillet au Parlement, a averti mardi une porte-parole du Parti socialiste (PSOE).

De nouvelles élections législatives ne seraient alors pas à exclure.

Le PSOE a remporté le scrutin du 28 avril mais sans obtenir de majorité au Parlement.

Pedro Sanchez, devenu président du gouvernement en juin 2018 après une motion de défiance qui avait renversé le pouvoir conservateur, a besoin du soutien d’autres formations pour être reconduit.

Il mène de difficiles négociations avec le parti Unidas Podemos, issu de la gauche radicale.

Sanchez et le dirigeant d’Unidas Podemos, Pablo Iglesias, ont eu mardi une nouvelle réunion qui n’a pu déboucher sur un accord mais le gouvernement a fait savoir qu’il voulait voir les discussions se poursuivre.

A l’issue d’un débat prévu les 22 et 23 juillet aux Cortes, Sanchez a besoin de recueillir au moins le soutien de 176 des 350 députés, la majorité absolue, afin d’être désigné président du gouvernement.

S’il n’y parvient pas, un autre vote sera organisé dans les deux jours. Cette fois, la majorité simple sera requise mais s’il remporte moins de voix que le total des votes contre et des abstentions, il sera battu.

Dans ce cas, il peut soit convoquer un autre vote aux Cortes en septembre, soit se prononcer pour de nouvelles élections législatives.

“Il n’y aura pas de changement entre les votes d’investiture de juillet et de septembre (...) Il n’y aura pas de deuxième chance”, a souligné mardi Adriana Lastra, porte-parole du PSOE.

Un responsable de Podemos a déclaré sous le couvert de l’anonymat qu’”il n’est pas sérieux” de la part de Pedro Sanchez de chercher à être investi par le parlement “sans s’être assuré les soutiens nécessaires et en menaçant de provoquer de nouvelles élections”.

Podemos exige des ministères dans le nouveau gouvernement mais Pedro Sanchez ne lui a proposé jusqu’ici que des postes de second plan.

S’il devait y avoir de nouvelles législatives, elles auraient lieu en novembre et ce seraient les quatrièmes en quatre ans.

“La crainte de nouvelles élections pourraient au bout du compte contraindre Unidas Podemos à soutenir Sanchez, mais la possibilité d’un nouveau scrutin en novembre ne peut être écartée”, explique Antonio Barroso, directeur général de la société de consultants politiques Teneo. (Paul Day et Emma Pinedo; Guy Kerivel et Eric Faye pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below