July 1, 2019 / 9:35 PM / 3 months ago

LEAD 1-Rome abaisse son déficit 2019, juge qu'une procédure serait injustifiée

(Actualisé avec précisions sur le déficit, contexte)

par Giuseppe Fonte

ROME, 1er juillet (Reuters) - L’Italie a abaissé lundi son objectif de déficit budgétaire 2019 pour tenter d’échapper à une procédure disciplinaire de l’Union européenne, affirmant que ses nouveaux objectifs s’inscrivaient largement dans les limites fixées par l’Union européenne.

La Commission européenne a jugé le mois dernier qu’une procédure de déficit excessif visant Rome, susceptible d’aboutir à des sanctions, était justifiée par l’absence de réduction de la dette publique en 2018, contraire aux engagements pris par les autorités italiennes; elle table en outre sur une nouvelle augmentation de la dette cette année et l’an prochain.

Le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, a convoqué une réunion du gouvernement, après quoi un communiqué a été publié annonçant une baisse des objectifs du déficit de l’Etat - tant le déficit global que structurel - grâce à des recettes plus importantes et à des dépenses plus faibles que prévu.

“Le gouvernement pense qu’il respecte largement les règles du Pacte de Stabilité et de Croissance (de l’Union européenne), a déclaré le Trésor italien, annonçant une baisse d’environ 7,6 milliards d’euros par rapport à la prévision initiale.

Selon une source du gouvernement, le déficit budgétaire est ainsi ramené à 2,04% du produit intérieur brut (PIB), au lieu de 2,4% annoncé en avril. Une autre source du gouvernement a dit que Rome maintenait son objectif de déficit 2020 à 2,1% du PIB. Bruxelles prédit des déficits italiens nettement supérieurs

Le gouvernement a exclu toute réduction des dépenses publiques mais a dit qu’il était en mesure de réduire ses prévisions de déficit pour cette année, en partie grâce au fait que deux mesures phares de l’année - une option de retraite anticipée et un revenu universel pour les pauvres - se sont révélées moins populaires, donc moins coûteuses, que prévu

En outre, les mesures prises récemment contre l’évasion fiscale ont généré des recettes plus importantes que prévu.

DÉCISION REPORTÉE

Les dirigeants des deux partis de la coalition au pouvoir en Italie, Matteo Salvini de la Ligue (extrême droit) et Luigi Di Maio du Mouvement des 5 étoiles (M5S) (anti-système), ont promis des réductions d’impôts l’an prochain pour relancer l’économie.

Ils ont averti que toute mesure d’austérité déclencherait un ralentissement et jugé les règles budgétaires européennes “dépassées”.

Pour le moment, Rome ne peut compter que sur un report de la décision de l’UE, qui était prévue le 2 juillet, mais qui a été retardée par l’incapacité des chefs d’Etat et de gouvernement européens à trouver un compromis sur le prochain président de la Commission et d’autres hauts dirigeants.

Le président Sergio Mattarella est monté au créneau en déclarant lundi que son économie était solide et que plusieurs des principaux indicateurs économiques du pays étaient positifs.

“Je ne vois aucune raison d’ouvrir une procédure disciplinaire contre l’Italie”, a-t-il dit lors d’une visite à Vienne.

A environ 132% du PIB, le ratio d’endettement de l’Italie est le plus élevé de la zone euro après celui de la Grèce. (Juliette Rouillon pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below