July 1, 2019 / 8:40 PM / in 5 months

POINT MARCHÉS-Wall Street finit en hausse, l'espoir renaît sur le commerce

(Actualisé avec précisions, taux, changes, pétrole)

* Trump dit que les négociations avec la Chine sont reparties

* Les fabricants de semi-conducteurs ont été recherchés

* Le Dow a pris 0,44%, le S&P 0,77% et le Nasdaq 1,06%

par Chuck Mikolajczak

NEW YORK, 1er juillet (Reuters) - La Bourse de New York a terminé dans le vert lundi - quoiqu’en en retrait par rapport à ses plus hauts du jour - portée par les valeurs technologiques dans l’optimisme retrouvé concernant les négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis.

L’enthousiasme initial des investisseurs a reflué en cours de séance pour laisser place à la prudence en ce début d’une semaine tronquée par la fête nationale jeudi.

L’indice Dow Jones a gagné 117,47 points, soit 0,44%, à 26.717,43. Le S&P-500, plus large, a pris 22,57 points, soit 0,77%, à 2.964,33. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 84,92 points (+1,06%) à 8.091,16 points.

Le Dow avait pris plus de 200 points en séance au plus haut.

La Chine et les Etats-Unis vont reprendre leurs négociations commerciales et Washington n’imposera pas de nouvelles taxes douanières sur les exportations chinoises.

Washington a également desserré l’étau autour de Huawei en autorisant davantage de ventes de composants américains à l’équipementier télécoms chinois.

“Tout progrès vers un accord commercial - sans avoir besoin d’être important - il suffit d’un pas, est vu très positivement par le marché”, dit Scott Brown, économiste chez Raymond James.

VALEURS

A la faveur de l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin sur le commerce et autour de Huawei, les semi-conducteurs ont été recherchés. AMD, Broadcom, Applied Materials et Micron ont pris entre 1,7% et 4,3%.

De même, Apple, l’un des plus importants clients de Huawei, s’est octroyé 1,83%, plus forte hausse du Dow Jones.

Boeing en revanche a cédé 2,11% contre la tendance après que des procureurs fédéraux ont réclamé la remise à la justice de documents sur la production du 787 Dreamliner, faisant craindre de nouveaux problèmes pour l’avionneur.

LES INDICATEURS DU JOUR

Sur le plan macroéconomique aux Etats-Unis, la croissance de l’activité manufacturière a encore décéléré en juin pour se retrouver à son plus bas niveau depuis 32 mois.

Et contre toute attente, les dépenses de construction ont baissé au mois de mai, les investissements dans des projets immobiliers privés étant tombées à leur niveau le plus bas depuis près de deux ans et demi.

LA SÉANCE EN EUROPE

Les Bourses européennes ont elle aussi terminé en hausse, saluant la trêve conclue par Washington et Pékin sur le commerce, tandis que les rendements des emprunts d’Etat de la zone euro ont reculé, affectés par les anticipations de détente monétaire de la part de la Banque centrale européenne (BCE).

À Paris, l’indice CAC 40 a terminé en hausse de 0,52% à 5.567,91 points. Le Footsie britannique a gagné 0,97% et le Dax allemand a pris 0,99%. L’indice EuroStoxx 50 a avancé de 0,69%, le FTSEurofirst 300 de 0,84% et le Stoxx 600 de 0,78%.

TAUX

Les rendements des obligations du Trésor américain ont progressé avec l’optimisme sur le commerce sino-américain, mais leurs gains ont été limités par les inquiétudes persistantes concernant la croissance économique mondiale.

Sur le marché à terme des taux, les traders anticipent bien une baisse de l’objectif de taux de la Réserve fédérale à sa prochaine réunion, fin juillet. Mais la probabilité estimée de que la Fed réduise cet objectif de 50 pdb n’est plus qu’à 20% contre 32% vendredi, selon le baromètre FedWatch de CME Group.

Les rendements allemands et français à 10 ans ont touché des plus bas historiques après les commentaires accommodants de plusieurs membres de la BCE, dont ceux du gouverneur de la banque centrale néerlandaise, Klass Knot.

Ce partisan de l’orthodoxie monétaire a dit que, même si la zone euro n’était pas en récession, la croissance des deuxième et troisième trimestres pourrait fléchir et que la BCE était déterminée à agir en cas de scénario défavorable.

CHANGES

Sur le marché des changes, le dollar a progressé de plus de 0,7% face à un panier de référence, dont l’euro, qui a reculé sous 1,13, un plus bas depuis le 21 juin.

PÉTROLE

Le pétrole a été en hausse après la décision de l’Opep de prolonger son accord de réduction de la production jusqu’à mars 2020. Mais le brut a limité ses gains en cours de séance dans la crainte que l’offre reste excédentaire sur le marché mondial.

Le contrat août sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 1,06%, à 59,09 dollars le baril et le Brent 0,49% à 65,06 dollars.

A SUIVRE MARDI:

Les investisseurs surveilleront mardi les prix à la production en zone euro et la réunion de l’Opep et ses alliés. (Chuck Mikolajczak et Shreyashi Sanyal, Juliette Rouillon pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below