June 27, 2019 / 2:17 PM / in 2 months

GESTION-Les investisseurs trop gourmands sur les actions US-Robeco

PARIS, 27 juin (Reuters) - L’appétit des investisseurs pour les actions américaines leur fait ignorer des risques pourtant bien présents sur certaines valorisations, selon Duilio Ramallo, gérant d’un fonds spécialisé pour Robeco.

Les actions ont à nouveau la cote depuis le début de l’année en raison de la posture accommodante adoptée par la Réserve fédérale, de la capacité de la Chine à gérer le ralentissement de son économie et de l’apaisement de la crainte d’une récession, a-t-il expliqué jeudi à des investisseurs lors d’une conférence à Paris.

“La recherche du profit l’emporte sur la peur”, a-t-il dit. “Si le niveau d’ensemble des valorisations n’est pas alarmant [sur le marché américain], certaines commencent à devenir problématiques”.

Les valorisations trop optimistes concernent à la fois des valeurs américaines de croissance comme des valeurs défensives, a précisé le gérant du fonds Robeco BP U.S. Premium Value, qui privilégie dans sa gestion des titres associant une valorisation attractive, des fondamentaux solides et une tendance haussière.

Son exposition est ainsi nulle ou quasiment inexistante sur certains secteurs comme l’immobilier coté et les services aux collectivités, tous deux défensifs mais jugés trop chers.

Les valeurs financières américaines continuent de dominer dans le portefeuille, soutenue notamment par les assurances. Viennent ensuite la santé et la technologie, avec certains titres qui brillent par leur absence, notamment Apple et Amazon.

“Pour Amazon, c’est simplement parce que les bénéfices risquent d’avoir du mal à justifier une valorisation élevée”, a expliqué Duilio Ramallo.

“Pour Apple, c’est parce que nous pensons qu’il est difficile dans l’électronique grand public de maintenir des marges élevées sur une longue période”.

Le risque numéro un pour les actions américaines vient du conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine, a dit sans originalité le gérant, en insistant sur le fait que le bras de fer en cours représentait une menace non seulement pour la croissance économique des deux protagonistes mais également pour les bénéfices des composants du S&P-500, dont il juge les prévisions exagérément optimistes.

Dans le débat entre les valeurs chères à forte croissance (“growth”) et celles plus abordables mais à la qualité éprouvée (“value”), Duilio Ramallo tranche pour celles dont il s’est fait une spécialité.

“Historiquement, tout suggère que le style ‘value’ l’emportera sur les valeurs ‘growth’ sur les 12 prochains mois”, a-t-il dit.

Patrick Vignal, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below