June 22, 2019 / 12:43 PM / in 5 months

France-Le PS se pose en adversaire de LaRem pour les municipales

PARIS, 22 juin (Reuters) - Le premier secrétaire du Parti socialiste (PS), Olivier Faure, a mis samedi le cap sur les élections municipales de 2020, en vue desquelles il a exclu tout accord avec des élus favorables à la politique menée par l’actuel exécutif.

Devant les cadres du parti réunis en Conseil national à Paris, le député s’est appuyé sur les 6,2% des voix obtenues par la liste du duo PS-Place publique aux élections européennes du 26 mai pour lancer les prochaines échéances.

“Nous devons partout rechercher l’union” de “l’ensemble de la gauche et des écologistes”, a-t-il dit dans un discours. “Nous ne soutiendrons à aucun endroit de France un candidat, un maire, qui lui-même soutiendrait la politique gouvernementale d’Edouard Philippe et Emmanuel Macron.”

Olivier Faure a dénoncé les manoeuvres engagées par le parti présidentiel, qui a commencé à investir des candidats.

“LaRem joue au poker avec une paire, ils voudraient organiser le jeu de ceux qui ont un carré d’as”, a-t-il dit.

Le premier secrétaire a lancé l’idée d’un projet de charte “qui engagera les candidats aux municipales”, invitant les socialistes à réfléchir à son contenu à travers des forums et une convention.

Le sujet sera sur la table des universités d’été du PS à La Rochelle (Charente-Maritime), fin août.

Au regard de récents sondages, le premier secrétaire juge possible des victoires socialistes dans de grandes villes comme Nantes, Nancy et Paris, où La République en marche menace la maire PS sortante Anne Hidalgo.

Olivier Faure a souligné les désaccords de son camp avec l’actuel exécutif concernant notamment la réforme de l’assurance chômage, qui se fera sans les partenaires sociaux, et la privatisation d’ADP, sur laquelle des élus d’opposition de tous bords ont engagé une procédure menant vers un référendum d’initiative populaire.

Selon lui, près de 300.000 personnes ont signé la pétition en ligne, alors que 4,7 millions sont nécessaires pour prolonger le processus.

“Le but du jeu ce n’est pas d’obtenir un référendum pour un référendum, c’est d’obtenir que ce gouvernement interrompe son mouvement de privatisations et ce que je sais c’est que si nous sommes un, deux, trois, quatre millions à signer, ce processus s’interrompra avant même ce référendum”, a-t-il dit. (Elizabeth Pineau, édité par Jean-Stéphane Brosse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below