June 13, 2019 / 5:03 AM / 4 months ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 05H00 GMT (13/06)

PHILIPPE PRÉSENTE LES RÉFORMES DE “L’ACTE II” EN INVOQUANT L’URGENCE

PARIS - Edouard Philippe a présenté mercredi la feuille de route de la majorité pour l’année à venir, précisant les prochaines réformes de l’assurance chômage et des retraites et la mise en oeuvre de certaines mesures écologiques, tout en se disant ouvert à reporter l’examen de la réforme constitutionnelle.

Lors d’un discours de politique générale prononcé à l’Assemblée nationale, le Premier ministre a annoncé que les contribuables modestes seraient les grands bénéficiaires de la baisse de 5 milliards d’euros de l’impôt sur le revenu promise par Emmanuel Macron, à travers une baisse des deux premières tranches.

Il a confirmé que la taxe d’habitation serait supprimée pour tous les Français, avec une disparition progressive pour les 20% qui ne sont pas encore concernés.

Le chef du gouvernement a ouvert son discours par les sujets écologiques, ambition qui sera selon lui “au coeur de l’acte II” du quinquennat, avec notamment une transformation des aides à la rénovation énergétique pour qu’elles profitent aux ménages qui en ont le plus besoin.

L’ASSEMBLÉE VOTE LARGEMENT LA CONFIANCE AU GOUVERNEMENT

PARIS - L’Assemblée nationale a voté mercredi la confiance au gouvernement d’Edouard Philippe par 363 voix contre 163, lançant l’acte II du quinquennat d’Emmanuel Macron. Sur 573 votants, il y a eu 526 suffrages exprimés.

La totalité des députés La République en marche et Mouvement démocrate (Modem) ont voté pour le texte, soit 350 élus.

Le député Matthieu Orphelin, qui a quitté le groupe LaRem en début d’année, s’est abstenu.

ENCADRE Principales mesures annoncées par Edouard Philippe

—-

GB-DÉBUT DU PROCESSUS DE DÉSIGNATION DU SUCCESSEUR DE MAY

LONDRES - Le processus de désignation du successeur de Theresa May à la tête du Parti conservateur et du gouvernement britannique entre dans sa phase concrète ce jeudi avec un premier tour de scrutin organisé au sein du groupe parlementaire des Tories.

Dix candidats ont été retenus, parmi lesquels l’ancien maire de Londres et ex-ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson, qui fait figure de favori. Il sera opposé notamment à l’actuel secrétaire au Foreign Office, Jeremy Hunt, et au ministre de l’Intérieur, Sajid Javid.

Au premier tour, les candidats n’obtenant pas au moins 16 voix (5% du groupe parlementaire du Parti conservateur) seront éliminés. Si tous les candidats franchissent ce seuil, celui ayant reçu le moins de voix sera éliminé. Les résultats sont attendus vers 12h00 GMT.

—-

TRUMP DIRAIT OUI SI UN ÉTAT ÉTRANGER PROPOSAIT DES DONNÉES COMPROMETTANTES SUR UN RIVAL POLITIQUE

WASHINGTON - Donald Trump a déclaré mercredi qu’il ne verrait rien de mal à accepter des informations compromettantes sur l’un de ses rivaux politiques si de telles données étaient proposées à son équipe de campagne par un gouvernement étranger.

Interrogé lors d’un entretien à la chaîne ABC News sur ce qu’il ferait si un pays étranger lui proposait de telles informations - les accepter ou avertir le FBI -, le président américain a répondu: “Peut-être les deux”.

“Si quelqu’un appelait d’un pays étranger, la Norvège, en disant ‘nous avons des informations sur votre rival’ - oui, je pense que je voudrai écouter”, a déclaré Trump, qui lancera officiellement mardi sa campagne pour la présidentielle de 2020.

Cet entretien était diffusé au jour de l’audition de Donald Trump Jr., le fils aîné du président américain, par la commission sénatoriale du Renseignement qui mène sa propre enquête sur les liens entre l’équipe Trump et la Russie lors de la campagne présidentielle de 2016.

“Ce n’est pas de l’ingérence, ils ont de l’information. Je pense que je la prendrais”, a dit Donald Trump à ABC News. “Si je pense qu’il y a quelque chose de mal, je vais voir le FBI - si je pense qu’il y a quelque chose de mal”.

—-

LES USA VONT DÉPLOYER 1.000 SOLDATS EN POLOGNE

WASHINGTON - Les Etats-Unis vont déployer 1.000 hommes de plus en Pologne, a annoncé mercredi le président Donald Trump en présence de son homologue polonais, Andrzej Duda.

Cette annonce, qui vient exaucer les souhaits de Varsovie qui espère ainsi éloigner la menace d’une agression russe, s’est produite dans la foulée de l’annonce de l’achat par la Pologne d’avions de combat F-35.

—-

L’IRAN VA DEMANDER AU JAPON DE TENTER UNE MÉDIATION SUR LES SANCTIONS AMÉRICAINES

DUBAI - L’Iran va demander au Japon d’effectuer une médiation entre Téhéran et Washington pour tenter d’obtenir un allègement des sanctions imposées au secteur pétrolier, ont déclaré mercredi des responsables iraniens.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe arrive ce mercredi à Téhéran pour une visite de trois jours, la première d’un chef du gouvernement nippon en exercice depuis la Révolution islamique de 1979.

—-

MOSCOU ET ANKARA ONT OBTENU UN CESSEZ-LE-FEU À IDLIB-AGENCES

MOSCOU - La Russie et la Turquie ont obtenu la signature d’un cessez-le-feu dans la province syrienne d’Idlib après l’avoir négocié auprès des forces gouvernementales et des insurgés, ont rapporté mercredi plusieurs agences de presse russes, citant des sources militaires.

Le cessez-le-feu est en vigueur dans la zone dite de “désescalade” et il a conduit à une forte diminution de la violence, ont dit les sources.

Quelque 180.000 civils ont fui ces dernières semaines les récents bombardements, qui ont fait des dizaines de morts dans le sud de la province de violents combats opposent les forces de Bachar al Assad aux rebelles.

—-

FRANCE-MÉLENCHON SORT DU SILENCE SUR LE REVERS DE LFI AUX EUROPÉENNES

PARIS - Dix-sept jours après des élections européennes décevantes pour La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon a reconnu mercredi l’échec de son camp, “rayé de la carte” dans certains pays, tout en appelant à “ne rien céder” dans les combats à mener. Dans une intervention à l’Assemblée nationale en réponse au discours de politique générale du Premier ministre, le leader des Insoumis, muet jusqu’ici, a livré une première analyse du scrutin où son camp a recueilli 6,3% des voix, trois fois moins qu’à l’élection présidentielle de 2017.

“Quoi qu’il arrive, nous ne céderons pas”, a-t-il dit, citant notamment les personnes victimes de la pauvreté et des inégalités, qui appellent selon lui un “changement radical” de politique car “un autre futur doit rester possible”.

—-

LE PEN RENVOYÉE EN PROCÈS DANS L’AFFAIRE DES IMAGES DE DAECH

PARIS - Marine Le Pen a été renvoyée devant le tribunal correctionnel de Nanterre pour avoir publié sur Twitter des images d’exactions du groupe Etat islamique (EI), a-t-on appris mercredi de source judiciaire, confirmant une information de BFM TV.

L’ordonnance de renvoi date du 27 mai, précise-t-on de même source.

Les avocats de la présidente du Rassemblement national n’ont pas répondu aux sollicitations de Reuters.

La dirigeante d’extrême droite, dont l’immunité parlementaire a été levée en 2017, risque trois ans de prison et 75.000 euros d’amende dans ce dossier, ouvert après la publication de plusieurs photos, sur Twitter, en décembre 2015.

—-

SENARD CONFORTÉ À L’AG DE RENAULT MALGRÉ SES DÉBOIRES

PARIS - Le nouveau président de Renault, Jean-Dominique Senard, a été conforté mercredi par les actionnaires du groupe réunis en assemblée générale, où il était pourtant arrivé affaibli par l’échec du projet de fusion avec Fiat Chrysler (FCA) et les tensions persistantes avec le partenaire Nissan.

Avant cette AG, des sources proches du groupe et du gouvernement avaient en outre déclaré à Reuters que Jean-Dominique Senard, mécontent de l’attitude de l’Etat dans les négociations avec Fiat, avait subi un nouveau camouflet avec le refus du président de la République, Emmanuel Macron, de le recevoir.

La ratification de son mandat d’administrateur a finalement été votée avec environ 91% des voix et saluée par une salve d’applaudissements de la salle du Palais des congrès à Paris.

L’ancien président de Michelin avait été accueilli comme l’homme providentiel en janvier pour succéder à un Carlos Ghosn tombé en disgrâce.

—-

COUPE DU MONDE DE FOOTBALL FÉMININ

DEUXIÈME SUCCÈS DE L’ÉQUIPE DE FRANCE AU PREMIER TOUR

NICE - Les Bleues ont battu mercredi leurs homologues norvégiennes 2 buts à 1 à Nice pour leur deuxième match de groupe de la Coupe du monde féminine de football.

Les buts de la France ont été inscrits par Valérie Gauvin et Eugénie Le Sommer. C’est également une joueuse française, Wendie Renard, qui a marqué pour la Norvège, poussant involontairement le ballon dans le but des Bleues.

Avec cette victoire, les joueuses de Corinne Diacre se hissent à la première place du groupe A, devançant la Norvège et le Nigeria qui s’était imposé plus tôt 2 à 0 contre les Sud-Coréennes, dernières.

Les Françaises joueront leur dernier match lundi 17 juin contre les Nigérianes à Rennes.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below