June 6, 2019 / 5:02 PM / 5 months ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 17H00 GMT (06/06)

MACRON ET TRUMP FONT TAIRE LEURS DIVERGENCES

COLLEVILLE-SUR-MER/CAEN - Emmanuel Macron et Donald Trump, dont les divergences se sont multipliées depuis deux ans, ont affiché jeudi un front uni en louant leur relation “exceptionnelle” à l’occasion du 75e anniversaire du Débarquement du 6 juin en Normandie.

Réunis sous un grand ciel bleu dans le cimetière américain de Colleville-sur-mer (Calvados), le président français et son homologue américain ont rendu un vibrant hommage aux combattants du “jour le plus long” dont l’arrivée sur le plages normandes a permis de libérer l’Europe du joug nazi.

“Soixante-quinze ans après, nous savons ce que nous devons à l’Amérique (...) aujourd’hui, la France n’oublie pas tous ces combattants à qui elle doit de vivre libre”, a déclaré Emmanuel Macron avant de remettre à cinq vétérans américains l’insigne de chevalier de la Légion d’honneur.

Pour Donald Trump, “ces hommes ont traversé les flammes de l’enfer, portés par une force qu’aucune arme ne pouvait détruire : le patriotisme fervent d’un peuple libre, fier et souverain”.

Le débarquement de quelque 150.000 soldats alliés le 6 juin 1944 sur les plages normandes a marqué le début de la bataille de Normandie qui a fait quelque 110.000 morts, dont plus de 20.000 civils. Cette bataille est considérée comme une étape décisive face à l’armée allemande durant la Seconde guerre mondiale avant la libération de Paris le 25 août 1944, qui a mis fin à quatre années d’occupation de la capitale française.

VOIR AUSSI

GRAPHIQUE Le débarquement du 6 juin 1944 tmsnrt.rs/2QNyDZS

—-

LR ÉLIT SON CHEF EN OCTOBRE MAIS CHERCHE TOUJOURS SA LIGNE

PARIS - Les Républicains s’efforcent de maîtriser leur destin malgré la crise en fixant à octobre le choix d’un chef, mais la menace d’une vague de dissidences, à l’image de la démission de Valérie Pécresse, brouille singulièrement l’avenir du parti de droite.

La Haute autorité de LR a annoncé jeudi que le premier tour de l’élection à la présidence du parti, provoquée par la démission de Laurent Wauquiez après la déroute historique des européennes (8,48%), se déroulerait du samedi 12 octobre 20h00 au dimanche 13 octobre 20h00.

Si un second tour était nécessaire, le vote aurait lieu du samedi 19 octobre 20h00 au dimanche 20 octobre 20h00.

Les prétendants, présentés par au moins 5% des parlementaires LR et au moins 1% des adhérents à jour de cotisation, devront faire acte de candidature entre le 15 juillet et le 13 août. La liste définitive des candidats sera établie et rendue publique entre le 14 et le 28 août.

—-

LES URGENTISTES MANIFESTENT, BUZYN LÂCHE DU LEST

PARIS - Les urgentistes en grève depuis plus deux mois pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail ont appelé jeudi à amplifier le mouvement face aux réponses “insuffisantes” du gouvernement.

Des personnels venus de toute la France ont manifesté à Paris pour marquer le “Desolation Day des urgences”, le jour des commémorations du “D-Day” en Normandie, et réclamer des mesures (augmentations salariales, hausses d’effectifs...) à la ministre de la Santé Agnès Buzyn, dont il dénonce la “surdité”.

“Agnès réveille-toi ou remplace-moi”, pouvait-on lire sur une pancarte dans le cortège parisien, ou encore “Urgences saturées, patients en danger”, “Urgences en souffrance”.

Des urgentistes, femmes et hommes, se sont mis en sous-vêtements devant le ministère de la Santé en clamant “On nous fout à poil”, d’autres se sont allongés sur la chaussée pour un “die in”, simulant la mort.

—-

GOLFE-LES SABOTAGES DE TANKERS DEVANT LE CONSEIL DE SECURITE

DUBAI - Les Emirats arabes unis, l’Arabie saoudite et la Norvège vont présenter ce jeudi devant le Conseil de sécurité des Nations unies les conclusions d’une enquête commune sur les actes de sabotage qui ont visé le mois dernier quatre navires pétroliers au large des Emirats, rapporte la chaîne Sky News Arabia.

La chaîne, détenue par les Emirats, ne donnent aucune précision.

Deux pétroliers saoudiens, un navire émirati et un tanker norvégien ont été victimes d’actes de sabotage le 12 mai dernier. Les incidents n’ont fait aucune victime mais ravivé les tensions dans le Golfe.

—-

SOUDAN-BILAN OFFICIEL DES VIOLENCES DE LUNDI PORTÉ À 61 TUÉS

KHARTOUM - Les autorités soudanaises ont revu à la hausse leur bilan des violences qui ont éclaté lundi au Soudan, le portant de 46 à 61 morts, a annoncé le ministère de la Santé.

Selon le directeur général du ministère, Souleiman Abdel Jabbar, interrogé par Reuters, sur ces 61 décès constatés, 52 ont été enregistrés dans la capitale, où un campement de l’opposition a été dispersé par la force (49 civils tués par arme à feu et trois membres des services de sécurité mortellement poignardés). Les neuf autres décès ont eu lieu hors de la capitale.

D’après un collectif de médecins liés à l’opposition, le bilan de l’intervention contre les manifestants rassemblés devant le quartier général de l’armée est d’au moins 108 morts. L’armée a pris le pouvoir au Soudan il y a près de deux mois après avoir évincé le président Omar Hassan el Béchir.

—-

LE PRÉSIDENT DE LA CAF ENTENDU À PARIS

PARIS - Le président de la Confédération africaine de football (Caf), le Malgache Ahmad Ahmad, était interrogé jeudi par les autorités françaises à Paris, a confirmé la Fifa, instance dirigeante du football mondial.

Ahmad Ahmad, qui a été ministre dans le gouvernement malgache, est soupçonné de corruption et de harcèlement. Le comité d’éthique de la Fifa a été saisi à ce sujet en mars par le secrétaire général de la Caf, Amr Fahmy. Ce dernier a depuis été limogé.

Ahmad Ahmad, 59 ans, a été interpellé à son hôtel à 08h30 pour être interrogé par les policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclif), rapporte la presse française.

—-

FIAT CHRYSLER RETIRE SON OFFRE DE FUSION AVEC RENAULT

PARIS - Fiat Chrysler a annoncé mercredi soir contre toute attente le retrait immédiat de son offre de fusion à 30 milliards d’euros avec Renault, accusant les conditions politiques en France d’avoir compromis un projet qui aurait donné naissance au troisième constructeur automobile mondial.

FCA a pris cette décision après que l’Etat français a demandé que le conseil d’administration de Renault dispose d’un délai additionnel de cinq jours pour se prononcer, afin d’obtenir le soutien de son partenaire japonais Nissan.

L’Etat français, principal actionnaire de Renault avec 15% du capital, a cherché notamment à obtenir des garanties sur l’emploi en France et le versement de dividendes aux actionnaires du groupe français, ont déclaré des sources informées des discussions.

Dans un communiqué diffusé jeudi matin, le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a pris acte de cette décision, affirmant que l’Etat s’était montré dès le départ ouvert à cette offre, même s’il avait fixé ses conditions.

Gérard Darmanin, le ministre de l’Action et des Comptes publics, a pour sa part estimé que les discussions pourraient reprendre à l’avenir avec FCA, si les conditions étaient réunies.

L’échec de ce projet pèse dans les premiers échanges en Bourse sur les titres Renault et FCA, le premier perdant 8% à Paris et le second 3% à Milan, après avoir gagné respectivement 12% et 2% depuis son officialisation le 27 mai dernier.

—-

HIDALGO VEUT METTRE FIN À L’ANARCHIE DS TROTTINETTES À PARIS

PARIS - La maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé jeudi des mesures pour mettre fin à l’anarchie des trottinettes électriques, qui se sont multipliées à Paris depuis un an en l’absence de tout cadre légal et sont la cause d’un nombre croissant d’accidents.

Paris compte aujourd’hui 12 opérateurs, qui ont mis en circulation plus de 20.000 trottinettes électriques.

“C’est beaucoup trop”, a déclaré Anne Hidalgo lors d’une conférence de presse. “Les prévisions laissent entendre que sans loi pour réguler, encadrer, remettre de l’ordre, nous pourrions atteindre les 40.000 trottinettes électriques d’ici 2020, ce qui est évidemment inenvisageable.”

La mode de ces trottinettes en libre accès, qui peuvent rouler jusqu’à 25 km/h, s’accompagne d’un nombre croissant d’accidents dont sont souvent victimes des piétons.

Depuis janvier 2019, la police municipale parisienne verbalise les usagers qui roulent sur les trottoirs (135 euros d’amende) et les stationnements anarchiques (35 euros). Elle multiplie également les mises en fourrière.

—-

BIC SUPPRIME 450 POSTES ET EN CRÉE 400 AUTRES

PARIS - Le fabricant de stylos, de briquets et de rasoirs jetables Bic annonce la suppression d’environ 450 postes, dont une centaine à son siège de Clichy.

Le groupe, qui a vu sa rentabilité se dégrader l’an passé dans un contexte de marché difficile, précise dans un communiqué que son plan “Bic 2022” annoncé en février prévoit aussi la création d’environ 400 nouveaux emplois à l’échelle mondiale.

La mise en oeuvre du projet, présenté ce jeudi au comité d’entreprise de Bic Services à Clichy, doit débuter d’ici la fin de l’année, ajoute la société.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below