June 2, 2019 / 2:02 AM / 3 months ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 02H00 GMT (02/06)

FRANCE-LA MOBILISATION DES “GILETS JAUNES” FAIBLIT À NOUVEAU

PARIS - Quelque 9.500 “Gilets jaunes” ont manifesté samedi en France, dont 1.500 à Paris, soit la plus faible mobilisation depuis le début du mouvement il y a six mois, selon les chiffres annoncés par le ministère de l’Intérieur.

Les “Gilets jaunes” ont défilé contre la politique fiscale et sociale du gouvernement pour la 29e semaine consécutive, une semaine après les élections européennes lors desquelles plusieurs listes issues du mouvement ont enregistré des scores inférieurs à 1%.

Le samedi précédent, 12.500 personnes avaient manifesté, dont 2.100 à Paris, ce qui constituait déjà le niveau de mobilisation le plus bas. Le mouvement connaît un déclin continu depuis la première grande journée de manifestation, le 17 novembre, qui avait réuni près de 300.000 personnes.

—-

GENERAL ELECTRIC-BELFORT RESTERA UN SITE MAJEUR - DG FRANCE

PARIS - Belfort, où General Electric envisage de supprimer un millier d’emplois, restera un site majeur du groupe américain, promet le directeur général de GE France, Hugh Bailey, dans un entretien au Journal du Dimanche.

Le conglomérat a annoncé l’ouverture à la mi-juin de négociations sur ces suppressions d’emplois. Ce plan était attendu depuis plusieurs mois, le marché de l’énergie et notamment des turbines à gaz traversant une période difficile à l’échelle mondiale.

“Belfort ne fermera pas. Il restera le premier site industriel de GE Power en Europe. Nous y avons des compétences d’excellence”, déclare Hugh Bailey. “Belfort restera un site majeur de GE. Mais pour cela, nous devons nous adapter.”

Les syndicats de GE en France ont contesté mercredi le plan social envisagé dans l’activité turbines à gaz, y voyant une volonté de délocalisation.

—-

BREXIT: TRUMP APPELLE LONDRES À QUITTER LES NÉGOCIATIONS SI DÉSACCORD AVEC BRUXELLES

LONDRES - Donald Trump a déclaré que le Royaume-Uni devait refuser de payer la facture du divorce avec l’Union européenne, qui devrait s’élever à un montant compris entre 40 à 45 milliards d’euros, et quitter la table des négociations sur le Brexit si Bruxelles ne répondait pas aux attentes de Londres.

S’exprimant dans un entretien au Sunday Times publié à la veille de sa visite de trois jours au Royaume-Uni, le président américain a déclaré que le futur Premier ministre britannique serait bien avisé d’envoyer Nigel Farage, fervent partisan du Brexit et dont le parti a terminé en tête des élections européennes au Royaume-Uni, mener les négociations à Bruxelles.

“Ils doivent en finir. Il faut qu’ils bouclent l’accord”, a-t-il dit, soulignant la nécessité pour le Royaume-Uni de quitter le bloc cette année. Si les négociateurs britanniques n’obtiennent pas ce qu’ils veulent, a poursuivi Trump, “à leur place je quitterais” la table des négociations.

AVANT-PAPIER Brexit, Chine et Huawei au menu de la visite de Trump en Grande-Bretagne

—-

ROME PROMET DE RESPECTER LA DISCIPLINE BUDGÉTAIRE EN 2020

ROME - L’Italie promet de respecter les règles européennes dans son budget pour 2020 en dépit d’une détérioration de ses finances publiques et de la promesse du gouvernement italien de procéder à des baisses d’impôts.

Dans sa réponse à une lettre adressée au gouvernement italien par la Commission européenne, le ministre de l’Economie, Giovanni Tria, explique que le ralentissement économique est responsable de la situation dégradée des comptes publics.

Il précise que des mesures d’austérité ne feraient d’aggraver la situation. “Je souhaite réaffirmer que le budget 2020 sera conforme au PSC (le pacte de stabilité et de croissance)”, écrit le ministre dans un courrier adressé à Bruxelles et publié vendredi soir.

—-

ROHANI EXIGE QUE LES ÉTATS-UNIS FASSENT PREUVE DE RESPECT

DUBAI - Le dialogue avec les Etats-Unis ne sera possible que lorsque Washington fera preuve de respect, a déclaré samedi le président iranien Hassan Rohani, cité par l’agence de presse semi-officielle Fars.

Les pressions américaines sur l’Iran se sont considérablement accentuées au cours du mois écoulé avec la fin des dérogations accordées par les Etats-Unis à certains pays importateurs de pétrole iranien, l’envoi par Washington d’un porte-avions et de troupes au Moyen-Orient ou le placement du corps des gardiens de la Révolution sur la liste noire des organisations terroristes du département d’Etat.

“Nous sommes pragmatiques et favorables au dialogue si l’autre partie s’assied respectueusement à la table des négociations et se conforme aux dispositions internationales”, a déclaré le président iranien.

Dans un discours prononcé vendredi à Beyrouth, le chef du Hezbollah libanais, allié de Téhéran, a prévenu les Etats-Unis qu’une guerre contre l’Iran entraînerait l’”anéantissement” de la présence militaire et des intérêts américains dans la région.

Sayyed Hassan Nasrallah a aussi dénoncé le plan de paix pour le Moyen-Orient préparé par l’administration américaine, le décrivant comme un “crime historique”.

—-

AUTOUR DES DROITS DE DOUANE

MEXICO - Le ministre mexicain des Affaires étrangères, Marcelo Ebrard, a déclaré vendredi avoir entamé des négociations avec des responsables de l’administration américaine après la menace du président américain Donald Trump d’imposer des droits de douane sur toutes les importations de produits mexicains.

“Les négociations ont commencé”, a-t-il tweeté avant de prendre l’avion pour Washington, précisant toutefois que les entretiens n’auraient pas lieu avant mercredi.

Donald Trump a annoncé que les Etats-Unis prélèveraient à partir du 10 juin des droits de douane de 5% sur tous les produits importés du Mexique et que ces taxes, progressivement relevées jusqu’à 25% au 1er octobre, seraient en vigueur tant que les flux de migrants clandestins traversant le Mexique et entrant aux Etats-Unis ne seraient pas stoppés.

Cette nouvelle escalade entre le président américain et son voisin du sud - alors même que les deux pays étaient sur le point de finaliser le nouvel accord trilatéral de libre-échange USMCA avec le Canada - s’inscrit sur fond de recrudescence du nombre de migrants arrivant à la frontière entre les deux pays pour demander l’asile aux Etats-Unis.

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a annoncé que son pays réagirait avec prudence et a appelé au dialogue entre Mexico et Washington. “Je pense que le président Trump va comprendre que ce n’est pas ainsi que les choses peuvent être réglées”, a-t-il dit.

—-

DAVID BELLIARD CONDUIRA LA LISTE EELV À PARIS

PARIS - Les adhérents d’Europe Ecologie-Les Verts ont choisi samedi David Belliard comme tête de liste pour les élections municipales de 2020 à Paris, une semaine après la deuxième place du parti écologiste aux élections européennes dans la capitale.

Le président du groupe écologiste au conseil de Paris a obtenu plus de 49% des voix au premier tour, devançant notamment Julien Bayou, porte-parole d’EELV et conseiller régional d’Ile-de-France, et Antoinette Guhl, adjointe de la maire de Paris chargée de l’économie sociale et solidaire, qui ont renoncé à l’organisation d’un second tour.

—- LE FOOTBALLEUR BRÉSILIEN NEYMAR VISÉ PAR UNE PLAINTE POUR VIOL

SAO PAULO - Neymar est visé par une plainte pour agression sexuelle déposée par une jeune femme brésilienne qui accuse le footballeur brésilien du PSG de l’avoir violé dans un hôtel de Paris, montre un rapport de la police de Sao Paulo que Reuters a pu consulter dimanche.

Aucun commentaire n’a pu être obtenu dans l’immédiat auprès des représentants de Neymar.

Le journal brésilien Globo, qui a rapporté en premier lieu l’information, a déclaré qu’un représentant du footballeur s’était refusé à tout commentaire dans l’attente de détails sur les accusations portées à l’encontre du Brésilien.

—-

LE PHILOSOPHE MICHEL SERRES EST MORT À L’ÂGE DE 88 ANS

PARIS - Le philosophe français Michel Serres est mort samedi à l’âge de 88 ans, a annoncé son éditrice à l’Agence France Presse (AFP).

Connu du grand public pour ses nombreuses interventions radiophoniques et certains livres à succès, dont Petite Poucette (2012), dans lequel il explore les liens entre nouvelles technologies et savoir, il a enseigné la philosophie et l’histoire des sciences en France et aux-Etats-Unis.

Normalien, agrégé de philosophie, il est entré à l’académie française en 1990. Il a travaillé dès le début de sa carrière sur les sciences, un thème qui traverse nombre de ses dizaines d’ouvrages.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below