April 8, 2019 / 11:12 AM / a month ago

LEAD 1-Moscou évoque une hausse de la production de l'Opep+ après juin

(Actualisé avec nouvelle citation, position saoudienne, contexte)

MOSCOU/LONDRES, 8 avril (Reuters) - L’un des principaux promoteurs russes de l’accord d’encadrement de la production pétrolière conclu avec l’Opep, Kirill Dmitriev, a laissé entendre lundi que la Russie préconiserait une augmentation des pompages en juin en raison de l’amélioration des conditions de marché et de la diminution des stocks.

Kirill Dmitriev, directeur général du fonds d’investissement de l’Etat russe, avait été le premier responsable russe à prédire un accord avec l’Opep en 2016 et il est devenu depuis l’un des principaux promoteurs de cet accord dit “Opep+”, en dépit des pressions exercées par les compagnies pétrolières russes pour tenter d’obtenir un désengagement de Moscou.

Ces derniers mois, Kirill Dmitriev estimait qu’il était encore trop tôt pour en finir avec la baisse de la production, une position conforme à celle de l’Arabie saoudite, chef de file de l’Opep. Mais lundi, il a jugé que les réductions de production pourraient ne plus être nécessaires après juin.

“Il est possible qu’au vu de l’amélioration de la situation du marché et de la baisse des stocks, (l’Opep et ses alliés-ndlr) puissent décider en juin de cette année de renoncer aux réductions de production et donc d’augmenter la production”, a-t-il dit.

“Cette décision ne signifiera pas la fin de l’accord mais confirmera que les participants continuent de coordonner leurs efforts quand c’est important, non seulement en réduisant mais aussi en augmentant la production en fonction des conditions de marché”, a-t-il ajouté.

Plusieurs groupes pétroliers russes comme Rosneft, dont le PDG, Igor Setchine, est un proche allié du président Vladimir Poutine, appellent depuis des mois Kirill Dmitriev et le ministre russe de l’Energie, Alexandre Novak, à renoncer aux réductions de production.

Pour Igor Setchine, cette stratégie se traduit pour la Russie par des pertes de parts de marché au profit des Etats-Unis, dont la production a atteint un niveau record d’environ 12 millions de barils par jour.

L’ARABIE SAOUDITE ELLE AUSSI MOINS CATÉGORIQUE

La Russie et l’Arabie saoudite produisent respectivement autour de 11 et 10 millions de barils par jour mais disposent de capacités de production excédentaires.

En janvier, Kirill Dmitriev s’était déclaré opposé à une guerre des prix du pétrole entre la Russie et les Etats-Unis, plaidant pour le respect de l’accord de réduction de la production même au prix de pertes de parts de marché.

Le ministre saoudien de l’Energie, Khalid al Falih, s’est quant à lui dit ces derniers mois partisan d’une prolongation des réductions de production jusqu’à la fin de cette année. Mais lundi, il a estimé que le marché se rapprochait d’une situation d’équilibre et que la situation devrait s’éclaircir d’ici le mois de mai.

Le marché pétrolier s’est de fait tendu récemment en dépit de l’augmentation continue de la production des Etats-Unis, les nouvelles sanctions visant l’Iran et le Venezuela réduisant l’offre globale.

L’Opep et ses alliés ont annulé une réunion prévue ce mois-ci et doivent se retrouver à Vienne les 25 et 26 juin pour analyser l’impact des nouvelles sanctions contre l’Iran que Washington prévoit d’appliquer à partir du début du mois de mai.

“Aujourd’hui, nous constatons que le prix du pétrole est stable et que les stocks baissent. La décision de juin sera prise en fonction des conditions de marché mais pour l’instant, nous observons des possibilités de relèvement de la production, ce qui ne signifie pas la fin de l’accord mais constitue son prolongement logique”, a dit Kirill Dmitriev à Reuters en marge de la conférence.

“L’accord vise à stabiliser le marché. Parfois nous réduisons (la production) mais parfois, nous l’augmentons”, a-t-il ajouté.

Les cours du pétrole évoluent actuellement au plus haut depuis novembre, à plus de 70 dollars le baril pour le Brent et plus de 63 dollars pour le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI).

Dmitry Zhdannikov et Olesya Astakhova; Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below