April 4, 2019 / 7:13 AM / 3 months ago

LEAD 1-De nouveau arrêté, Ghosn demande l'aide du gouvernement français

(Actualisé avec d’autres déclarations, contexte)

PARIS/TOKYO, 4 avril (Reuters) - Carlos Ghosn a réaffirmé son innocence et a appelé à l’aide le gouvernement français après avoir été de nouveau arrêté par la justice japonaise qui l’accuse de malversations lorsqu’il était à la tête du constructeur automobile japonais Nissan.

“Je suis combatif, je suis innocent, c’est dur, il faut le savoir et je fais appel au gouvernement français pour me défendre, pour préserver mes droits en tant que citoyen pris dans un engrenage incroyable” a-t-il déclaré dans un entretien diffusé jeudi par TF1 et LCI.

“Il y a beaucoup de mensonges dans ce qui a été dit et ces mensonges sont en train de se répéter les uns après les autres. (...) Il y a un acharnement qui n’est pas récent, qui a démarré le jour de mon arrestation, c’est-à-dire le 19 novembre 2018, il ne s’est jamais arrêté”, a-t-il ajouté.

“Il y a eu une démolition systématique et on sait très bien quelle en est l’origine. Il y a quelques personnes à l’intérieur de Nissan qui sont à l’origine de ça. Ils bénéficient de complicités aussi à l’extérieur de Nissan”, a-t-il affirmé.

L’ancien président de Nissan et ex-PDG de Renault a de nouveau été arrêté jeudi matin par les procureurs de Tokyo, qui l’accusent d’avoir violé ses obligations professionnelles et cherché à s’enrichir personnellement au détriment du constructeur japonais.

Selon Renault, une enquête interne a par ailleurs mis en lumière des pratiques contestables et dissimulées de la part de Carlos Ghosn, qui ont conduit le conseil d’administration à préconiser la suppression du salaire variable de l’ex-PDG.

Lors d’une conférence de presse, l’avocat de Carlos Ghosn a déclaré que son arrestation était inattendue et qu’il ferait appel de cette nouvelle arrestation.

Il a précisé que le parquet de Tokyo avait confisqué à cette occasion des documents dont Carlos Ghosn avait besoin pour préparer son procès. “L’épouse de Ghosn se trouvait avec lui lorsqu’il a été arrêté, et ils lui ont confisqué son passeport et son téléphone portable. Sa femme n’est pas une suspecte, cela est impardonnable”, a ajouté l’avocat devant le club japonais des journalistes étrangers.

Junichiro Hironaka a également estimé que cette nouvelle mise en détention était destinée à empêcher son client de s’exprimer librement.

Dans un message diffusé mercredi sur un compte Twitter identifié comme appartenant à Carlos Ghosn, ce dernier annonçait qu’il allait faire une déclaration publique le jeudi 11 avril.

Son avocat a déclaré qu’il allait publier une vidéo de la déclaration que son client envisageait de faire à cette occasion.

Interrogé sur BFM TV, le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire s’est borné à déclarer que Carlos Ghosn bénéficiait de la présomption d’innocence et de la protection consulaire.

Il a ajouté que l’essentiel pour le gouvernement français était de garantir l’avenir de Renault, estimant que le constructeur était entre de bonnes mains depuis la nomination de Jean-Dominique Senard, ex-président de Michelin )à sa tête, en tandem avec Thierry Bolloré, le directeur général.

Avec Tim Kelly et Naomi Tajitsu à Tokyo, version française Jean-Michel Bélot, Myriam Rivet et Pierre Serisier, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below