January 18, 2019 / 7:07 PM / 3 months ago

Rome songe à des fusions pour Monte dei Paschi et Carige-sources

* Les discussions à un stade préliminaire

* Les banques en bonne santé hésitent

* Rome ne veut pas utiliser les deniers publics

par Giuseppe Fonte, Andrea Mandala et Elvira Pollina

MILAN, 18 janvier (Reuters) - L’Italie envisage de fusionner ses banques en difficulté Monte dei Paschi et Banca Carige avec d’autres banques en meilleur santé comme UBI Banca afin d’éviter une nouvelle crise bancaire, a appris Reuters vendredi de sources proches du dossier.

Monte dei Paschi, sauvée par l’Etat italien en 2017, et Carige, récemment placée sous administration spéciale par la Banque centrale européenne (BCE), font face à des créances douteuses et un risque de dépréciations de leurs actifs qui pourraient encore réduire leurs fonds propres.

Les problèmes de ces banques menacent de relancer une crise bancaire que Rome espérait avoir réglée il y a deux ans. Ils pourraient aussi pénaliser une économie déjà sur le point de retomber en récession.

Selon l’une des sources, parmi les options envisagées figure un mariage à trois entre Monte dei Paschi, Carige et UBI.

Les banques concernées et le Trésor italien ont refusé de s’exprimer.

Les discussions en sont à un stade très précoce et aucun plan définitif n’a été arrêté par la coalition au pouvoir, formée par la Ligue et le Mouvement 5 étoiles (M5S), qui s’était montrée très critique sur les plans de sauvetage des banques mis en oeuvre par le précédent gouvernement.

Plusieurs représentants du gouvernement ont publiquement exprimé leur soutien à l’idée de fusions qui renforceraient le secteur bancaire.

Stefano Buffagni, sous-secrétaire d’Etat aux Affaires régionales et membre important du M5S, a déclaré cette semaine que le gouvernement devrait jouer un rôle de premier plan pour favoriser de tels rapprochements.

Les banques en bonne santé sont cependant réticentes à un rapprochement avec des homologues en difficulté et toute fusion nécessiterait le feu vert de la BCE, qui réclamera probablement une augmentation de capital pour assurer la stabilité financière de la nouvelle entité.

L’Etat italien détient 68% du capital de Monte dei Paschi mais Rome doit préciser cette année les modalités de sa sortie de la banque en vertu d’un accord noué avec la Commission européenne.

Victor Massiah, administrateur délégué d’UBI, a régulièrement démenti un quelconque intérêt pour Monte dei Paschi, alors que des sources indiquent qu’il a étudié l’idée dans le passé.

Le soutien de Rome à Carige est pour l’instant passé par la création d’un fonds de 1,3 milliard d’euros avec la possibilité d’une injection par l’Etat d’un milliard d’euros. L’Italie cherche cependant une solution à plus long terme pour la banque. (Avec Paola Arosio Claude Chendjou pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below