January 17, 2019 / 9:34 AM / 3 months ago

Lautenschläger (BCE) prône toujours une hausse de taux en 2019

BERLIN, 17 janvier (Reuters) - Le ralentissement de l’inflation et de la croissance observé récemment dans la zone euro était anticipé et ne suffit pas à remettre en cause les anticipations de relèvement de taux d’intérêt, a déclaré Sabine Lautenschläger, considérée comme la plus “faucon” des membres du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), dans un entretien à Politico.

Plusieurs indicateurs économiques dans la zone euro, sur l’activité industrielle et le climat des affaires entre autres, ont été inférieurs aux attentes ces derniers mois, ce qui s’est traduit sur les marchés financiers par un report de la date anticipée de la première hausse de taux de la BCE, attendue désormais en 2020 seulement et plus cette année.

Mais Sabine Lautenschläger, interrogée sur la possibilité d’un relèvement de taux en 2019, a répondu que ses prévisions n’avaient pas changé.

“J’attends les prévisions qui arriveront en mars avant de modifier mon jugement”, a-t-elle dit selon les propos rapportés par Politico. “Je suis dépendante des données en la matière et je crois que nous sommes toujours dans le contexte que nous avions prévu.”

Elle a ajouté que le ralentissement de l’inflation n’avait rien de surprenant.

“Il était clair qu’avec les effets de base des prix de l’énergie, le taux d’inflation allait baisser”, a-t-elle dit. “Le taux d’inflation de base (hors énergie et alimentation-ndlr) n’a pas baissé tant que ça.”

La BCE a jusqu’à présent déclaré qu’elle laisserait ses taux d’intérêt inchangés “au moins jusqu’à l’été” mais avec le ralentissement marqué de l’économie de la zone euro et la montée du risque politique, seuls les plus déterminés de ses responsables semblent croire encore à la possibilité d’une hausse de taux cette année.

Le taux de refinancement de la BCE, longtemps son principal taux directeur, est toujours nul et le taux de dépôt, dont l’importance aux yeux des investisseurs a augmenté ces dernières années, est à -0,4%.

La plupart des acteurs du marché monétaire s’attendent à ce que la BCE commence par relever le taux de dépôt avant de modifier les autres taux.

Thomas Seythal et Balazs Koranyi; Marc Angrand pour le service français, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below